La sécheresse tue plus de 100 éléphants au Zimbabwe alors qu’ils cherchaient de la nourriture et de l’eau

La sécheresse a tué plus de 100 éléphants au Zimbabwe, car cet événement climatique extrême a asséché les ressources en eau disponibles pour les grands mammifères. Les morts massives d’animaux se sont produites dans le plus grand parc national du pays, où des conditions de sécheresse prolongées ont forcé les éléphants, jeunes et adultes, à entreprendre de plus longs voyages à la recherche de nourriture et d’eau, pour ensuite mourir plus tard dans le processus.

Le Zimbabwe, tout comme plusieurs autres pays d’Afrique, dont le Kenya et la Somalie, a connu des conditions de sécheresse persistantes en 2023. En novembre, une catastrophe similaire s’est produite au Kenya où des centaines d’animaux sauvages, dont des éléphants et des zèbres de Grévy, sont morts à cause d’une sécheresse prolongée. dans toute la région.

La sécheresse au Zimbabwe tue les éléphants

Le parc national de Hwange, au Zimbabwe, a vu la mort de plus de 100 éléphants lorsque les températures extrêmes dues à la sécheresse ont asséché leurs points d’eau. Le plus grand parc national du pays abrite environ 45 000 éléphants et une biodiversité complexe qui comprend plus de 100 espèces de mammifères et 400 variétés d’oiseaux.

Les autorités du parc ont déclaré que malgré les efforts visant à maintenir les sources d’eau pour la faune du parc avec 104 forages alimentés par l’énergie solaire, l’infrastructure n’est toujours pas suffisante pour freiner ou atténuer l’impact de la sécheresse au Zimbabwe.

D’après des rapports publiés plus tôt cette année, les longues sécheresses induites par le changement climatique au Zimbabwe ont eu des conséquences néfastes dans d’autres réserves du pays. Dans le parc national de Hwange, 16 buffles ont également été retrouvés morts en novembre.

Sécheresse en Afrique

La sécheresse au Zimbabwe n’est que la pointe de l’iceberg puisqu’une grande partie du continent a également connu des conditions similaires cette année, comme mentionné précédemment. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), des millions de personnes sont confrontées à une faim aiguë dans la grande Corne de l’Afrique, alors que la région connaît l’une des pires sécheresses des dernières décennies.

Outre la diminution de la disponibilité des sources d’eau, les épidémies de maladies infectieuses comme le choléra, la rougeole et le paludisme sont également très préoccupantes. Les animaux sauvages ne sont pas non plus épargnés par la sécheresse africaine car elle menace également les écosystèmes et la chaîne alimentaire, en plus des plans d’eau asséchés.

Sécheresse et faune

La sécheresse a non seulement un impact sur les humains, l’agriculture et les économies, mais elle peut également endommager ou détruire les écosystèmes naturels où prospèrent les animaux sauvages et la flore. Bien qu’il existe des preuves solides que la sécheresse existe depuis l’Antiquité, les catastrophes naturelles sont relativement difficiles à prévoir par rapport aux événements météorologiques extrêmes comme les ouragans et les tornades.

Selon les Centres nationaux d’information environnementale (NCEI), la sécheresse est un phénomène complexe, difficile à surveiller et à définir, alors que les ouragans sont plus faciles à observer et à mesurer puisqu’ils ont un début et une fin précis. D’un autre côté, la sécheresse est un événement graduel qui touche différents secteurs de l’économie.

Les experts dans de nombreux domaines décrivent la sécheresse comme le manque de précipitations et l’absence d’eau pendant une période prolongée, en plus de températures et d’humidité supérieures à la moyenne.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat