Le secteur brésilien de la canne à sucre contribue aux énergies renouvelables et à l’atténuation du changement climatique

Le Brésil est le plus grand producteur et exportateur de canne à sucre au monde, et également un pionnier dans l’utilisation de la canne à sucre comme source de bioénergie.

Un article de synthèse récent publié dans BioEnergy Research montre que le Brésil a publié plus d’articles sur la canne à sucre que tout autre pays entre 2006 et 2020.

La canne à sucre : une culture polyvalente pour la bioénergie

La canne à sucre est une graminée tropicale qui peut atteindre 6 mètres de haut et produire jusqu’à 80 tonnes de biomasse par hectare et par an. Il peut être utilisé pour produire différents types de bioénergie, comme l’éthanol, l’électricité, le biogaz et les biocarburants.

L’éthanol est le produit bioénergétique issu de la canne à sucre le plus largement utilisé, et le Brésil est le deuxième producteur mondial d’éthanol, après les États-Unis.

Il peut être utilisé comme carburant pour les véhicules, pur ou mélangé à de l’essence, et peut réduire les émissions de gaz à effet de serre jusqu’à 90 % par rapport aux combustibles fossiles.

La canne à sucre peut également être utilisée pour produire de l’électricité en brûlant la bagasse, qui est le résidu fibreux laissé après l’extraction du jus.

Le Brésil compte plus de 300 moulins à canne à sucre qui produisent de l’électricité à partir de la bagasse, et certains d’entre eux exportent leurs excédents d’électricité vers le réseau national.

Selon l’article de synthèse, l’électricité issue de la canne à sucre pourrait fournir jusqu’à 15 % de la demande électrique du Brésil d’ici 2030.

De plus, la canne à sucre peut être transformée en biogaz par digestion anaérobie de la vinasse, qui est le déchet liquide issu de la production d’éthanol.

Le biogaz peut être utilisé comme carburant pour les véhicules, les chaudières ou les turbines, ou transformé en biométhane et injecté dans le réseau de gaz naturel.

Enfin, la canne à sucre peut être utilisée pour produire des biocarburants avancés, tels que le biodiesel, le carburéacteur et le diesel, en utilisant différentes technologies, telles que la gazéification, la pyrolyse ou la liquéfaction hydrothermale.

Ces biocarburants ont une densité énergétique plus élevée et un impact environnemental moindre que l’éthanol, et peuvent être utilisés dans différents modes de transport, tels que l’aviation, le maritime et les véhicules lourds.

Défis et opportunités pour la recherche sur la canne à sucre

L’article de synthèse identifie plusieurs défis et opportunités pour la recherche sur la canne à sucre dans le contexte de la production de bioénergie.

Certains des défis sont liés aux aspects agronomiques de la culture de la canne à sucre, tels que l’amélioration du rendement et de la qualité des cultures, la réduction de l’utilisation d’eau et d’engrais, l’amélioration de la résistance aux ravageurs et aux maladies et l’adaptation au changement climatique.

D’autres défis sont liés aux aspects technologiques de la conversion des bioénergies, tels que le développement de processus plus efficaces et plus durables, la réduction des coûts et des émissions et la diversification des produits et des marchés.

L’article de synthèse souligne également certaines des opportunités pour la recherche sur la canne à sucre, telles que l’exploration de la diversité génétique et du potentiel de la culture, l’utilisation de la biotechnologie et de la nanotechnologie pour améliorer les caractéristiques et les performances de la plante, l’intégration de la canne à sucre avec d’autres cultures et sources de biomasse, et promouvoir l’économie circulaire et les avantages sociaux et environnementaux de la bioénergie.

L’article de synthèse conclut que le Brésil joue un rôle clé dans la recherche sur la canne à sucre pour la bioénergie, car il possède une longue histoire et une longue expérience dans ce secteur, ainsi qu’une forte capacité scientifique et technologique.

L’article suggère également que le Brésil devrait continuer à investir dans la recherche et l’innovation dans le domaine de la canne à sucre, ainsi qu’à collaborer avec d’autres pays et régions, pour favoriser le développement et la diffusion de solutions bioénergétiques pour un avenir durable et à faible émission de carbone.

Article associé: Conversion d’espèces végétales envahissantes en éthanol à un coût prohibitif

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat