Faune urbaine : comment les animaux sauvages cohabitent avec les humains en ville

Les animaux sauvages ont coexisté avec les humains dans les villes et les zones urbaines, même s’il leur a été difficile de survivre face aux menaces de déforestation, de changement climatique, de commercialisation et de phénomènes météorologiques extrêmes.

Les animaux se déplacent vers les villes parce que leurs habitats sont menacés, attaqués ou perdus. La commercialisation a empiété sur leurs habitats, et ils ont vu survivre dans les villes, des lapins, des écureuils et bien d’autres.

Lorsque des animaux sauvages migrent accidentellement vers les villes, il est probable que leurs habitats soient menacés par des phénomènes météorologiques extrêmes et par les activités humaines. En conséquence, le terme faune urbaine est devenu un terme courant, montrant la vie des animaux adaptés aux villes et aux zones urbaines.

La surveillance de la faune urbaine est essentielle pour comprendre la migration des animaux vers les zones suburbaines. Les villes ont utilisé des moyens pour ramener les animaux sauvages à la vie sauvage, mais elles ont continué à se tourner.

Les animaux cohabitent avec les humains dans la ville

Les préoccupations croissantes concernant la faune urbaine ont également alarmé les experts et les scientifiques. Le changement climatique et l’intensification des températures ont contribué à ce problème, entraînant une migration d’animaux sans précédent.

Dans certains cas, les animaux de la ville sont également protégés et surveillés. Les chercheurs et les zoos ont amené des animaux en captivité humaine pour les sauver du bord de l’extinction ou du déclin de leur population. Ils contribuent à la reproduction de plusieurs espèces menacées d’extinction.

En Australie, la conservation des zoos a contribué à prévenir l’extinction de nombreux animaux, notamment l’oryx d’Arabie, le condor de Californie, le cheval de Przewalski, le bongo et la grenouille corroboree.

Cependant, les animaux adaptés à la faune sauvage peuvent perdre leurs méthodes de chasse s’ils deviennent dépendants de la nourriture humaine. Pendant ce temps, les animaux voyageant dans les zones urbaines profondes peuvent présenter un risque d’attaques, de collisions de véhicules et de blessures. Ils peuvent probablement rester coincés dans du plastique ou des équipements.

Les gens peuvent probablement blesser des animaux sauvages lorsqu’ils en rencontrent un. Les chiens domestiques peuvent agresser les animaux lorsqu’ils sont aperçus dans des zones résidentielles. En revanche, ces animaux peuvent attaquer les humains s’ils deviennent agressifs.

Cependant, les animaux sauvages ont survécu dans les zones urbaines en évitant toute interaction avec les humains. Les oiseaux peuvent probablement nicher dans des bâtiments ou des arbres plus hauts dans les villes pour éviter d’être détruits.

Les écologistes ont également surveillé différents animaux comme les oiseaux pour s’assurer qu’ils sont protégés et empêchés d’être attaqués par l’homme. Dans certains cas, ils sont capturés et relâchés dans des zones protégées.

Commercialisation et perte d’habitudes : comment menacent-elles la faune ?

La perte d’habitat constitue une menace alarmante pour la faune, exacerbée par le changement climatique. Les habitats animaux sont cruciaux pour de nombreux animaux, car ils servent de lieu de protection, de reproduction et de comportement alimentaire.

Des efforts urgents sont nécessaires pour protéger leurs habitats contre les menaces et la prédation, selon des rapports récents.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat