Une enquête sur les plantes révèle la présence alarmante d’espèces envahissantes non indigènes dans le sud-ouest de l’Ohio

Une étude récente sur les plantes menée par des chercheurs de l’Université de Cincinnati et du Cincinnati Museum Center a révélé que des dizaines d’espèces végétales envahissantes non indigènes prospèrent dans le sud-ouest de l’Ohio, posant une menace sérieuse à la biodiversité et à l’économie indigènes de la région.

Que sont les plantes envahissantes et pourquoi posent-elles un problème ?

Les plantes envahissantes sont des plantes qui ont été introduites dans une nouvelle zone, intentionnellement ou accidentellement, et qui ont la capacité de se propager rapidement et de supplanter les plantes indigènes pour les ressources.

Les plantes envahissantes peuvent avoir des impacts écologiques, économiques et sociaux, tels que :

  • Réduire la diversité et l’abondance des plantes et des animaux indigènes, ce qui peut affecter les services et fonctions des écosystèmes, tels que la pollinisation, le cycle des nutriments et la qualité de l’eau.
  • Modification de la structure et de la fonction des habitats naturels, tels que les zones humides, les prairies et les forêts, ce qui peut augmenter le risque d’érosion, d’inondations, d’incendies et d’épidémies.
  • Les dommages aux cultures, aux pâturages et aux forêts peuvent réduire la productivité agricole et forestière et augmenter les coûts de gestion.
  • Affectant la santé et le bien-être humains, en produisant des allergènes, des toxines ou des épines, ou en hébergeant des parasites et des agents pathogènes.

Selon l’Ohio Invasive Plants Council, sur les quelque 3 000 espèces de plantes connues à l’état sauvage dans l’Ohio, environ 75 % sont indigènes et 25 % sont non indigènes.

Parmi les plantes non indigènes, moins de 100 posent problème dans les zones naturelles.

Qu’a révélé l’enquête sur les usines et quelles en sont les implications ?

L’enquête sur les plantes, publiée dans la revue Biological Invasions, impliquait la collecte et l’identification de plus de 2 000 spécimens de plantes provenant de 14 comtés du sud-ouest de l’Ohio entre 2015 et 2019.

Les chercheurs ont découvert que 163 des 1 021 espèces végétales recensées n’étaient pas indigènes et que 66 d’entre elles étaient envahissantes.

Certaines des plantes envahissantes les plus répandues et problématiques dans la région comprennent :

Chèvrefeuille de l’Amour (Lonicera maackii)

Il s’agit d’un arbuste qui forme des fourrés denses et fait de l’ombre aux plantes indigènes, réduit l’habitat faunique et modifie la chimie du sol.

Moutarde à l’ail (Alliaire pétiolée)

Il s’agit d’une plante qui produit des produits chimiques qui inhibent la croissance des plantes et des champignons indigènes et réduit les sources de nourriture des papillons et autres insectes indigènes.

Renouée du Japon (Fallopia japonica)

La renouée du Japon est une plante herbacée qui pousse rapidement et forme des peuplements denses qui évincent les plantes indigènes, endommagent les infrastructures et augmentent l’érosion et les inondations.

Rosier multiflore (Rosa multiflore)

Il s’agit d’un arbuste qui forme des fourrés impénétrables qui entravent les mouvements de la faune et des humains, et qui hébergent des maladies et des ravageurs qui affectent les roses indigènes et d’autres plantes.

Arbre de paradis (Ailante altissima)

L’arbre du ciel est un arbre qui produit des produits chimiques qui empêchent la croissance d’autres plantes et dont les racines peuvent endommager les bâtiments, les routes et les canalisations.

Les chercheurs ont également découvert que certaines plantes envahissantes, comme l’olivier d’automne (Élaeagnus umbellata), le nerprun commun (Rhamnus cathartique), et l’arbre princesse (Paulownia tomenteuse), ont élargi leur aire de répartition et leur abondance depuis la dernière étude complète des plantes de la région dans les années 1940.

Les résultats de l’enquête sur les plantes ont des implications importantes pour la conservation et la gestion des zones naturelles du sud-ouest de l’Ohio, ainsi que pour la sensibilisation et l’éducation du public sur les plantes envahissantes.

Les chercheurs suggèrent que davantage d’efforts sont nécessaires pour empêcher l’introduction et la propagation de plantes envahissantes, pour surveiller et contrôler leurs populations et pour restaurer les habitats et les espèces indigènes.

Ils recommandent également au public d’éviter de planter ou de jeter des plantes envahissantes dans ses jardins ou ses cours, et de signaler toute observation de plantes envahissantes aux autorités ou organisations locales.

De plus, ils encouragent le public à en apprendre davantage sur les plantes envahissantes et leurs impacts et à participer à des activités bénévoles telles que l’élimination de plantes envahissantes, la plantation de plantes indigènes et des projets de science citoyenne.

Article associé: Un certain nombre de plantes envahissantes toujours vendues sur le marché malgré leur interdiction aux États-Unis

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat