Un mystérieux géant marin, le rare poisson-lune Hoodwinker, apparaît sur les côtes nord de l'Oregon

Lors d'un événement extraordinaire qui a attiré l'attention des biologistes marins et des amateurs de plage, un rare crapet trompeur, que l'on trouve généralement dans les eaux tempérées de l'hémisphère sud, a été découvert échoué sur la côte nord de l'Oregon.

Cette découverte remarquable non seulement ajoute à l'intrigue de la vie marine, mais remet également en question les croyances antérieures sur l'aire de répartition de l'habitat de l'espèce.

Un visiteur surprise venu des profondeurs

La ville balnéaire de Gearhart est devenue le centre d'un événement inhabituel lorsqu'un crapet trompeur de 7,3 pieds, connu scientifiquement sous le nom de Mola tectaa été retrouvé sur sa plage.

Le Seaside Aquarium, après avoir reçu des informations faisant état de poissons échoués, est rapidement intervenu sur les lieux.

Le crapet, caractérisé par son corps plat et rond, était un spectacle à voir avec en toile de fond le littoral pittoresque de l'Oregon.

Importance scientifique et intérêt mondial

La découverte a suscité un intérêt mondial, avec des experts et des passionnés du milieu marin affluant vers le site pour apercevoir cette créature rare.

Marianne Nyegaard, la chercheuse basée en Nouvelle-Zélande qui a identifié le crapet trompeur comme une espèce distincte en 2017, a confirmé l'identité du poisson à partir de photographies.

Cet événement marque un moment important dans la biologie marine, car il pourrait s'agir du plus grand spécimen de l'espèce jamais enregistré.

La visite inattendue du crapet trompeur dans l'hémisphère nord a soulevé des questions sur ses schémas migratoires et son adaptabilité aux différentes conditions océaniques.

L'espèce, dont on pensait auparavant qu'elle habitait uniquement les eaux tempérées du sud, a maintenant été trouvée dans le nord du Pacifique, ce qui suggère une aire de répartition plus large que ce que les scientifiques avaient imaginé.

En savoir plus sur le poisson-lune Hoodwinker

Le crapet trompeur, nommé scientifiquement Mola tecta, est une créature marine fascinante qui a récemment attiré l'attention en raison de sa rare apparition sur les côtes de l'hémisphère nord. Voici ce que nous savons de ce géant insaisissable :

Découverte scientifique et classification

Mola tecta a été décrit pour la première fois en 2017 par la scientifique marine Marianne Nyegaard, ce qui en fait la première nouvelle espèce de crapet identifiée depuis plus de 130 ans.

Il appartient à la famille des Molidae et est étroitement apparenté au crapet de mer plus connu (Mola-mola).

Le nom de l'espèce « tecta », qui signifie « caché » en latin, reflète la façon dont le poisson a longtemps échappé à l'identification en se mélangeant avec d'autres espèces de crapets.

Caractéristiques physiques

Le crapet trompeur a une forme ovale plate, presque symétrique, avec un contour du corps lisse et aucune bosse proéminente.

Il lui manque des épines dans ses nageoires et une véritable nageoire caudale (nageoire caudale). Au lieu de cela, ses écailles ont évolué en petites épines. Le poisson présente un contre-ombrage, avec une couleur plus foncée sur la face dorsale que sur la face ventrale.

Les crapets trompeurs adultes sont plus minces et plus élégants que leurs parents, dépourvus de museau saillant et de bosses le long de la nageoire caudale. Ils peuvent atteindre jusqu'à 3 mètres de long et peser jusqu'à deux tonnes.

Habitat et répartition

Initialement, Mola tecta on pensait qu'il n'habitait que les eaux tempérées de l'hémisphère sud, en particulier près de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, du sud du Chili et de l'Afrique australe.

Cependant, des découvertes récentes, notamment celles effectuées sur la côte de l'Oregon, suggèrent que leur aire de répartition pourrait être plus large, s'étendant peut-être jusqu'au nord de l'océan Pacifique.

Conclusion : un appel à préserver nos océans

L'arrivée du crapet trompeur sur les côtes de l'Oregon rappelle les mystères de l'océan et l'importance de préserver ses écosystèmes.

Alors que le changement climatique continue d’avoir un impact sur les habitats marins, des phénomènes aussi rares soulignent la nécessité de poursuivre les efforts de recherche et de conservation pour protéger ces géants énigmatiques des mers.

Cet événement souligne la nature dynamique de la vie marine et la compréhension en constante évolution de la biodiversité de notre planète.

Il s’agit d’un appel à l’action pour la gestion de l’environnement et d’une célébration des merveilles qui se cachent sous les vagues.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat