Pourquoi la confirmation de Joseph Goffman au Sénat pourrait être une victoire pour l’action climatique et l’équité

En tant qu’administrateur adjoint de l’EPA, Goffman supervisera l’élaboration et la mise en œuvre de règles essentielles aux efforts de l’agence pour lutter contre le changement climatique et l’injustice environnementale.

La décision de remplacer John Kerry par John Podesta en tant que plus haut diplomate américain pour le climat pourrait faire la une des journaux cette semaine. Mais il y a une autre personne nommée par le président qui pourrait également avoir un impact significatif sur les efforts du pays pour lutter contre le changement climatique, mais qui est pour l’essentiel passée inaperçue.

Mercredi, le Sénat a confirmé que Joseph Goffman resterait définitivement en tant qu’administrateur adjoint de l’Environmental Protection Agency, a rapporté The Hill. Goffman occupait le poste d’administrateur adjoint par intérim de l’agence depuis l’entrée en fonction du président Joe Biden, mais le vote sur sa nomination a été reporté à plusieurs reprises parce que certains sénateurs refusaient d’approuver toute nomination par l’EPA. Parmi ceux qui ont causé le retard du vote figurait le sénateur démocrate Joe Manchin de Virginie-Occidentale, qui s’opposait fréquemment à toute politique liée au climat.

De nombreux environnementalistes voient la confirmation de Goffman comme une grosse affaire car il sera responsable du bureau de l’air et des radiations de l’agence, supervisant l’élaboration et la mise en œuvre des règles historiques de l’EPA qui visent à réduire la pollution atmosphérique nocive et les émissions de gaz à effet de serre du pays.

L’administration Biden a proposé l’année dernière une série de nouvelles règles visant à réduire considérablement les émissions de carbone des centrales électriques, ainsi que celles des nouveaux camions et voitures. Ces règles sont devenues les outils les plus puissants dont dispose l’EPA pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays. Ils devraient également être finalisés cette année, ce qui rend le moment de la confirmation de Goffman encore plus conséquent.

L’administration a également proposé une règle qui fixe de nouvelles normes strictes pour la pollution par les particules, ou PM2,5, qui sont constituées de particules microscopiques en suspension dans l’air qui provoquent toute une série de problèmes de santé graves et affectent de manière disproportionnée les ménages à faible revenu et les communautés de couleur. Cette règle est depuis longtemps une priorité pour les défenseurs de la justice environnementale, et les responsables fédéraux s’attendent à ce qu’elle évite jusqu’à 4 200 décès prématurés par an.

Les nouvelles règles se heurtent à une large opposition de la part des groupes industriels et des législateurs républicains, qui affirment que les réglementations imposeront des charges financières excessives aux entreprises. Beaucoup de ces opposants ont condamné le résultat de mercredi. Mais les groupes verts ont salué cette décision, estimant que Goffman ne se laissera pas influencer par les efforts de lobbying intensifs souvent déployés au cours d’une année d’élection présidentielle.

« Cette confirmation ne pouvait pas arriver à un moment plus urgent. Alors que l’EPA finalise sa norme relative aux particules pour nettoyer la pollution de l’air, le moment est venu d’agir audacieusement », a déclaré Raúl García, qui dirige les efforts de lobbying pour l’organisation de droit environnemental Earthjustice, dans un communiqué. « Nous sommes convaincus que Goffman utilisera le pouvoir du Clean Air Act pour améliorer la qualité de l’air et protéger la santé et le bien-être de nos communautés. »

Cette confiance pourrait être bien placée, compte tenu du bilan environnemental de Goffman.

Avant de rejoindre l’administration Biden en 2021, Goffman a travaillé comme directeur exécutif du programme de droit de l’environnement de l’Université Harvard. Et avant cela, il a servi sous l’administration Obama en tant qu’administrateur adjoint associé pour le climat de l’EPA et conseiller principal au bureau de l’air et des radiations de l’agence. Pendant cette période, il a été l’un des principaux architectes du Clean Power Plan d’Obama, qui visait à fixer de nouvelles limites aux émissions des centrales électriques, mais qui a été suspendu par la Cour suprême en 2016 et n’a jamais été mis en œuvre.

Plus tôt dans sa carrière, Goffman est l’auteur du titre IV des amendements de 1990 à la Clean Air Act, pionnier de l’utilisation du plafonnement et de l’échange dans le programme de lutte contre les pluies acides. Il a joué un rôle de premier plan dans l’élaboration des normes sur le mercure et les substances toxiques dans l’air, qui réglementent les émissions de métaux toxiques des centrales électriques. Il a également contribué à l’élaboration de réglementations fédérales sur la pollution atmosphérique qui traverse les frontières des États, ainsi que de nouvelles règles visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant des installations pétrolières et gazières.

« Goffman a été surnommé « le chuchoteur des lois de l’EPA » parce que « sa spécialité est d’enseigner aux anciennes lois pour faire de nouvelles astuces », a déclaré un écrivain de Harvard Law Today en 2017, soulignant la réputation de Goffman pour ses résultats.

En fait, Goffman était l’auteur principal des règles historiques de l’administration Biden qui devraient être finalisées cette année, un fait qui n’a pas échappé à ses partisans ou à ses critiques au Sénat, qui ont voté cette semaine avec une marge mince pour le confirmer.

« M. Les actions de Goffman, marquées par des réglementations fédérales excessives et destructrices d’emplois, ont été un désastre pour notre pays », a déclaré mercredi la sénatrice républicaine Shelley Moore Capito de Virginie-Occidentale dans un discours prononcé mercredi, selon le rapport The Hill.

L’administrateur de l’EPA, Michael Reagan, a cependant célébré ce moment, affirmant que Goffman est « particulièrement compétent pour établir un consensus entre les parties prenantes et élaborer des politiques qui s’attaquent aux défis mondiaux comme le changement climatique, tout en s’attaquant aux problèmes de pollution de longue date dans les communautés surchargées ».

Plus d’actualités climatiques

Le nouvel envoyé climatique de Biden est confronté à de grandes tâches dans son pays et à l’étranger : John Podesta n’est pas étranger à la politique climatique, mais il sera confronté à de nouveaux défis alors qu’il assumera un double rôle dans la gestion des efforts nationaux et internationaux des États-Unis pour lutter contre le réchauffement climatique, rapporte E&E News. Le président Biden a nommé mercredi Podesta le plus haut diplomate climatique du pays lorsque John Kerry quittera son poste d’envoyé spécial ce printemps. Cette décision ajoute un vaste portefeuille mondial au travail de Podesta, qui consiste à superviser le décaissement de près de 370 milliards de dollars de financement climatique au titre de la loi sur la réduction de l’inflation.

Les lois californiennes sur la divulgation du climat risquent d’être retardées : La Californie est entrée dans l’histoire l’année dernière en devenant le premier État à adopter de nouvelles règles obligeant les entreprises à divulguer davantage d’informations sur leurs risques et leurs contributions au changement climatique. Mais à mesure que l’État fait progresser les règles de divulgation, il est confronté à plusieurs défis, notamment de la part du gouverneur Gavin Newsom lui-même, rapporte Anne Mulkern pour E&E News. La proposition actuelle de Newsom sur le budget de l’État ne comprend aucun argent pour mettre en œuvre les deux règles, ce qui coûterait environ 16 millions de dollars la première année. Les militants craignent que ce soit le signe d’un retard imminent.

Début du procès de Greta Thunberg pour blocage des combustibles fossiles : L’éminente militante pour le climat Greta Thunberg a été jugée jeudi pour avoir refusé de quitter une manifestation qui bloquait l’entrée d’une grande conférence de l’industrie pétrolière et gazière à Londres l’année dernière, rapporte Brian Melley pour l’Associated Press. L’écologiste suédois, qui a inspiré le mouvement mondial des jeunes pour le climat, faisait partie de la vingtaine de manifestants arrêtés le 17 octobre pour avoir empêché l’accès à un hôtel pendant le forum. Elle et quatre autres militants sont accusés d’avoir violé une loi autorisant la police à limiter les rassemblements publics.

L’indicateur du jour

14,5 millions

C’est le nombre de décès supplémentaires qu’une nouvelle étude du Forum économique mondial estime que le changement climatique entraînera directement ou indirectement d’ici 2050, en grande partie en exacerbant simultanément plusieurs risques pour la santé humaine et en mettant à rude épreuve les systèmes de santé mondiaux.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat