La pollution nanoplastique dans l’eau en bouteille révélée par une nouvelle technique laser

Dans une étude révolutionnaire, des scientifiques ont dévoilé un danger caché caché dans l’eau en bouteille que beaucoup d’entre nous consomment quotidiennement.

Grâce à une technologie d’imagerie avancée, les chercheurs ont découvert des centaines de milliers de minuscules morceaux de plastique jusqu’alors inconnus, soulevant des inquiétudes quant à leur impact sur la santé humaine et les écosystèmes.

Un examen plus approfondi des microplastiques

Des scientifiques de la Columbia Climate School ont utilisé des lasers pour mettre en lumière la menace invisible des microplastiques résidant dans l’eau en bouteille.

Ces particules sont si infimes qu’elles échappent aux processus de filtration et aux méthodes de détection standards. Cette découverte souligne le besoin urgent de technologies de filtration améliorées et de réglementations plus strictes sur l’utilisation et l’élimination du plastique.

La présence de ces particules ne se limite pas à une marque ou une région spécifique ; c’est une préoccupation mondiale. Chaque gorgée d’eau en bouteille contient potentiellement une infusion de microplastiques, conduisant à une consommation involontaire par des milliards de personnes dans le monde.

L’étude a analysé 250 bouteilles de 11 marques achetées dans neuf pays et a révélé que 93 % de l’eau en bouteille contient des microplastiques, des particules trop petites pour être vues à l’œil nu mais potentiellement dangereuses pour la santé humaine.

La concentration moyenne de particules de plastique toutes marques était de 325 particules microplastiques par litre d’eau en bouteille, mais certains échantillons contenaient plus de 10 000 particules microplastiques par litre.

Les chercheurs ont également utilisé une technologie récemment perfectionnée pour détecter des particules de plastique encore plus petites, appelées nanoplastiques, mesurant moins de 1 micromètre de longueur.

Ils ont découvert qu’un litre d’eau dans une bouteille en plastique contenait en moyenne environ 240 000 fragments de plastique détectables, soit 10 à 100 fois plus que les estimations précédentes.

Implications pour la santé et l’environnement

L’ingestion de microplastiques et nanoplastiques n’est pas sans conséquences. Bien que la recherche sur les effets sur la santé humaine en soit encore à ses balbutiements, les premiers résultats suggèrent des perturbations potentielles de divers systèmes corporels.

Les écosystèmes ne sont pas non plus à l’abri ; ces particules imprègnent le sol, l’air et l’eau, affectant à la fois la flore et la faune.

À mesure que les scientifiques approfondissent cette question, les questions sur les impacts à long terme sur les systèmes biologiques abondent. Il est urgent de mener des études approfondies pour comprendre pleinement l’ampleur et la profondeur des implications.

Certaines études animales et en laboratoire suggèrent que les microplastiques peuvent augmenter le risque de cancer et nuire aux systèmes digestif, reproducteur et respiratoire humains.

La recherche a également établi un lien entre les micro et nanoparticules et la perturbation des fonctions thyroïdiennes et endocriniennes, l’obésité et la résistance à l’insuline.

Ces particules de plastique peuvent également traverser les tissus protecteurs du corps et pénétrer dans la circulation sanguine, les organes et même le cerveau. Ils peuvent également traverser le placenta jusqu’au corps des bébés à naître.

De plus, ces particules de plastique peuvent agir comme des aimants pour les polluants, tels que les pesticides, les métaux lourds et les contaminants organiques, ce qui peut encore accroître leur toxicité.

Ces polluants peuvent ensuite être transférés aux organismes qui les ingèrent, provoquant potentiellement une bioaccumulation et une bioamplification tout au long de la chaîne alimentaire.

L’étude soulève également des questions sur les sources et les voies de contamination par les microplastiques et les nanoplastiques dans l’eau en bouteille.

Les particules de plastique peuvent se détacher et pénétrer dans l’eau en bouteille lorsque les bouteilles sont pressées ou lorsque les bouchons sont dévissés ou revissés. Une exposition excessive à la chaleur peut également provoquer la dégradation du plastique.

Les chercheurs suggèrent qu’une plus grande attention devrait être accordée à la production, au stockage et au transport des bouteilles en plastique, ainsi qu’à leur élimination et leur recyclage.

Article associé: Le recyclage du plastique échoue puisque seulement 5 % des plastiques en provenance des États-Unis ont été recyclés

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat