À la COP28, de plus en plus de scientifiques affirment que le dépassement de 1,5 degré est « inévitable »

Si vous avez suivi l’actualité sur le changement climatique au cours de la dernière décennie, vous avez probablement souvent entendu parler du chiffre de 1,5 degré Celsius.

« Chaque décision que nous prenons devrait avoir pour objectif de dire : « Est-ce que cela fait avancer la hausse de 1,5 degré ou est-ce que cela va être plus destructeur et nous entraîner dans la mauvaise direction ? », a déclaré dimanche l’envoyé spécial américain pour le climat, John Kerry, lors de la COP28 des Nations Unies. sommet mondial sur le climat à Dubaï, qualifiant ce personnage d’« étoile du Nord ».

Faisant référence à l’objectif de l’Accord de Paris consistant à empêcher la Terre de se réchauffer de plus de 1,5 degré Celsius depuis la révolution industrielle, ce chiffre est devenu un cri de ralliement pour les défenseurs du climat et les scientifiques, qui affirment que cet objectif est le meilleur pari de l’humanité pour éviter les conséquences les plus catastrophiques de la catastrophe. changement climatique d’ici la fin du siècle. S’aventurer ne serait-ce que 0,5 degré au-delà de ce seuil pourrait augmenter considérablement la fréquence et la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes, la perte de biodiversité, la famine et la pénurie d’eau, et rendre plus probable que les points de bascule accélèrent encore le réchauffement, affirment les climatologues.

Mais à l’insu du public, de nombreux diplomates climatiques et scientifiques de premier plan pensent depuis des années que les chances d’atteindre un réchauffement de 1,5 degré sont minces, voire nulles. La planète s’est déjà réchauffée d’environ 1,3 degré, et un nombre croissant de chercheurs et de leaders d’opinion du mouvement climatique affirment maintenant sans détour cette conviction alors que les négociations commencent sérieusement à la conférence des Nations Unies sur le climat.

Lors d’un panel de la COP28 qui s’est tenu dimanche, certaines des plus grandes institutions mondiales sur le climat ont dévoilé leur dernier rapport, décomposant les principales conclusions scientifiques en points saillants compréhensibles pour les négociateurs du sommet. Leur principale conclusion, selon eux, est que les progrès en matière de réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre ont été « si limités » que le dépassement de l’objectif de 1,5 degré est « inévitable » et pourrait être permanent sans changer radicalement presque tous les aspects de la société moderne – un résultat peu probable. alors que les pays élargissent leurs projets de construction d’infrastructures de combustibles fossiles pour extraire plus de pétrole et de gaz que jamais auparavant.

« Nous parlons, au mieux… jusqu’à 1,8 degrés Celsius avant de revenir à 1,5 degrés d’ici la fin de ce siècle », a déclaré l’intervenant Johan Rockstrom, directeur de l’Institut de recherche sur l’impact climatique de Potsdam. « Pour revenir à 1,5 d’ici la fin du siècle, nous devons tout faire correctement : éliminer progressivement les combustibles fossiles, transformer le système alimentaire mondial, maintenir tous les puits et stocks de carbone sur terre et dans les océans et augmenter l’élimination du dioxyde de carbone. Tout doit se passer simultanément.

Près de 37 milliards de tonnes de CO2 ont été rejetées l’année dernière, selon l’Agence internationale de l’énergie. À ce rythme, les pays ne peuvent émettre que six ans de CO2 supplémentaire, soit 250 milliards de tonnes au total, avant que 1,5 degré ne soit complètement hors de question, a déclaré Rockstrom. Même si cet objectif est atteint, a-t-il ajouté, il ne reste qu’une chance sur deux de ramener les températures au seuil de 1,5 degré d’ici la fin du siècle.

Le rapport réitère une conclusion similaire du Programme des Nations Unies pour l’environnement, qui a déclaré l’année dernière dans son rapport sur les écarts d’émissions qu’il n’existe « aucune voie crédible vers 1,5°C en place » et que « seule une transformation urgente à l’échelle du système peut éviter une catastrophe climatique ». .» Une étude publiée le mois dernier et dirigée par James Hansen, le scientifique qui a été le premier à avertir le Congrès de la crise climatique à la fin des années 80, prévoit que la planète se réchauffera probablement de 2 degrés – au moins temporairement – ​​au cours des prochaines décennies. Et Bill Gates, le magnat milliardaire de la technologie et l’un des plus grands investisseurs mondiaux dans l’énergie propre, a déclaré dans une interview ce week-end à Dubaï qu’il pensait qu’il « n’est pas si probable » que le monde atteigne même l’objectif moins ambitieux de l’Accord de Paris de maintenir en permanence la hausse de la température en dessous de 2 degrés Celsius.

Certaines études estiment à environ 2,7 degrés le réchauffement d’ici 2100 selon les engagements actuels du pacte climatique. Pourtant, viser 1,5 degré – même si l’objectif est irréaliste – pourrait encore être utile, disent certains scientifiques et défenseurs du climat. C’est un débat qui prend de l’ampleur au sein de la communauté climatique : une discussion plus honnête sur la possibilité d’atteindre un réchauffement de 1,5 degré incitera-t-elle le public à agir ou va-t-elle susciter le désespoir et atténuer le sentiment d’urgence ?

Plus d’actualités climatiques

Filmé en vidéo : le président de la COP28 déclare « aucune science » sur l’élimination progressive des combustibles fossiles : Sultan al-Jaber, PDG de la compagnie pétrolière publique des Émirats arabes unis et président cette année des négociations mondiales sur le climat des Nations Unies, a affirmé à tort qu’il n’y avait aucune science pour soutenir l’élimination progressive des combustibles fossiles pour éviter un réchauffement catastrophique, Damian Carrington et Ben Stockton rapport pour le Guardian. « À moins que vous ne vouliez ramener le monde dans des grottes », a ajouté al-Jaber lors de l’événement en direct de dimanche. Alors que la nouvelle du commentaire se répandait lundi, Al-Jaber a ajouté qu’il avait été « mal interprété ».

Selon les nations, tripler les énergies renouvelables doit inclure le nucléaire : Près de deux douzaines de pays, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, le Canada et le Japon, ont appelé samedi à tripler la capacité mondiale d’énergie nucléaire lors des négociations de l’ONU sur le climat, dans le cadre des efforts visant à atteindre zéro émission nette d’ici 2050, selon le Japon. Rapports du Times. Mais l’énergie nucléaire reste controversée à la suite de catastrophes environnementales majeures comme celles de Fukushima et de Tchernobyl. Certains environnementalistes s’opposent également au nucléaire en raison de sa grande consommation d’eau et de ses coûts élevés, affirmant que les fonds seraient mieux dépensés dans l’énergie solaire et l’éolien.

Les émissions autodéclarées des compagnies pétrolières sont très loin, déclare Gore : L’ancien vice-président Al Gore a fustigé les compagnies pétrolières dimanche lors des négociations mondiales sur le climat de la COP28, rapporte l’Associated Press, affirmant que les émissions de carbone qu’elles déclarent « ne sont tout simplement pas correctes – et nous pouvons prouver qu’elles n’ont pas raison ». La société de données de Gore, qui a présenté sa dernière analyse lors du sommet de l’ONU, suit la pollution par le carbone de chaque pays et ville du monde avec 352 millions d’informations. « La première surprise a été de constater à quel point les rapports de l’industrie pétrolière et gazière sont loin d’être les mêmes », a déclaré Gore.

Plus de mises à jour sur la COP28

Une confrontation inévitable avec l’industrie des combustibles fossiles se prépare à la COP28

Les nouvelles réglementations américaines et européennes renforcent les appels à un engagement mondial en matière de méthane

Plus de 100 pays à la COP28 appellent à l’élimination progressive des combustibles fossiles

Les dirigeants autochtones veulent que la COP28 se concentre sur les pertes, les dommages et l’élimination progressive des combustibles fossiles

L’indicateur du jour

7,5 mille milliards

C’est le nombre de tonnes d’eau qui ont été ajoutées aux océans du monde au cours des 25 dernières années en raison de la fonte des calottes glaciaires en Antarctique, selon une nouvelle étude de l’Université de Leeds. Près de 67 000 milliards de tonnes de glace ont fondu au cours de cette période, avec seulement 59 000 milliards de recongelés, selon le rapport.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat