Une forêt renaît : un loup migrateur a rétabli l’équilibre et la santé d’un écosystème en difficulté

Une histoire remarquable sur la façon dont un seul loup a changé le sort de la faune sauvage d’une île entière a été révélée par une étude à long terme du parc national de l’Isle Royale, dans le lac Supérieur, dans le Michigan.

L’étude, publiée dans la revue Science Advances, montre comment l’arrivée d’un loup solitaire du Canada en 1997 a stimulé la diversité génétique et la santé de la population de loups de l’île, ce qui a contribué à rétablir l’équilibre de l’écosystème forestier en contrôlant la population d’orignaux. .

Le projet loup-orignal de l’Isle Royale

L’Isle Royale est une île isolée située à environ 130 kilomètres au large des côtes du Michigan et abrite une riche biodiversité de plantes et d’animaux.

Parmi eux se trouvent deux espèces emblématiques : le loup et l’orignal, qui ont fait l’objet de la plus longue étude sur le système prédateur-proie au monde.

Le projet loup-orignal de l’Isle Royale a débuté en 1958 et a été mené par des générations de chercheurs de l’Université technologique du Michigan.

Le projet a documenté les fluctuations des populations de loups et d’orignaux au fil des décennies, ainsi que leurs impacts sur la végétation forestière et d’autres espèces sauvages.

Le projet a également révélé les défis auxquels sont confrontées les deux espèces en raison des changements environnementaux, tels que les épidémies, la variabilité climatique et la détérioration génétique.

Le vieux gars gris

L’un des événements les plus dramatiques de l’histoire du projet a été l’arrivée d’un loup solitaire du Canada en 1997.

Le loup, identifié comme M93 par les chercheurs, mais surnommé « le vieux gris » en raison de sa fourrure de couleur claire distinctive, a traversé un pont de glace qui reliait brièvement l’île au continent au cours d’un hiver rigoureux.

C’était un immigrant dans tous les sens du terme : il n’avait aucun lien de parenté avec aucun des loups existants sur l’île, il était plus grand et plus fort qu’eux, et il avait un accent différent (ses hurlements avaient une hauteur et une durée différentes).

Le Old Grey Guy est rapidement devenu le mâle dominant de l’une des trois meutes de loups de l’île et a engendré 34 petits au cours de sa vie.

Son arrivée a été une aubaine pour la population de loups de l’île, qui souffrait d’une grave consanguinité et d’une faible diversité génétique en raison de son isolement.

La consanguinité avait entraîné un succès reproducteur plus faible, des taux de mortalité plus élevés et des malformations physiques chez les loups.

Le Vieux Gris a introduit de nouveaux gènes qui ont amélioré la santé et la vitalité de sa progéniture et de ses descendants.

Les effets en cascade

L’héritage du Vieux Gris ne s’est pas arrêté à sa propre espèce. Sa présence a également eu des effets en cascade sur l’ensemble de l’écosystème forestier, notamment sur la population d’orignaux.

Les élans sont la principale proie des loups sur l’île et leur nombre est influencé à la fois par la prédation et par la disponibilité de nourriture.

L’orignal se nourrit de diverses plantes, mais ses préférées sont les sapins baumiers, qui sont également importants pour fournir un habitat et de la nourriture à d’autres animaux.

Avant l’arrivée du Vieux Gris, la population d’orignaux augmentait rapidement en raison de la faible pression de prédation de la population affaiblie de loups.

Cela a conduit au surpâturage des sapins baumiers et d’autres plantes, ce qui a réduit leur croissance et leur régénération. L’écosystème forestier se dégradait et se simplifiait.

Cependant, après l’arrivée du Vieux Gris, les choses ont changé. Sa progéniture et leurs descendants étaient des chasseurs plus efficaces que leurs prédécesseurs et ils ont augmenté leur taux de mortalité des élans.

Cela a réduit la population d’orignaux et soulagé une partie de la pression sur les sapins baumiers et d’autres plantes. L’écosystème forestier a commencé à se rétablir et à se diversifier.

Les leçons apprises

L’histoire du Vieux Gris illustre comment un seul individu peut avoir un impact profond sur tout un écosystème.

Cela montre également à quel point la diversité génétique est cruciale pour maintenir des populations et des écosystèmes sains.

Malheureusement, ses effets positifs n’ont pas duré éternellement. Après sa mort en 2006, sa progéniture est devenue trop nombreuse et s’est croisée entre eux, entraînant un nouveau déclin de la diversité génétique et de la santé. En 2018, il ne restait plus que deux loups sur l’île.

Pour prévenir leur extinction et restaurer leur rôle écologique, les gestionnaires du parc ont décidé d’intervenir et de relocaliser plusieurs loups du Canada et des États-Unis continentaux vers l’île entre 2018 et 2020.

Les nouveaux loups ont commencé à se reproduire entre eux et avec les loups indigènes restants, créant ainsi une nouvelle population hybride qui devrait être plus résiliente et plus adaptable aux défis futurs.

Le projet loup-orignal de l’Isle Royale continue de surveiller cette expérience et de fournir des informations précieuses sur la conservation et la gestion de la faune.

Le projet incite également les gens à apprécier et à prendre soin des merveilles de la nature. Comme l’a déclaré Rolf Peterson, l’un des principaux chercheurs du projet : « L’Isle Royale nous enseigne que toutes choses sont liées, même lorsqu’il s’agit d’une île sauvage isolée du lac Supérieur ».

Article associé: La maladie a rendu possibles les couleurs actuelles de la fourrure des loups, selon une étude

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat