La baie d’Ha Long au Vietnam perd sa teinte à mesure que la pollution et le surdéveloppement s’installent

La baie d’Ha Long au Vietnam, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, est célèbre pour ses eaux turquoise et ses imposantes îles calcaires.

Mais la baie est confrontée à une grave menace de pollution et de développement excessif, qui affectent sa faune et sa beauté naturelle.

La pollution : une cause majeure de la décoloration de la baie

L’une des principales causes de la perte de teinte de la baie est la pollution provenant de diverses sources, telles que les eaux usées, les déchets industriels, le ruissellement agricole et les déchets plastiques.

Selon un rapport de l’Administration vietnamienne de l’environnement, la qualité de l’eau dans la baie s’est considérablement détériorée ces dernières années, avec des niveaux élevés de bactéries coliformes, d’ammoniac et de métaux lourds.

La pollution affecte non seulement l’apparence de la baie mais aussi sa biodiversité. De nombreuses espèces marines, comme les récifs coralliens, les herbiers marins et les poissons, sont menacées par la pollution de l’eau, qui réduit leur taux d’oxygène et altère leurs habitats.

Certaines espèces, comme le langur d’Ha Long, une espèce en voie de disparition, sont également menacées par le braconnage et la perte de leur habitat.

Le surdéveloppement : un défi pour le tourisme durable

Un autre facteur qui contribue à la dégradation de la baie est le surdéveloppement, notamment dans le secteur touristique.

La baie est l’une des destinations touristiques les plus populaires du Vietnam, attirant plus de sept millions de visiteurs en 2022. Cependant, la croissance rapide du tourisme a également entraîné des impacts négatifs, tels que la surpopulation, le bruit et le gaspillage.

De nombreux touristes visitent la baie lors de croisières de nuit, qui génèrent une grande quantité de déchets et d’eaux usées.

Certains opérateurs de croisière enfreignent également les réglementations environnementales, comme en déversant des déchets à l’eau ou en jetant l’ancre dans des zones interdites.

De plus, certains projets de construction, tels que des hôtels, des villas et des routes, ont été construits sur les eaux de la baie ou à proximité de ses rives, sans évaluation d’impact environnemental ni consultation publique appropriée.

Ces développements ont suscité un tollé général et des critiques de la part des écologistes, qui craignent qu’ils puissent nuire au patrimoine naturel et culturel de la baie.

L’UNESCO a également exprimé sa préoccupation et a exhorté les autorités vietnamiennes à prendre des mesures pour protéger la baie et assurer sa gestion durable.

Que peut-on faire pour sauver la baie ?

Le gouvernement vietnamien a reconnu les problèmes auxquels est confrontée la baie et a pris certaines mesures pour y remédier, comme l’imposition d’amendes aux pollueurs, la suspension des projets de construction illégaux et le renforcement de la surveillance environnementale et de l’application de la loi.

Cependant, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour assurer la conservation à long terme de la baie et de ses valeurs.

Certaines solutions possibles incluent :

  • Mettre en œuvre des normes et réglementations environnementales plus strictes pour le tourisme et d’autres activités dans la baie, et les faire respecter efficacement.
  • Promouvoir des pratiques touristiques respectueuses de l’environnement et responsables, telles que la réduction des déchets, le recyclage et l’utilisation de sources d’énergie renouvelables.
  • Sensibiliser et éduquer le public sur l’importance et les avantages de la baie, et encourager la participation et l’implication locales dans sa protection.
  • Renforcer la coopération et la coordination entre les différentes parties prenantes, telles que le gouvernement, le secteur privé, la société civile et la communauté internationale, pour élaborer et mettre en œuvre un plan complet et intégré pour le développement durable de la baie.

La baie d’Ha Long au Vietnam est une merveille naturelle unique et précieuse qui mérite d’être préservée et chérie.

En agissant maintenant, nous pouvons garantir que la baie conservera sa couleur et son charme pour les générations à venir.

Article associé: 16 guêpes parasitoïdes étranges au Vietnam : une découverte récente peut déchiffrer des comportements parasitaires inconnus

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat