Alerte majeure au tsunami déclenchée alors qu’un séisme de magnitude 7,6 frappe le Japon

Le centre du Japon a été frappé lundi par un tremblement de terre majeur, d’une magnitude préliminaire de 7,6, provoquant une inquiétude généralisée et déclenchant des alertes au tsunami. Le séisme, centré dans la préfecture d’Ishikawa, a donné lieu à des avis d’évacuation urgents et à des alertes accrues en cas de répliques potentielles.

Vagues du tsunami et ordres d’évacuation

À la suite du tremblement de terre, un tsunami d’environ 1 mètre de haut a été signalé le long de certaines parties de la côte ouest du Japon, bordant la mer du Japon. La chaîne publique NHK a indiqué que des vagues plus importantes pourraient suivre. Les autorités, dont l’Agence météorologique japonaise, ont émis des alertes au tsunami pour les préfectures côtières d’Ishikawa, Niigata et Toyama, appelant à une évacuation immédiate vers des zones plus élevées.

La NHK a rapporté que le séisme, qui a frappé la région de Noto dans la préfecture d’Ishikawa vers 16h10 heure locale (07h10 GMT), pourrait provoquer des vagues de tsunami dangereuses atteignant 5 mètres (16,4 pieds) dans un rayon de 300 km (186 miles) de la zone. l’épicentre du séisme, selon les agences américaines et japonaises.

Évaluation des dommages et pannes de courant

Yoshimasa Hayashi, le principal porte-parole du gouvernement, s’est adressé à la nation lors d’une conférence de presse d’urgence, déclarant que l’étendue des dégâts était encore en cours d’évaluation. Les résidents ont été avertis de se préparer à de nouvelles activités sismiques. Les images de la NHK ont montré des dégâts importants à Ishikawa, notamment des effondrements de bâtiments, et des secousses ont été ressenties jusqu’à Tokyo. Plus de 36 000 foyers dans les préfectures d’Ishikawa et de Toyama ont connu des pannes de courant, comme l’a rapporté Hokuriku Electric Power.

L’Autorité de régulation nucléaire a confirmé qu’il n’y avait eu aucune irrégularité dans les centrales nucléaires situées le long de la mer du Japon, notamment dans les cinq réacteurs actifs des centrales d’Ohi et de Takahama, dans la préfecture de Fukui. La centrale Shika à Ishikawa, la plus proche de l’épicentre du séisme, a vu ses réacteurs arrêtés pour inspection avant le séisme et n’a signalé aucun impact.

De plus, l’agence météorologique sud-coréenne a noté une élévation potentielle du niveau de la mer dans certaines parties de la province de Gangwon, sur la côte est.

La vulnérabilité du Japon aux tremblements de terre

Cet incident nous rappelle brutalement la vulnérabilité du Japon aux tremblements de terre. Le pays a connu un tremblement de terre et un tsunami dévastateurs le 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon, qui ont fait près de 20 000 morts et d’importantes fusions nucléaires à Fukushima.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat