Cinq rhinocéros noirs arrivent au Tchad pour réintroduire l’espèce après 40 ans d’extinction locale

Cinq rhinocéros noirs sont arrivés à Zakouma, le plus ancien parc national du Tchad, dans l’espoir de réintroduire la population là où ils ont été déclarés localement éteints depuis plus de 40 ans.

Déplacement des rhinocéros

Les rhinocéros ont pris un avion militaire C130 du Limpopo, en Afrique du Sud, à Zakouma, s’arrêtant en route en Zambie et au Burundi. Le voyage de 4 400 km (2 734 mi) a duré environ 36 heures depuis le début, lorsque chaque animal a été chargé dans sa propre caisse en acier jusqu’au point de libération.

Les animaux récemment arrivés prospèrent et s’habituent à leurs bomas, ou enclos.

Pour la variété génétique, il s’agit d’un mélange de sous-espèces de rhinocéros noirs.

À l’origine, il était prévu de déplacer six rhinocéros noirs, mais l’un des taureaux a finalement été laissé de côté en raison d’antécédents de dépression.

La direction du parc a déclaré que l’arrivée de l’espèce et l’établissement d’une population durable démontrent leur engagement à assurer l’avenir des animaux.

« Cette translocation constitue une opportunité remarquable – une seconde chance – pour les rhinocéros noirs de Zakouma et du Tchad », a déclaré Cyril Pélissier, directeur du parc.

Les deux rhinocéros noirs du parc national de Zakouma, au Tchad, vivent seuls depuis plus de cinq ans.

African Parks a contribué à la relocalisation de six rhinocéros noirs en danger critique d’extinction d’Afrique du Sud vers Zakouma en mai 2018, dont les deux femelles. Cependant, quatre d’entre eux sont décédés quelques jours seulement après avoir été placés dans leur nouvelle maison.

D’énormes efforts, notamment un examen attentif de ce qui n’a pas fonctionné la fois précédente, ont été déployés pour augmenter les chances de survie des rhinocéros cette fois-ci.

Après avoir passé six semaines à Bomas à leur arrivée à Zakouma, les six rhinocéros ont ensuite été relâchés dans un refuge de 33 kilomètres carrés fin juin et dans le plus grand parc fin septembre.

En octobre, quatre des animaux se sont rapidement détériorés et sont décédés.

Cette fois, les rhinocéros resteront à Bomas pendant 14 jours avant de pouvoir se promener librement dans le plus grand parc. Ils pourront également toujours être recapturés en cas de détérioration de leur état de santé, et ils continueront à avoir accès à de la nourriture complémentaire à proximité des bomas.

D’ici 2025, des plans sont en place pour introduire au moins treize rhinocéros noirs supplémentaires aux sept actuels.

« L’intention est d’en avoir au moins 20 – le minimum pour une population de départ viable. Nous évaluerons la situation maintenant que nous avons cette charge ici », a déclaré Martin Rickelton, directeur régional des opérations d’African Parks.

Lire aussi : Des rhinocéros en voie de disparition menacés d’un braconnage croissant en Nambia, en Afrique du Sud : des efforts de conservation et de protection sont nécessaires

Population de rhinocéros noirs

Les rhinocéros noirs sont originaires d’Afrique orientale et australe.

Avec seulement 6 487 individus restants sur le continent en 2022, ils sont classés comme gravement menacés sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Néanmoins, le braconnage continue de constituer une menace sérieuse pour les populations de rhinocéros ; Rien que cette année-là, les braconniers ont tué au moins 561 rhinocéros.

Les populations d’éléphants à Zakouma ont diminué de 95 % entre 2002 et 2010 en raison du braconnage généralisé pour l’ivoire et d’autres trafics illégaux, en particulier par les membres de la milice Janjaweed.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat