Carottes : la culture assoiffée qui draine les ressources en eau d’une vallée aride

La vallée de Cuyama est une région isolée et aride de Californie, au nord de Santa Barbara. Elle abrite environ 2 000 personnes, pour la plupart des agriculteurs et des éleveurs qui dépendent de la seule source d’eau de la vallée : les eaux souterraines.

L’eau souterraine est stockée dans un aquifère, une couche de roche et de sable qui retient l’eau sous terre.

L’aquifère est reconstitué par la pluie et la neige, mais la vallée reçoit très peu de précipitations, en moyenne seulement 12 pouces par an.

Depuis des décennies, les eaux souterraines sont pompées par des puits et des asperseurs pour irriguer les cultures, notamment les carottes.

Les carottes sont une culture assoiffée, nécessitant environ 14 pouces d’eau par an. La vallée de Cuyama produit environ 10 % des carottes du pays et est dominée par deux des plus grandes entreprises productrices de carottes au monde : Grimmway Farms et Bolthouse Farms.

Ensemble, ils cultivent environ 15 000 acres de carottes dans la vallée, utilisant environ 70 000 acres-pieds d’eau par an. Cela représente suffisamment d’eau pour approvisionner plus d’un demi-million de personnes.

Le pompage excessif des eaux souterraines a fait baisser la nappe aquifère de plus de 300 pieds depuis les années 1950.

Cela a entraîné un affaissement des terres, une intrusion d’eau salée et une réduction de la qualité de l’eau. L’aquifère est désormais gravement surexploité, ce qui signifie que plus d’eau est extraite que réintroduite. Si cette tendance se poursuit, l’aquifère pourrait s’assécher, laissant la vallée sans eau.

La bataille juridique : qui a le droit de pomper les eaux souterraines ?

En 2014, la Californie a adopté le Sustainable Groundwater Management Act (SGMA), une loi qui oblige les agences locales à élaborer et à mettre en œuvre des plans pour gérer les eaux souterraines de manière durable d’ici 2040.

La loi permet également aux utilisateurs des eaux souterraines d’intenter des poursuites pour déterminer leurs droits de pomper les eaux souterraines, sur la base d’une utilisation historique et bénéfique.

En 2019, Grimmway Farms et Bolthouse Farms ont intenté une action en justice contre plus de 1 000 autres propriétaires fonciers de la vallée de Cuyama, notamment des résidents, des petits agriculteurs, des éleveurs et le district des services communautaires de Cuyama (CCSD), qui fournit des services d’eau et d’égouts à la région. ville de Nouveau Cuyama.

Les entreprises de carottes ont affirmé qu’elles avaient des droits supérieurs pour pomper les eaux souterraines et que les autres parties n’avaient aucun droit ou des droits limités.

Ils ont également demandé au tribunal de nommer un maître des eaux, une personne ou une entité qui superviserait et réglementerait le pompage des eaux souterraines dans la vallée.

Le procès a suscité l’indignation et la résistance des accusés, qui ont affirmé que les producteurs de carottes tentaient de monopoliser les eaux souterraines et de saper le processus SGMA.

Ils ont formé une coalition appelée Cuyama Valley Water Guardians et ont engagé des avocats pour combattre le procès.

Ils ont également lancé une campagne de boycott des carottes, exhortant les consommateurs à cesser d’acheter des carottes des fermes Grimmway et Bolthouse.

Ils ont installé des pancartes et des banderoles le long des routes de la vallée et devant leurs maisons et entreprises, disant « BOYCOTTEZ LES CAROTTES » et « SOUTEZ CUYAMA CONTRE LA CUPIDITÉ DES ENTREPRISES ».

La campagne de boycott a obtenu le soutien d’organisations locales et nationales, telles que le Centre communautaire de l’eau, Food and Water Watch et le Sierra Club.

La campagne a également attiré l’attention des médias, sensibilisant à la crise de l’eau dans la vallée de Cuyama et aux impacts de l’agriculture industrielle sur les ressources en eaux souterraines.

L’avenir : la vallée de Cuyama peut-elle assurer la durabilité de l’eau ?

Le procès est toujours en cours et l’issue est incertaine. Les fabricants de carottes ont déclaré qu’ils étaient prêts à négocier un règlement avec les autres parties, mais ils n’ont pas retiré leur action en justice.

Le CCSD et les Cuyama Valley Water Guardians ont déclaré qu’ils étaient ouverts au dialogue, mais ils n’ont pas accepté les revendications des entreprises de carottes concernant des droits supérieurs sur l’eau.

Le tribunal a nommé un médiateur pour faciliter les discussions, mais aucun accord n’a été trouvé jusqu’à présent.

Entre-temps, le processus SGMA avance également, quoique lentement. L’Agence pour la durabilité des eaux souterraines du bassin de Cuyama (GSA), une autorité conjointe composée de représentants du comté, de l’État et du CCSD, a élaboré un plan de gestion des eaux souterraines pour la vallée, qui a été approuvé par l’État en 2020.

Le plan fixe l’objectif de réduire la surexploitation des eaux souterraines de 70 % d’ici 2040 et propose diverses actions pour y parvenir, telles que la surveillance, le comptage, la déclaration et l’application de l’utilisation des eaux souterraines, la mise en œuvre de mesures de conservation et d’efficacité de l’eau, le développement de sources d’eau alternatives et la restauration. zones de recharge naturelle.

Cependant, le plan n’aborde pas la question des droits sur l’eau, qui est laissée au tribunal pour trancher.

Le plan ne précise pas non plus comment les réductions du pompage des eaux souterraines seront réparties entre les différents utilisateurs, ce qui est une question controversée et complexe.

La GSA a déclaré qu’elle élaborerait à l’avenir un cadre d’allocation des eaux souterraines, basé sur la décision du tribunal et sur la contribution des parties prenantes.

La vallée de Cuyama est confrontée à un défi de taille pour assurer la durabilité de l’eau et équilibrer les besoins de ses utilisateurs d’eau divers et conflictuels.

La campagne de boycott de la carotte est une manifestation de la frustration et du désespoir d’une communauté qui se sent menacée par les actions de puissants intérêts corporatifs.

Le procès est un test du cadre juridique et institutionnel qui régit les droits et la gestion des eaux souterraines en Californie.

Le processus SGMA est une opportunité de collaboration et d’innovation pour trouver des solutions justes et efficaces.

Le sort de la vallée de Cuyama dépend de l’issue de ces trois processus étroitement liés et de la volonté de toutes les parties de travailler ensemble pour le bien commun.

Article associé: La couleur originale de la carotte : orange ou violet ?

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat