Un expert des droits de l’homme de l’ONU s’alarme de la pollution provenant d’une usine de fabrication en Caroline du Nord

Une nouvelle enquête menée par des experts des droits de l’homme nommés par l’ONU a exprimé son inquiétude face aux preuves de pollution provenant d’une entreprise de fabrication de PFAS en Caroline du Nord, la qualifiant de « violations présumées des droits de l’homme et d’abus contre les résidents ».

Pour toujours chimique

La crise actuelle des PFAS en Caroline du Nord est liée à une usine de Chemours Fayetteville Works, qui a été séparée de DuPont en 2015.

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a rendu publiques les lettres d’allégations adressées par ses experts à Chemours et à quatre autres parties accusées d’être impliquées dans la situation.

Dans des lettres adressées à Chemours, Corteva et DuPont de Nemours, des responsables des Nations Unies connus sous le nom de rapporteurs ont remis en question l’utilisation de composés per- et polyfluoroalkylés tels que GenX.

Il a également accusé DuPont et Chemours de « suppression et dissimulation délibérées » des dangers des PFAS.

Les PFAS, ou composés per- et polyfluoroalkyles, constituent une classe de plus de 14 000 produits chimiques fréquemment utilisés pour fabriquer des produits résistants à l’eau, aux taches et à la chaleur.

Ils sont connus sous le nom de « produits chimiques éternels » car ils sont pratiquement indestructibles et ont été associés au cancer, à des problèmes de foie, à des problèmes de thyroïde, à des malformations congénitales, à des maladies rénales, à une diminution de l’immunité et à d’autres problèmes de santé majeurs.

En outre, des responsables ont écrit aux gouvernements des Pays-Bas et des États-Unis, accusant les régulateurs de négliger la protection de la santé humaine et de l’environnement.

Lire aussi : Les bactéries et les composés chimiques issus de la pollution des eaux côtières peuvent atteindre les gens via les aérosols marins le long des plages, provoquant potentiellement des complications

Eau potable contaminée

L’ONU affirme, entre autres, que Chemours a déversé des dizaines de produits chimiques dangereux dans la rivière Cape Fear, contaminant l’eau potable de centaines de milliers de personnes. Certaines personnes résident jusqu’à 100 kilomètres en aval de Fayetteville Works.

Selon le rapport, l’usine a continué à rejeter des déchets PFAS dans l’air jusqu’en 2019, contaminant les sources d’eau potable une fois que les produits chimiques se sont déposés sur le sol et se sont infiltrés dans les eaux souterraines.

La lettre de l’ONU mentionne également la découverte de pesticides Chemours dans les poissons et les cultures, ainsi que dans 97 % des échantillons de sang analysés dans la région. Il affirme que DuPont et Chemours étaient conscients des dangers mais les ont cachés aux résidents et aux employés.

« Nous sommes particulièrement préoccupés par le mépris apparent de DuPont et Chemours pour le bien-être des membres de la communauté, qui se voient refuser l’accès à l’eau propre et salubre depuis des décennies », indiquent les lettres, signées par cinq rapporteurs de l’ONU.

La lettre comprenait des preuves démontrant que les sociétés avaient supprimé les données de toxicité et les quantités de polluants émises par l’usine, et elle accusait Chemours d’avoir agi seulement après y avoir été contrainte par un tribunal.

Chemours a déclaré avoir « pris un ensemble de mesures vastes et sans précédent, coûtant des centaines de millions de dollars, pour éliminer presque tous les rejets de PFAS des usines de Fayetteville ».

L’ONU ne prend pas de décision officielle quant à savoir si les États-Unis, Chemours et d’autres destinataires de lettres violent les droits de l’homme.

Selon Claudia Polsky, directrice de la clinique de droit environnemental de l’Université de Californie à Berkeley, l’ONU pourrait encore publier un communiqué de presse public. Quoi qu’il en soit, l’enquête conclut

L’EPA a interrompu les expéditions de déchets PFAS des Pays-Bas vers Fayetteville, et le Département de la qualité de l’environnement de Caroline du Nord examine une pétition de Chemours visant à étendre la fabrication de PFAS sur le site.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat