Truite arc-en-ciel Dosage optimal d’un complément alimentaire largement répandu déterminé par les scientifiques

La truite arc-en-ciel est l’une des espèces de poissons les plus populaires et les plus précieuses en aquaculture, tant pour la production d’eau douce que marine.

Ils sont appréciés pour leur taux de croissance élevé, leur bonne qualité de chair et leur adaptabilité à diverses conditions environnementales. Cependant, nourrir correctement la truite arc-en-ciel n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

De nombreux facteurs affectent les besoins nutritionnels, les méthodes d’alimentation et les impacts environnementaux de l’élevage de truite arc-en-ciel.

Besoins nutritionnels de la truite arc-en-ciel

La truite arc-en-ciel est un poisson carnivore qui a besoin d’un régime riche en protéines pour soutenir sa croissance et sa santé.

Selon les directives techniques de la FAO pour une pêche responsable, « Pêches intérieures » (2010), le rapport optimal entre protéines et matières grasses recommandé lors de la préparation d’aliments granulés est de 2:1 à 3:11.

La teneur en protéines de l’aliment doit être comprise entre 40 et 50 %, selon la taille et l’âge du poisson. La teneur en matières grasses doit être comprise entre 15 et 25 %, selon la température de l’eau et la dépense énergétique du poisson.

L’aliment doit également contenir des quantités adéquates de vitamines, de minéraux, d’acides aminés essentiels et d’acides gras.

L’un des défis liés à l’alimentation de la truite arc-en-ciel est d’équilibrer l’apport alimentaire en phosphore et en calcium, qui sont importants pour la formation osseuse et le métabolisme.

La truite arc-en-ciel a une forte demande en phosphore, mais elle en excrète également une grande quantité dans ses selles, ce qui peut provoquer une pollution par les nutriments et une eutrophisation des eaux réceptrices.

Pour réduire les rejets de phosphore, l’alimentation de la truite arc-en-ciel doit contenir des sources de phosphore hautement digestibles, telles que de la farine de poisson, de l’huile de poisson ou du phosphate monocalcique.

L’aliment doit également avoir un rapport calcium/phosphore d’au moins 1,2:1 pour prévenir les déformations du squelette et assurer une croissance optimale.

Un autre défi de l’alimentation de la truite arc-en-ciel est de lui fournir des quantités suffisantes de caroténoïdes, qui sont des pigments naturels qui donnent aux poissons leur couleur rose ou rouge caractéristique.

Les caroténoïdes ne sont pas synthétisés par la truite arc-en-ciel, mais ils sont obtenus à partir de sources alimentaires naturelles, comme le krill, les crevettes ou les insectes.

Cependant, en aquaculture, les truites arc-en-ciel sont généralement nourries avec des aliments artificiels dépourvus de caroténoïdes, ce qui donne une chair pâle ou blanche.

Pour rehausser la couleur et l’attrait de la truite arc-en-ciel, les éleveurs peuvent compléter leur alimentation avec des caroténoïdes synthétiques ou naturels, tels que l’astaxanthine, la canthaxanthine ou l’extrait de paprika.

Le dosage optimal et la durée de la supplémentation en caroténoïdes dépendent de l’intensité de la couleur souhaitée et des préférences du marché.

Méthodes d’alimentation de la truite arc-en-ciel

La truite arc-en-ciel est nourrie à la main, au distributeur mécanique ou au distributeur à la demande. Chaque méthode d’alimentation a ses avantages et ses inconvénients, en fonction de l’échelle, du type et de l’emplacement du système de production.

Le choix de la méthode d’alimentation doit tenir compte du comportement alimentaire, de l’appétit et du bien-être des poissons, ainsi que des coûts de main-d’œuvre, de l’efficacité alimentaire et des impacts environnementaux de l’exploitation.

L’alimentation manuelle est la méthode la plus simple et la plus courante pour nourrir la truite arc-en-ciel, en particulier dans les exploitations familiales ou à petite échelle. Il permet à l’éleveur d’observer les poissons de près et d’ajuster la quantité et la qualité des aliments en fonction de leur état et de leur comportement.

L’alimentation manuelle permet également à l’éleveur d’interagir avec les poissons et d’établir un lien avec eux, ce qui peut améliorer leur bien-être et réduire le stress.

Cependant, l’alimentation manuelle demande également beaucoup de travail et de temps, et peut entraîner une suralimentation ou une sous-alimentation, selon les compétences et l’expérience de celui qui nourrit les animaux.

La suralimentation peut entraîner un gaspillage de nourriture, une mauvaise qualité de l’eau et une croissance et une santé réduites des poissons, tandis que la sous-alimentation peut entraîner la faim, l’agressivité et le cannibalisme parmi les poissons.

Les mangeoires mécaniques sont des appareils qui fournissent de la nourriture aux poissons automatiquement ou semi-automatiquement, à l’aide de minuteries, de capteurs ou de télécommandes.

Ces alimentateurs sont largement utilisés dans la production commerciale, en particulier dans les systèmes intensifs ou offshore, où l’alimentation manuelle est peu pratique, voire impossible.

De plus, ces machines peuvent réduire les coûts de main-d’œuvre et les erreurs humaines, et elles peuvent fournir aux poissons une alimentation fréquente et constante, ce qui peut améliorer leur croissance et leurs performances.

Cependant, les mangeoires mécaniques nécessitent également un entretien et un calibrage réguliers, et elles peuvent mal fonctionner ou tomber en panne, entraînant une perte d’aliment ou une famine.

Les mangeoires mécaniques n’ont pas non plus la capacité de surveiller le comportement et l’appétit des poissons, et elles peuvent provoquer une suralimentation ou une sous-alimentation, en fonction de la précision et de la fiabilité de l’appareil.

D’autre part, les mangeoires Dldemand sont des dispositifs qui permettent aux poissons de se nourrir eux-mêmes, en déclenchant un mécanisme qui libère une petite quantité de nourriture dans l’eau.

Les feeders à la demande sont largement utilisés dans l’élevage de truites d’eau douce aux États-Unis d’Amérique. Ceux-ci offrent plusieurs avantages, tels que de faibles coûts de main-d’œuvre, peu de gaspillage d’aliments et une efficacité alimentaire élevée.

Ces mangeoires améliorent également le bien-être et le comportement des poissons, en leur donnant le contrôle de leur programme d’alimentation et en réduisant l’ennui et le stress.

Cependant, les distributeurs à la demande présentent également certains inconvénients, tels que des coûts initiaux élevés, des risques de vandalisme ou de vol, ainsi qu’une éventuelle suralimentation ou sous-alimentation, en fonction du réglage et de la régulation de l’appareil.

Article associé: Les poissons ne ressentent pas la douleur, disent les scientifiques

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat