L’oiseau chanteur le plus rare des États-Unis déclaré éteint car sa dernière observation a été enregistrée il y a 60 ans

La paruline de Bachman, l’oiseau chanteur le plus rare aux États-Unis, n’a pas été aperçue depuis environ 60 ans. Sans aucune autre observation confirmée, les responsables ont désormais été classés comme « éteints ».

Paruline de Bachman : l’oiseau le plus rare aux États-Unis

La paruline de Bachman, autrefois l’un des oiseaux chanteurs les plus rares d’Amérique du Nord, a migré à travers la Floride et a été observée pour la dernière fois à Cuba en 1988. Malheureusement, le US Fish and Wildlife Service considère désormais qu’elle est probablement éteinte. Cette désignation s’étend à 21 espèces, dont la chauve-souris frugivore de Guam, un poisson du Texas, et neuf moules du sud-est, marquant leur disparition imminente.

Caractérisée par sa face jaune vif distincte et son bec courbé, la paruline de Bachman appartenait à la famille des parulines des bois, connue pour son cri « zeep » aigu et bourdonnant. Peu d’informations sont disponibles sur son histoire et son habitat. Seules quelques images et une carcasse conservée au Musée d’histoire naturelle de Floride existent. John James Audubon a commandé une illustration de cet oiseau et lui a donné le nom de son découvreur, John Bachman.

Audubon a décrit la paruline comme étant vive et agile, attrapant des insectes dans les airs comme un moucherolle. Lors de leur migration, ils traversaient la Floride au printemps le long de la côte du Golfe avant d’hiverner à Cuba. L’emplacement stratégique de la Floride en fait une plaque tournante centrale pour d’innombrables espèces d’oiseaux migrateurs, attirant des millions de personnes chaque année, selon Julie Wraithmell, directrice exécutive d’Audubon Florida.

Déclin de la population

La paruline de Bachman prospérait dans les plaines inondables des basses terres, notamment dans les Everglades en Floride. La dernière observation confirmée d’un nid remonte à 1937. Le développement humain et la suppression d’incendies de forêt vitaux ont entraîné une perte d’habitat, provoquant un déclin progressif de leur population avant les efforts de conservation.

Cela souligne l’importance de la préservation précoce des espèces, car le rétablissement est plus coûteux et plus difficile une fois que des impacts importants se produisent. Les Floridiens devraient donner la priorité à des décisions judicieuses en matière d’utilisation des terres et protéger les ressources naturelles vitales pour la survie des espèces en péril.

Officiellement déclaré éteint

Les parulines de Bachman sont un spectacle extrêmement rare depuis plus d’un siècle, ce qui rend l’annonce de lundi attendue mais indéniablement décourageante. Julie Wraithmell a exprimé sa tristesse face à la perte de cette espèce unique en Floride, soulignant l’importance de reconnaître son absence.

Noah Greenwald, du Centre pour la diversité biologique, a expliqué que ces parulines ont prospéré en Caroline du Nord jusqu’au début des années 1900, mais que les coupes à blanc et les collisions de phares ont dévasté leurs habitats et leurs populations. L’oiseau a été déclaré en voie de disparition en 1967, malgré aucune observation aux États-Unis depuis 1962, ce qui suggère sa probable extinction avant même la loi sur les espèces en voie de disparition.

Les efforts visant à localiser les parulines de Bachman ont diminué au fil des ans, des études approfondies menées de 1975 à 1979 n’ayant révélé aucun signe de l’espèce. Bien que des observations fiables aient été signalées dans le parc national de Congaree, en Caroline du Sud, en 2001, des recherches exhaustives n’ont pas permis de confirmer leur présence. Greenwald pensait que s’ils existaient encore, ils auraient déjà été aperçus.

L’un des 21 officiellement disparus

Le US Fish and Wildlife Service fonde sa désignation d’extinction sur des examens rigoureux des meilleures enquêtes scientifiques disponibles pour chacune des espèces radiées, selon un communiqué de presse, même si les 21 espèces radiées ce jour-là étaient probablement éteintes dans les années 1970 ou 1980. .

Cette déclaration, selon Greenwald, devrait servir de « sonnette d’alarme ».

Selon Greenwald, tout le monde devrait s’inquiéter de la façon dont l’humanité finit par détruire le réseau de vie qui sous-tend toute son existence.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat