L’histoire de la calotte glaciaire de l’Antarctique peut fournir des indices sur l’élévation du niveau de la mer

L’Antarctique est le continent le plus froid, le plus sec et le plus venteux de la planète, recouvert d’une immense calotte glaciaire qui retient environ 60 % de l’eau douce de la planète.

Mais sous la surface gelée se cache un paysage mystérieux et ancien qui a été caché depuis des millions d’années.

Les scientifiques utilisent des satellites et des avions pour cartographier les éléments situés sous la glace, tels que les montagnes, les vallées, les lacs et les rivières.

Ces caractéristiques peuvent nous renseigner sur l’histoire de l’Antarctique et sur la façon dont elle pourrait changer à l’avenir à mesure que la planète se réchauffe.

Une terre de glace et de feu

L’une des régions sous la glace les plus intrigantes s’appelle Highland A, située dans l’est de l’Antarctique. Il couvre environ 32 000 kilomètres carrés et se situe à environ 2 kilomètres sous la calotte glaciaire.

Il a été découvert pour la première fois en 2011, mais une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Communications l’a examiné plus en détail pour la première fois.

L’étude, dirigée par le professeur Stewart Jamieson de l’Université de Durham au Royaume-Uni, a utilisé des données satellite et des images radar pour révéler que Highland A se compose de trois blocs de paysage distincts, allant de 121 à 173 kilomètres de long.

Entre les blocs se trouvent deux vallées larges et profondes, qui étaient probablement des fjords creusés par les glaciers dans le passé.

Les chercheurs ont également trouvé des preuves d’activité volcanique dans la région, telles que des coulées de lave et des cônes volcaniques.

Ils ont estimé que le paysage s’est formé il y a entre 35 et 90 millions d’années, pendant la période du Crétacé, lorsque les dinosaures parcouraient la Terre et que l’Antarctique était un marécage luxuriant.

Selon le professeur Jamieson, le paysage du Highland A est unique et ne ressemble à aucun autre endroit de l’Antarctique.

Il a expliqué que comprendre les caractéristiques sous la glace peut nous aider à prédire le comportement futur de la calotte glaciaire.

Il a déclaré que les caractéristiques détaillées du paysage peuvent révéler le comportement passé de la calotte glaciaire, ce qui est important pour modéliser et prédire sa réponse future au changement climatique.

Un point de bascule pour la calotte glaciaire

La calotte glaciaire de l’Antarctique est le plus grand bloc de glace sur Terre, couvrant plus de 14 millions de kilomètres carrés.

Il se compose de deux parties principales : la calotte glaciaire de l’Antarctique de l’Est, qui est plus grande et plus stable, et la calotte glaciaire de l’Antarctique de l’Ouest, qui est plus petite et plus vulnérable à la fonte.

La calotte glaciaire joue un rôle crucial dans la régulation du climat mondial, en réfléchissant la lumière du soleil vers l’espace et en stockant une énorme quantité de dioxyde de carbone.

Cela affecte également le niveau de la mer, qui augmenterait d’environ 60 mètres si la calotte glaciaire fondait complètement.

Toutefois, la calotte glaciaire n’est pas statique. Il évolue, croît et rétrécit constamment en réponse à des facteurs naturels et anthropiques.

Par exemple, les changements dans la température des océans, la circulation atmosphérique, les chutes de neige et l’activité volcanique peuvent tous influencer la calotte glaciaire.

L’un des plus grands défis pour les scientifiques est de déterminer les points de basculement de la calotte glaciaire, ou les seuils au-delà desquels la calotte glaciaire subira des changements irréversibles et rapides.

Ces points de bascule pourraient avoir des conséquences dramatiques sur le climat mondial et le niveau de la mer.

Parmi les facteurs qui peuvent déclencher un point de basculement figure le paysage sous la calotte glaciaire. La forme et la pente du substrat rocheux peuvent affecter la façon dont la glace s’écoule et la vitesse à laquelle elle fond.

Par exemple, si le substrat rocheux est lisse et incliné vers le bas, la glace peut glisser plus facilement et devenir instable.

Le professeur Jamieson a suggéré que le paysage des hautes terres A pourrait avoir des implications sur la stabilité de la calotte glaciaire de l’Antarctique oriental, qui gagne actuellement en masse en raison de l’augmentation des chutes de neige.

Il a averti que les vallées de la région pourraient servir de passages permettant à l’eau chaude des océans d’atteindre la base de la glace et de provoquer sa fonte.

Jamieson a déclaré que le taux de retrait des glaces pourrait dépendre de l’épaisseur et de la vitesse de la glace dans les vallées, qui pourraient être affectées par la forme du paysage.

Il a ajouté que l’activité volcanique dans la région pourrait également avoir un impact sur la calotte glaciaire, en fournissant de la chaleur et en créant des lacs et des rivières sous-glaciaires. Ceux-ci pourraient lubrifier la glace et la faire couler plus rapidement

Une fenêtre sur le passé et l’avenir

L’étude de Highland A fait partie d’un projet plus vaste appelé ICECAP, qui vise à cartographier l’ensemble du continent Antarctique à l’aide d’avions et de satellites.

Le projet implique des chercheurs d’Australie, du Royaume-Uni, des États-Unis, de France et de Chine.

Le professeur Jamieson a déclaré que le projet est important pour améliorer notre connaissance de l’Antarctique et de son rôle dans le système climatique mondial. Il a dit qu’en regardant le passé, nous pouvons en apprendre davantage sur l’avenir.

En outre, il a déclaré que le paysage sous la calotte glaciaire nous renseigne sur l’histoire de l’Antarctique, comment il s’est formé, comment il a évolué et comment il a réagi aux changements climatiques passés.

Cela peut nous aider à modéliser et à prédire le comportement futur de la calotte glaciaire et ses conséquences sur le niveau de la mer et le climat.

Il a également une valeur scientifique et culturelle, car il révèle un monde caché que peu de gens ont jamais vu.

Le paysage sous la glace est plus ancien que la calotte glaciaire elle-même et a été préservé pendant des millions d’années. Il a dit que c’était comme une capsule temporelle, une fenêtre sur un monde différent.

Article associé: Des scientifiques observent des changements saisonniers dans le mouvement de la calotte glaciaire de l’Antarctique (recherche)

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat