Les plus anciens tremblements de terre jamais enregistrés datant d'il y a 3,3 milliards d'années ont été découverts dans la ceinture de roches vertes de Barberton en Afrique

Les tremblements de terre les plus anciens jamais enregistrés, datant d'il y a des milliards d'années, ont été découverts sur d'anciennes formations rocheuses en Afrique, selon une nouvelle étude menée par des scientifiques néo-zélandais. Cette découverte intervient après que des géologues ont réalisé une nouvelle cartographie de la ceinture de roches vertes de Barberton en Afrique du Sud, révélant les premiers tremblements de terre connus sur la planète il y a 3,3 milliards d'années. La formation géologique complexe confirme également l’existence d’une ancienne tectonique des plaques.

Les tremblements de terre sont connus dans l'histoire ancienne et enregistrée comme faisant partie des activités sismiques sous notre planète, en particulier le mouvement des plaques tectoniques. Il existe des cas où de puissants séismes provoquent des dégâts considérables et des décès. Cependant, certains scientifiques estiment que ce phénomène géologique violent et les autres activités sismiques qui y sont liées constituent l'une des conditions clés de l'émergence et de la survie de la vie il y a des milliards d'années.

Les plus anciens tremblements de terre jamais enregistrés

Dans leur étude publiée dans la revue Géologie Le 27 février, des chercheurs ont confirmé les traces de certains des plus anciens tremblements de terre jamais enregistrés grâce à des glissements de terrain sous-marins à grande échelle dans la ceinture de roches vertes de Barberton, en Afrique australe. La découverte montre des preuves solides du phénomène de subduction et de grands tremblements de terre au cours de la période géologique paléoarchéenne s'étendant il y a 3,6 milliards à 3,2 milliards d'années.

Après la formation de la Terre, il y a 4,5 milliards d’années, on pensait que la planète ressemblait à une boule de roche en fusion. Au cours de ces jours primordiaux, les preuves montrent que la planète entière était en fusion, ce qui signifie qu’il existait une mer de magma sans fin, bien avant l’existence des océans et des terres émergées. Dans ce contexte, la découverte des premiers tremblements de terre confirme la transition préhistorique de la Terre vers une planète solide et habitable il y a 3,3 milliards d'années.

Ceinture de roches vertes de Barberton

L'équipe de recherche néo-zélandaise est arrivée à ses conclusions en effectuant une nouvelle cartographie de la ceinture de roches vertes de Barberton. Leurs levés ont montré que la partie centrale de la structure rocheuse est une « pseudo-stratigraphie » composée de blocs de glissement siliciclastiques et volcaniques d'eau peu profonde et d'eau profonde. Étant donné que la découverte est similaire aux glissements de terrain sous-marins anciens et récents en Nouvelle-Zélande, les tremblements de terre avaient été liés à des secousses survenues au Paléoarchéen.

Les chercheurs expliquent que les formations géologiques de la région sud-africaine étaient auparavant difficiles à déchiffrer, malgré de nombreuses tentatives pour les comprendre. Pourtant, les nouvelles recherches sont comparables aux jeunes roches du fond marin de l’océan Pacifique au large des côtes de la Nouvelle-Zélande. La découverte a également ouvert la voie à une nouvelle perspective de ce à quoi ressemblait la Terre lorsqu’elle était encore jeune, selon des rapports publiés plus tôt cette semaine.

L’étude de février 2024 met en lumière non seulement de nouvelles connaissances sur les séismes anciens, mais également leur rôle potentiel dans la prolifération de la vie sur Terre. Pour prouver l’importance des tremblements de terre ou au moins des activités géologiques dans l’émergence des organismes vivants, des recherches supplémentaires sont nécessaires, qui pourraient inclure une combinaison de biologie et de géologie pour combler une lacune dans le mystère de l’origine de la vie.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat