Les ormeaux rouges sont de plus en plus « stressés » en raison d’années d’acidification des océans

L’acidification des océans constitue une menace sérieuse pour de nombreux organismes marins, en particulier ceux qui dépendent de coquilles ou de squelettes de carbonate de calcium, comme les coraux, les huîtres et les ormeaux.

À mesure que l’océan devient plus acide en raison de l’augmentation des émissions de dioxyde de carbone, ces organismes ont plus de mal à construire et à entretenir leurs structures, ce qui peut affecter leur croissance, leur survie et leur reproduction.

Cependant, une nouvelle étude de l’Université de Californie à Davis a révélé que certaines mères d’ormeaux rouges disposent d’un moyen remarquable pour aider leur progéniture à faire face à l’acidification des océans.

Ils leur donnent un regain d’énergie à la naissance, sous forme de lipides du jaune, qui sont des molécules grasses qui fournissent du carburant au développement des embryons.

Cette énergie supplémentaire aide les bébés ormeaux à résister aux effets négatifs de l’acidification des océans et augmente leurs chances de survie.

L’étude : comparaison des ormeaux sauvages et d’élevage

L’étude, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, a comparé les effets de l’acidification des océans sur les ormeaux rouges sauvages et d’élevage afin d’identifier des caractéristiques qui pourraient aider à produire de manière durable les espèces d’ormeaux en déclin de Californie à l’avenir.

L’ormeau rouge est un produit de la mer très apprécié et une partie importante de l’écosystème côtier, mais il a été gravement surexploité et touché par les maladies, la prédation et le changement climatique.

Les chercheurs ont simulé les conditions d’aquaculture en captivité dans des conditions d’acidification des océans et ont découvert que les ormeaux provenant d’une région à forte remontée d’eau le long de la côte de Mendocino étaient tolérants à l’acidification continue des océans, tandis que près de la moitié des ormeaux élevés en captivité provenant d’une installation aquacole du sud de la Californie sont morts dans les mêmes conditions. .

L’équipe a répété cette expérience sur une deuxième génération d’ormeaux issus du premier groupe expérimental et a observé un résultat similaire.

Ils ont découvert que cette tolérance était en grande partie due à un sursaut d’énergie fourni à la progéniture des mères ormeaux sous forme de lipides du jaune.

Les animaux élevés en captivité ne fournissaient pas la même énergie supplémentaire à leur progéniture.

L’auteur principal de l’étude, Dan Swezey, a expliqué que les ormeaux sauvages avaient évolué pour donner à leurs bébés un meilleur départ dans la vie en leur fournissant plus d’énergie, ce qui les rendait plus résistants au stress de l’acidification.

Il a ajouté que la quantité d’énergie donnée par la mère était corrélée à la tolérance de la progéniture.

Les implications : une croissance plus lente mais une survie plus élevée

L’étude a également révélé que les ormeaux d’élevage poussaient environ trois fois plus vite que leurs homologues sauvages de la côte Nord.

Bien que la culture rapide des ormeaux soit logique du point de vue du marché, les chercheurs ont découvert que les ormeaux à croissance rapide étaient également les plus susceptibles de mourir de l’acidification des océans.

Swezey a souligné le compromis entre croissance et survie, affirmant que les animaux les plus tolérants à l’acidification des océans grandissaient très lentement.

Il a noté que la sélection d’ormeaux à croissance rapide pourrait par inadvertance les rendre plus vulnérables à l’acidification des océans.

Les chercheurs ont suggéré que les gestionnaires de l’aquaculture et les défenseurs de l’environnement pourraient utiliser les informations de cette étude pour sélectionner des ormeaux ayant une teneur plus élevée en lipides du jaune et des taux de croissance plus lents, ce qui pourrait les rendre plus résistants à l’acidification des océans et à d’autres facteurs de stress environnementaux.

Ils ont également recommandé que les écloseries et les fermes d’ormeaux surveillent et ajustent la chimie de l’eau afin de réduire l’acidité et d’augmenter la disponibilité des ions carbonate, essentiels à la formation des coquilles.

L’étude fait partie d’un projet plus vaste financé par le California Ocean Protection Council et le California Sea Grant visant à comprendre les effets de l’acidification des océans sur les espèces d’ormeaux de Californie et à développer des stratégies pour les atténuer.

Le projet implique également des chercheurs de l’Institut des sciences côtières et marines de l’UC Davis, du Département des sciences animales de l’UC Davis, du Département de toxicologie environnementale de l’UC Davis, du Département des sciences de la Terre et des planètes de l’UC Davis, du Département des statistiques de l’UC Davis, de l’UC Davis. Davis Genome Center, l’Institut des sciences marines de l’UC Santa Cruz et le Département californien de la pêche et de la faune.

Les chercheurs espéraient que leurs découvertes contribueraient à préserver et à restaurer la population d’ormeaux rouges, qui constitue une ressource culturelle et économique pour des générations de Californiens.

Swezey a exprimé son admiration pour l’ormeau rouge, les qualifiant d’animaux emblématiques qui représentent la beauté et la générosité de la côte. Il a déclaré que lui et son équipe voulaient faire tout ce qu’ils pouvaient pour assurer leur avenir.

Article associé: Coquillages rares : restaurer l’ormeau en Californie

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat