Les fermes piscicoles destinées à repeupler les saumons sauvages dans le monde entier ont des conséquences mortelles

La pisciculture est une forme d’aquaculture dans laquelle les humains élèvent différentes espèces de poissons dans des enclos. Une fois cultivés, les animaux aquatiques (marins ou d’eau douce) sont vendus sur le marché comme matière première alimentaire. La pisciculture a longtemps été considérée comme rentable puisque cette pratique a été décrite comme des « fermes industrielles dans l’eau », équivalentes aux élevages de volailles sur terre.

La pisciculture a également un autre objectif, celui de renforcer les populations de poissons en voie de disparition ou menacées. Un de ces cas est le déclin du nombre de populations de saumon, il n’en reste plus que quelques-unes dans le monde, selon l’United States Geological Survey. Bien que divers facteurs expliquent le déclin de la population, les scientifiques accusent la pollution de l’eau d’en être la principale cause.

Malgré l’objectif fondamental de la pisciculture, qui vise à augmenter la population mondiale de saumon sauvage, ses conséquences sont mortelles, selon une analyse collective de plusieurs études, rapportée plus tôt cette semaine. Cette découverte révolutionnaire a révélé que les fermes piscicoles tuent des saumons sauvages et que les cas varient selon les endroits à travers le monde.

Les fermes piscicoles tuent les saumons sauvages

Au cours des décennies précédentes, le signe notable du déclin de la population mondiale de saumon sauvage a été enregistré entre 1983 et 1990, lorsque le nombre de saumons a diminué de 7 millions à 5 millions de poissons. Bien que cette tendance ait ralenti depuis 1990, 33 % supplémentaires des saumons sont morts, ce qui a fait chuter leur population à 3,38 millions en 2016, selon l’Organisation pour la conservation du saumon de l’Atlantique Nord.

Parallèlement, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a déclaré que près de 90 % des stocks mondiaux de poissons sont surexploités, épuisés ou en voie de reconstitution. En raison de ce problème, des fermes piscicoles ont été développées pour répondre à ce problème écologique.

Selon la Watershed Watch Salmon Society, les trois principales raisons pour lesquelles les fermes piscicoles ouvertes en filet menacent les saumons sauvages :

  • Les maladies des piscicultures présentent des risques mortels pour le saumon sauvage.
  • Les fermes salmonicoles peuvent transmettre les poux communs du saumon au saumon sauvage.
  • Le saumon d’élevage peut s’échapper et dominer les espèces indigènes pour les ressources.

Pollution de l’eau et autres facteurs

Comme mentionné précédemment, divers facteurs entraînent la mort des saumons sauvages, en plus de la pollution de l’eau anthropique ou d’origine humaine.

Par exemple, dans une étude de 2020 publiée dans la revue Science, des chercheurs ont lié la mortalité aiguë du saumon coho dans les eaux du nord-ouest du Pacifique aux États-Unis à un produit chimique présent dans le caoutchouc des pneus, omniprésent. Les résultats du document de recherche ont révélé que les particules de bande de roulement des pneus peuvent rendre les flux toxiques. Cela fait que les saumons qui reviennent frayer dans les cours d’eau urbains et suburbains courent un risque grave.

Pendant ce temps, les autorités de l’État de Washington identifient que la pollution de l’eau par les produits chimiques polychlorobiphényles (PCB) et polybromodiphényléthers (PBDE) est responsable des risques sanitaires suivants pour le saumon de Puget Sound :

  • Réduire la croissance
  • Augmenter la sensibilité aux maladies
  • Modifier la production d’hormones

Dans l’ensemble, ces produits chimiques réduisent le taux de survie des saumons. La pollution de l’eau et la pisciculture, considérée par certains comme la solution à la surpêche, pourraient conduire au déclin de la population de saumon sauvage dans les années à venir.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat