Le cycle solaire 25 devrait culminer en 2024 et sera un cycle faible-modéré

L’activité solaire, phénomène à l’origine des taches solaires, des éruptions solaires et des éjections de masse coronale, suit un cycle de 11 ans de hauts et de bas.

Selon une équipe d’astronomes de l’Observatoire solaire national (NSO) et de l’Air Force Research Laboratory (AFRL), le prochain pic d’activité solaire devrait se produire en juillet 2024, atteignant un nombre de taches solaires de 115.

C’est légèrement inférieur à la moyenne de 140, mais toujours supérieur au cycle précédent, qui avait connu un pic à 82 en avril 2014.

Quels sont les effets de l’activité solaire sur Terre ?

L’activité solaire peut avoir des effets à la fois positifs et négatifs sur la Terre et sur la civilisation humaine. Du côté positif, les éruptions solaires et les éjections de masse coronale peuvent créer des aurores spectaculaires, ou aurores boréales et méridionales, visibles dans les régions de haute latitude.

Ils peuvent également améliorer l’ionisation de la haute atmosphère, ce qui peut améliorer les communications radio et les systèmes de navigation.

Du côté négatif, l’activité solaire peut également constituer de sérieuses menaces pour notre technologie et nos infrastructures.

Les éruptions solaires et les éjections de masse coronale peuvent émettre d’intenses explosions de rayonnement électromagnétique et de particules chargées, susceptibles d’interférer avec les satellites, les réseaux électriques, les réseaux de communication et les appareils électroniques.

Ils peuvent également endommager les vaisseaux spatiaux et mettre en danger les astronautes en orbite.

Dans des cas extrêmes, l’activité solaire peut provoquer des tempêtes géomagnétiques, qui sont des perturbations du champ magnétique terrestre pouvant induire des courants électriques dans le sol et affecter le fonctionnement des pipelines, des chemins de fer et des câbles de télécommunication.

Comment se préparer au prochain pic solaire ?

Les effets de l’activité solaire ne sont pas prévisibles, car ils dépendent de nombreux facteurs, tels que la force, la durée et la direction des éruptions solaires, ainsi que l’orientation et la configuration du champ magnétique terrestre.

Cependant, les scientifiques et les ingénieurs travaillent sur des moyens de surveiller, prévoir et atténuer les impacts de l’activité solaire sur notre société.

L’un des principaux outils d’observation et d’étude du soleil est le télescope solaire Daniel K. Inouye (DKIST), qui est le télescope solaire le plus grand et le plus avancé au monde.

Situé à Hawaï, le DKIST peut capturer des images et des spectres haute résolution de la surface et de l’atmosphère du soleil, révélant les détails des taches solaires, des champs magnétiques et des flux de plasma qui déterminent l’activité solaire.

Le DKIST devrait commencer ses opérations complètes en 2021 et fournira des données et des informations précieuses pour le prochain cycle solaire.

Un autre outil important pour la prévision et l’avertissement de l’activité solaire est le Space Weather Prediction Center (SWPC), qui est un service de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Le SWPC surveille et analyse les données de divers satellites et observatoires au sol, et émet des alertes et des avis pour différents niveaux d’activité solaire et géomagnétique.

Le SWPC fournit également des conseils et des recommandations à divers secteurs et utilisateurs, tels que l’aviation, l’énergie électrique, les opérations de satellite et la gestion des urgences, sur la manière de se préparer et de répondre aux événements solaires.

Enfin, l’une des stratégies clés pour atténuer les effets de l’activité solaire consiste à améliorer la résilience et la redondance de nos infrastructures et systèmes critiques.

Cela signifie concevoir et construire des composants et des réseaux plus robustes et flexibles, ainsi que mettre en œuvre des plans de sauvegarde et de récupération en cas de perturbations ou de pannes.

Par exemple, les compagnies d’électricité peuvent installer des dispositifs capables de protéger les transformateurs et les circuits contre les surcharges, ou d’isoler les parties du réseau affectées par les courants géomagnétiques.

Les opérateurs de satellites peuvent ajuster les orbites et les orientations de leur vaisseau spatial, ou passer à des modes ou systèmes de secours, pour éviter tout dommage ou perte de fonctionnalité.

Les individus et les organisations peuvent également prendre des précautions, comme débrancher ou protéger leurs appareils électroniques, ou disposer d’autres moyens de communication et d’information, en cas de tempêtes solaires.

Article associé: Une tache solaire colossale repérée par la NASA s’agrandit ; Les CME peuvent perturber les réseaux électriques terrestres

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat