La tempête Daniel laisse une traînée de destruction en Grèce, en Turquie et en Bulgarie ; 14 morts dans des crues soudaines

Les tempêtes ont dévasté certaines parties de la Bulgarie, de la Grèce et de la Turquie avec de fortes pluies, provoquant des inondations qui ont tué au moins 14 personnes.

La tempête, surnommée Daniel par les météorologues grecs, frappe la région depuis lundi, affectant principalement la région centrale de la Grèce de Magnésie et sa ville, Volos, située à 300 kilomètres (185 miles) au nord d’Athènes.

Selon les pompiers, les pluies ont causé au moins trois morts près de la ville centrale de Volos et à Karditsa, plus à l’ouest. Trois personnes ont disparu.

Panne de courant due à la tempête Daniel

Une femme de 87 ans, portée disparue depuis mardi, a été retrouvée morte mercredi dans le village de Paltsi en Magnésie, tandis qu’un homme de 51 ans a été retrouvé mort mardi à Volos après avoir été emporté par une crue croissante.

Volos est privée d’électricité depuis mardi matin, et les glissements de terrain et l’eau ont gravement détruit les bâtiments et les routes des communautés voisines.

Ces fortes pluies surviennent après des semaines d’incendies de forêt destructeurs en Grèce. « C’est un phénomène extrême », a déclaré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis dans une interview.

Lire aussi : Tempête Daniel : alertes météorologiques intenses émises en Grèce, inondations massives attendues

Crue éclair en Turquie

Une crue soudaine dans un camping du nord-est de la Turquie, près de la frontière bulgare, a tué au moins cinq personnes, dont trois ont été retrouvées mortes mercredi, et emporté des bungalows. Les sauveteurs recherchaient toujours une personne disparue au camping.

Deux autres personnes ont été tuées à Istanbul, la plus grande ville de Turquie, où les pluies de mardi ont inondé des centaines de maisons et d’entreprises dans divers quartiers.

Selon la chaîne turque HaberTurk TV, l’une des victimes à Istanbul était un citoyen guinéen de 32 ans qui était coincé dans son appartement au sous-sol dans le quartier pauvre de Kucukcekmece.

L’autre était une femme de 57 ans, décédée après avoir été emportée par les eaux de crue dans une autre zone.

Selon le bureau du gouverneur d’Istanbul, les eaux de crue de la ville ont touché plus de 1 750 habitations et entreprises. Cela inclut une rangée de devantures de magasins dans le quartier d’Ikitelli, où des pluies torrentielles ont entraîné des voitures garées et ont envahi les magasins de meubles, ruinant les produits.

Pendant ce temps, la côte bulgare de la mer Noire a également été frappée par les précipitations les plus élevées depuis des années.

Depuis lundi soir, des orages ont provoqué la crue des rivières, endommageant des ponts et bloquant l’accès à la région située au sud de la ville côtière de Bourgas.

Mercredi, le corps d’un touriste disparu a été découvert dans la mer, portant à trois le nombre total de morts dans la région.

Des patrouilleurs frontaliers et des drones participaient à la recherche de deux autres personnes portées disparues.

Selon la ministre du Tourisme, Zaritsa Dinkova, la catastrophe a touché environ 4 000 personnes sur toute la côte sud de la Bulgarie, sur la mer Noire.

« Il y a un problème de transport des touristes car il est dangereux de circuler en autocar sur les routes touchées par les inondations », a-t-elle déclaré dans une interview.

Selon le chef des pompiers, Alexandre Dzhartov, les pluies ont été les plus abondantes depuis 1994, avec autant de pluie tombée en 24 heures qu’on en observe généralement en plusieurs mois.

Les inondations, auparavant rares sur la côte de la mer Noire, deviennent de plus en plus répandues en Bulgarie en raison du changement climatique et du mauvais entretien des infrastructures.

Vidéo connexe :

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat