La carte de la hauteur de la forêt de Maui a des implications pour l’eau, le feu et le carbone

Maui est connue pour sa beauté naturelle époustouflante, mais saviez-vous que ses forêts changent également le monde ?

Une nouvelle étude réalisée par un professeur de géographie de l’Université d’Hawaï à Mānoa a révélé que les arbres de Valley Isle sont plus grands qu’on ne le pensait auparavant, ce qui a des implications significatives sur les rendements en eau, les risques d’incendie, etc.

Dans cet article, nous explorerons comment cette recherche révolutionnaire a été menée, ce qu’elle signifie pour l’environnement de Maui et pourquoi elle est importante pour la communauté mondiale.

Une nouvelle façon de mesurer la hauteur des forêts

L’étude, dirigée par Qi Chen, a utilisé une nouvelle approche pour mesurer la hauteur des forêts de Maui. Chen a utilisé une technologie de télédétection de pointe, appelée lidar aéroporté, pour collecter des données à haute résolution sur l’élévation et la structure de la végétation.

Il a ensuite utilisé l’imagerie satellite pour former des modèles capables d’estimer la hauteur de la forêt sur toute l’île, avec une résolution de 30 mètres.

Le résultat fut une nouvelle carte montrant la hauteur de la forêt de Maui avec des détails sans précédent. La carte a révélé que les arbres de l’île étaient plus hauts que prévu, en particulier dans les altitudes les plus élevées.

Par exemple, la carte montre que la hauteur moyenne de la forêt dans le parc national de Haleakalā est de 12,8 mètres, contre une estimation précédente de 9,6 mètres. Cela signifie que la canopée forestière du parc est environ 33 % plus haute qu’on ne le pensait auparavant.

Implications pour les rendements en eau et les risques d’incendie

Pourquoi la hauteur de la forêt est-elle importante ? Parce que cela affecte la quantité d’eau que la forêt peut capter des nuages ​​et sa vulnérabilité au feu. Ces deux facteurs sont cruciaux pour la durabilité de l’environnement et de l’économie de Maui.

Les rendements en eau correspondent à la quantité d’eau qui s’écoule de la forêt vers les ruisseaux, les rivières et les aquifères. Ils dépendent de la quantité de précipitations que reçoit la forêt, de la quantité d’eau utilisée par les arbres pour la photosynthèse et de la quantité d’eau qui s’évapore des feuilles.

Les arbres plus grands ont tendance à intercepter plus de précipitations, à utiliser plus d’eau et à perdre plus d’eau par évaporation, ce qui signifie qu’ils ont des rendements en eau inférieurs à ceux des arbres plus petits.

Par conséquent, la nouvelle carte suggère que les forêts de Maui pourraient produire moins d’eau que prévu, ce qui pourrait avoir des implications sur l’approvisionnement en eau et la gestion de l’île.

Le risque d’incendie est la probabilité qu’un incendie de forêt se produise et se propage dans la forêt. Cela dépend du degré de sécheresse et d’inflammabilité de la végétation, du temps venteux et chaud ainsi que de la fréquence et de l’intensité des sources d’inflammation.

Les arbres plus grands ont tendance à avoir plus de biomasse, ce qui signifie qu’ils ont plus de combustible pour le feu.

Ils ont également tendance à créer plus d’ombre, ce qui signifie qu’ils réduisent l’humidité et la température du sous-étage, le rendant ainsi moins inflammable.

Par conséquent, la nouvelle carte suggère que les forêts de Maui pourraient avoir un effet mitigé sur le risque d’incendie, en fonction de l’emplacement et de l’état de la forêt.

Pourquoi c’est important pour le monde

La nouvelle carte est importante non seulement pour Maui, mais aussi pour le monde entier. Il s’agit de l’un des premiers exemples d’utilisation de la technologie de télédétection et de l’imagerie satellitaire pour créer des cartes à haute résolution de la hauteur des forêts, qui pourraient être appliquées à d’autres régions et écosystèmes.

De telles cartes pourraient fournir des informations précieuses pour la surveillance environnementale, la planification de la conservation et l’atténuation du changement climatique.

Par exemple, la hauteur de la forêt est liée au stockage de carbone, c’est-à-dire la quantité de carbone que la forêt séquestre de l’atmosphère et stocke dans sa biomasse.

Le stockage du carbone est un indicateur clé du rôle de la forêt dans l’atténuation du changement climatique, car il réduit la quantité de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique.

En mesurant la hauteur des forêts, les chercheurs pourraient estimer le stockage de carbone avec plus de précision et suivre son évolution dans le temps et dans l’espace.

De plus, la hauteur de la forêt est liée à la biodiversité, c’est-à-dire la variété et la richesse de la vie dans la forêt. La biodiversité est une mesure de la santé, de la résilience et du fonctionnement de la forêt, car elle soutient les services écosystémiques tels que la pollinisation, la lutte antiparasitaire et la formation des sols.

En mesurant la hauteur des forêts, les chercheurs pourraient évaluer la biodiversité plus efficacement et identifier les zones à haute valeur et priorité en matière de conservation.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat