La canicule accélère l’érosion dans la région alpine, les autorités mettent en garde contre les chutes de pierres et de glace

Une vague de chaleur dans le sud-ouest de la Suisse a accru le risque de chutes de pierres et de glace dans la région alpine, particulièrement meurtrières cette année pour les alpinistes et les randonneurs.

Selon le service météorologique suisse, une vague de chaleur a poussé le seuil de zéro degré Celsius à son plus haut niveau depuis le début des relevés il y a plus de 70 ans en Suisse, une nouvelle indication inquiétante pour les célèbres glaciers du pays.

Les autorités régionales du Valais ont déclaré que la hausse des températures avait accéléré l’érosion dans les Alpes.

« Avec la canicule des derniers jours et des jours à venir, le niveau de dangerosité est accru en haute montagne », a déclaré en entrevue le porte-parole de la police régionale, Steve Léger.

Lire aussi : La biodiversité dans les régions montagneuses du Tibet diminue à mesure que le changement climatique s’aggrave

Victime de l’érosion

Au total, 17 alpinistes ou alpinistes ayant parcouru les plus hautes altitudes des Alpes valaisannes sont décédés.

Ce nombre est supérieur aux totaux annuels atteints au cours de l’une des cinq années précédentes.

Par ailleurs, six randonneurs sont morts cette année lors de déplacements à basse altitude en Valais.

Seules cinq des 23 personnes tuées étaient suisses. Les nationalités autrichienne, belge, britannique, néerlandaise, française, allemande, italienne, rouanaise, taïwanaise et ukrainienne sont entre autres.

Mercredi, la police valaisanne a annoncé qu’une Allemande de 37 ans était décédée après une chute de plus de 70 mètres alors qu’elle promenait son chien sur un chemin à Zermatt, à l’ombre du sommet emblématique du Cervin, la semaine dernière. La raison exacte de sa chute faisait l’objet d’une enquête.

Limite zéro degré

La limite de zéro degré est un indicateur météorologique important, en particulier dans les zones montagneuses, car elle « affecte la végétation, la limite des neiges et le cycle de l’eau, et a donc un impact significatif sur les habitats des humains, des animaux et des plantes ».

Les glaciologues ont déclaré que le nouveau record d’altitude de zéro degré est un signe d’avertissement.

Matthias Huss, directeur de l’Observation des glaciers suisses (GLAMOS), a qualifié cette situation de « changement de régime » et de « nouveau coup dur pour les glaciers », déjà porté cette année.

« Les glaciers étaient déjà dans un très mauvais état par rapport aux autres années. Il y avait déjà eu beaucoup de fonte en juin et juillet, et maintenant cette chaleur s’ajoute à la perte », a-t-il ajouté.

Les glaciers alpins ont battu des records de fonte l’année dernière en raison de la combinaison d’une faible couverture neigeuse hivernale, de l’arrivée de la poussière saharienne en mars et des vagues de chaleur de mai à début septembre.

Entre 2021 et 2022, les glaciers suisses ont perdu environ 6% de leur volume de glace, contre un tiers entre 2001 et 2022.

MétéoSuisse prévoit que la température à Sion, la capitale régionale, atteindra cette semaine 37 degrés Celsius (99 degrés Fahrenheit), l’une des plus élevées du pays.

Ces derniers jours, la majeure partie de la Suisse romande est en train de brûler et de nombreuses personnes ont cherché refuge dans les lacs et autres refuges aquatiques du pays pour échapper à la chaleur.

La ville de Lausanne a rendu gratuites deux piscines publiques.

La canicule devrait s’atténuer d’ici la fin de la semaine.

Vidéo connexe :

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat