Une nouvelle « feuille de route » de l’ONU présente une vision mondiale pour la sécurité alimentaire et la réduction des émissions

Les critiques applaudissent les ambitions alimentaires de la COP28, mais affirment qu’elles ne s’attaquent pas aux émissions du bétail et qu’elles dépendent trop de la bioénergie.

Alors que le sommet annuel des Nations Unies sur le climat s’achève cette semaine à Dubaï, les groupes agricoles et alimentaires applaudissent les dirigeants de la conférence pour l’attention accrue portée à l’agriculture, une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement de la planète et qui a été négligée les années précédentes.

Mais les critiques ont souligné ce qu’ils considèrent comme des défauts flagrants dans les accords liés à l’alimentation et à l’agriculture qui ont émergé de l’événement de près de deux semaines, affirmant qu’ils ne vont pas assez loin ni ne s’attaquent de manière adéquate aux émissions de gaz à effet de serre de l’industrie de l’élevage.

La forte présence de l’industrie alimentaire à la conférence, connue sous le nom de COP28, n’a pas non plus été une bonne chose.

Une omission importante, selon certains critiques, est l’absence de discussion sur les forces financières qui dirigent le système agricole mondial – en particulier sur les banques qui continuent de financer une agriculture qui entraîne la déforestation et sur les près de 850 milliards de dollars de subventions gouvernementales qui soutiennent une agriculture à forte intensité de gaz à effet de serre. .

Dimanche, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié une « feuille de route » destinée aux pays pour les aider à atteindre « la faim zéro » tout en respectant l’objectif de 1,5 degré Celsius de l’accord de Paris sur le climat de 2015.

« Comment nourrir la planète d’ici 2050 sans la détruire est l’un des grands défis de notre époque », a déclaré Craig Hanson, directeur général du World Resources Institute, dans un courrier électronique. « Cette feuille de route est un rappel bienvenu que la réponse passe par l’augmentation durable des rendements des cultures et de l’élevage, la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires et la modification des régimes alimentaires, le tout dans un contexte de changement climatique. »

Relever ce défi implique une vaste gamme de solutions : renforcer les sols dégradés pour les rendre plus productifs, éduquer les consommateurs sur les dates de péremption des aliments et, dans les pays riches, réduire la consommation de produits laitiers et de bœuf, dont l’empreinte carbone est élevée.

La feuille de route est le premier des trois documents prévus traitant de l’alimentation et de l’agriculture. La FAO en publiera deux autres, axés sur les régions géographiques et avec des « plans d’action nationaux » plus spécifiques lors des deux prochains sommets des Nations Unies sur le climat. La nouvelle feuille de route présente une « vision globale » dans 10 domaines cibles, notamment l’élevage, les cultures, la pêche, les forêts et les sols, et définit 120 actions proposées.

Parmi les objectifs de la feuille de route figurent la réduction des émissions de méthane provenant du bétail de 20 pour cent par rapport aux niveaux de 2020, la réduction de moitié du gaspillage alimentaire et l’élimination de la faim chronique d’ici 2030.

Les objectifs sont colossaux, reconnaît la FAO. Près de 600 millions de personnes n’auront pas assez de nourriture d’ici 2030, estime la FAO, de nouveaux tests mettant déjà à rude épreuve les capacités mondiales.

« Les systèmes agroalimentaires sont confrontés à un dilemme : produire davantage maintenant pour répondre aux besoins immédiats, tout en mettant en danger la sécurité alimentaire et la nutrition futures – ou freiner la production pour réduire les émissions », écrivent les auteurs de la feuille de route. « Ce compromis perçu a conduit à l’inaction et enhardit les sceptiques de l’action climatique. Cependant, l’urgence croissante exige des mesures et un changement de discours.

Le document n’exhorte pas explicitement les pays riches à réduire leur consommation de viande et de produits laitiers – la plus grande source d’émissions de méthane au monde – ni ne suggère que les grands producteurs agricoles limitent leurs émissions.

« Il est décevant de constater que le rapport néglige d’appeler les grandes entreprises agricoles à réduire réellement leurs émissions, en particulier dans les pays riches où la réduction des émissions de méthane et d’oxyde d’azote provenant des exploitations d’élevage d’animaux industriels est une solution facile avec d’énormes avantages collatéraux pour la biodiversité, les économies rurales et la santé. régimes alimentaires », a déclaré Sophia Murphy, économiste politique à l’Institut international de politique du commerce agricole.

Plus tôt au cours de la conférence, plus de 150 pays se sont engagés à inclure les systèmes alimentaires et agricoles dans leurs engagements globaux de réduction des émissions. Mais cet engagement ne comprend aucun engagement à lutter contre les émissions du bétail.

L’un des principaux objectifs de la conférence de cette année est la rédaction d’un « bilan mondial », une analyse des efforts collectifs mondiaux pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat. Le projet actuel ne mentionne pas du tout le méthane provenant du bétail. De même, un engagement mondial actualisé visant à réduire le méthane, également publié la semaine dernière, ne dit pas que les pays riches devraient réduire leur consommation de viande et de produits laitiers pour limiter les émissions de méthane provenant du bétail.

« Lorsque les pays commenceront à examiner leurs émissions de méthane, il deviendra clair que l’agriculture doit faire sa part », a déclaré Nusa Urbancic, PDG de la Changing Markets Foundation, basée aux Pays-Bas. « Mais les pays sont indulgents en matière d’agriculture. Cela n’a pas changé.

Les auteurs de la feuille de route appellent également à davantage de bioénergie, qui, selon les critiques, concurrencera les terres productrices de nourriture, et à davantage de technologies de capture du carbone, qui, selon les critiques, n’ont pas encore été testées.

« Malgré les nombreuses mises en garde et conditions imposées à l’utilisation de la bioénergie dans cette feuille de route, consacrer des terres à la bioénergie est intrinsèquement inefficace et compromet inévitablement les objectifs mondiaux consistant à répondre à la demande alimentaire croissante et à préserver les écosystèmes indigènes et leur carbone », a déclaré Hanson.

La feuille de route appelle à augmenter l’énergie issue de la biomasse – principalement le bois provenant des plantations et des forêts – de 6 pour cent de l’énergie aujourd’hui à 18 pour cent en 2030. Elle appelle à cela en conjonction avec les technologies de captage et de stockage du carbone pour annuler essentiellement les émissions. Les critiques ont souligné que la FAO prétend que la combustion de la biomasse est neutre en carbone, ce qui signifie que les émissions de carbone provenant de la combustion du bois doivent être compensées par d’autres pratiques, telles que la plantation d’arbres ou l’utilisation de technologies de capture du carbone.

« Planifier pour allier la production d’énergie issue de la combustion de biomasse avec le captage et le stockage du carbone comme le BECCS [bioenergy with carbon capture and storage] est à la fois inutile, irréaliste et ne contribue en fait pas à l’élimination du carbone de l’atmosphère comme on le prétend », a expliqué Peg Putt, coordinatrice du Biomass Action Network. « Cette affirmation repose sur l’ignorance des émissions de carbone des cheminées. »

Les frustrations liées à la feuille de route et au manque de détails sur le méthane et l’agriculture dans le bilan plus large et d’autres engagements sont apparues alors que la présence de l’industrie alimentaire et agricole à la COP28 devenait de plus en plus évidente.

Une analyse publiée samedi par DeSmog et The Guardian a révélé que 340 lobbyistes de grandes sociétés agricoles et de groupes commerciaux ont assisté à l’événement, dont 120 issus de l’industrie de la viande et des produits laitiers. Les chiffres étaient plus du double de ceux de 2022, ce qui n’était peut-être pas surprenant étant donné l’importance accordée à l’alimentation et à l’agriculture lors de la conférence de cette année.

La présence de l’industrie n’a fait que souligner l’intérêt financier du maintien du statu quo.

Depuis l’accord de Paris en 2015, environ 307 milliards de dollars ont été transférés des principales institutions financières aux sociétés agricoles qui dépendent des produits à « risque forestier », notamment les producteurs de bœuf et de soja, selon un rapport de Forests & Finance publié lors de la COP28.

Pendant ce temps, les gouvernements consacrent des milliards à la production agricole liée aux dommages environnementaux et à la pollution par les gaz à effet de serre.

« Toutes les discussions qui ont précédé la COP autour des systèmes alimentaires et agricoles sont très positives. Il est temps que la présidence prenne cela au sérieux », a déclaré Anthony Cox, ancien directeur adjoint de l’environnement à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). « Mais une dimension énorme du problème, qui manque dans le débat, est liée aux subventions agricoles. Ils représentent une augmentation d’environ 850 milliards de dollars par an.

« Si l’on parvient à introduire dans un texte de la COP une reconnaissance de l’importance des incitations perverses qui aggravent les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture », a déclaré Cox, « cela peut aider à mobiliser et à conduire des actions en faveur d’un effort plus concerté pour réformer le soutien agricole ».

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat