Un demi-million de personnes sont mortes en Europe à cause de l’air toxique en 2021, selon une étude

Plus de 500 000 personnes dans l’Union européenne ont péri à cause de problèmes de santé directement imputables à l’exposition à des polluants nocifs en 2021, car les concentrations sont restées bien au-delà des niveaux de sécurité internationalement reconnus.

Substance nocive dans l’air

Les chercheurs de l’Agence européenne de l’environnement ont associé 253 000 décès prématurés à des concentrations de PM2,5 dépassant la limite maximale recommandée par l’Organisation mondiale de la santé, soit 5 g/m3.

Les concentrations de dioxyde d’azote supérieures au niveau recommandé par l’OMS de 10 g/m3, principalement émis par les voitures et les camions en tant que sous-produit de la combustion de combustibles fossiles, ont été responsables d’environ 69 000 décès, tandis que les concentrations d’ozone supérieures à 70 g/m3, un gaz qui forme au-dessus de la surface de la Terre et considéré comme extrêmement dangereux pour la santé humaine, a tué 27 000 personnes supplémentaires.

Pour la première fois, l’AEE a calculé la charge totale de morbidité causée par la pollution atmosphérique.

« Les chiffres publiés aujourd’hui par l’AEE nous rappellent que la pollution de l’air reste le problème de santé environnemental numéro un dans l’UE », a déclaré Virginijus Sinkevičius, commissaire européen à l’environnement.

En plus d’examiner les taux de mortalité réels, les chercheurs ont également calculé combien d’années supplémentaires la population serait exposée à des maladies causées par une mauvaise qualité de l’air.

Cette mesure supplémentaire a eu peu d’effet sur plusieurs problèmes de santé, tels que le cancer du poumon et les cardiopathies ischémiques. Cependant, pour d’autres, comme l’asthme, l’étude a révélé des niveaux de souffrance importants qui n’étaient pas détectés auparavant dans les données sur les décès.

L’AEE a calculé que les maladies pulmonaires obstructives chroniques causées par la pollution aux PM2,5 avaient coûté à l’UE environ 150 000 années de vie et le même nombre d’années d’incapacité.

Lire aussi : Retour en arrière d’Halloween : le smog mortel a tué plusieurs personnes et animaux dans une ville de l’ouest de la Pennsylvanie

Lignes directrices de l’OMS

Les médecins affirment que la pollution de l’air est l’une des principales causes de décès dans le monde, mais que si les pays assainissent leurs économies, le nombre de morts diminuera considérablement.

Entre 2005 et 2021, le nombre de décès liés aux PM2,5 a diminué de 41 % dans l’UE, l’UE visant à atteindre 55 % d’ici la fin de la décennie.

À la suite de recherches indiquant que les particules fines sont plus dangereuses qu’on ne le pensait, causant 8,7 millions de décès par an, soit près de 20 % des décès dans le monde, l’OMS a publié de nouvelles directives strictes en septembre 2021, réduisant de moitié la nouvelle limite acceptable pour les PM2,5 et l’abaissant. de 75% pour le dioxyde d’azote.

Selon l’organisation des Nations Unies, si le monde entier réduisait ses niveaux de pollution atmosphérique aux nouvelles limites, environ 80 % des décès liés à la pollution atmosphérique dans le monde pourraient être évités.

Néanmoins, une enquête sur les données de pollution dans 6 375 endroits à travers le monde réalisée immédiatement après la publication des nouvelles normes par l’OMS a révélé que seulement 3,4 % des villes étudiées remplissaient les critères en 2021, avec pas moins de 93 villes connaissant des niveaux de PM2,5 de 10. fois le niveau acceptable.

Plus tôt cette année, une nouvelle étude a indiqué que pratiquement partout dans le monde, les niveaux de pollution atmosphérique dépassent les normes acceptables de l’OMS, avec seulement 0,18 % de la superficie mondiale et 0,001 % de la population mondiale étant exposée annuellement aux PM2,5 en dessous du seuil de sécurité. de 5g/m3.

« La nouvelle positive est que les autorités aux niveaux européen, national et local prennent des mesures pour réduire les émissions grâce à des mesures telles que la promotion des transports publics ou du vélo dans les centres-villes, et grâce à une législation actualisée », a déclaré Leena Ylä-Mononen, directrice exécutive de l’AEE. .

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat