Mise à jour sur le séisme au Japon : le bilan s’élève à 62 morts ; Les survivants sont désormais confrontés à un froid glacial

Le bilan du puissant tremblement de terre qui a frappé le Japon s’est alourdi à 62 morts. Malheureusement, ce nombre devrait encore augmenter.

Selon les autorités, plus de 300 personnes ont été blessées, dont 20 grièvement.

Missions de sauvetage entravées

Les équipes de secours ont continué à mener des opérations de recherche pour les survivants du tremblement de terre qui subissent et subissent un froid glacial.

Les autorités ont toutefois averti que les fortes pluies, les glissements de terrain et les répliques sismiques répétées pourraient entraver leurs missions et leurs efforts de sauvetage.

Pour rappel, c’était à 16h10, heure locale, le 1er janvier, lorsque le Centre national d’information sur les tremblements de terre de l’US Geological Survey a détecté un séisme de magnitude 7,5 à une profondeur relativement faible de 10 kilomètres près de la côte nord de la péninsule de Noto. sur la côte ouest de Honshu, au Japon.

Sur la base de l’intensité des secousses provoquées par le tremblement de terre, les autorités ont estimé que les dommages matériels et économiques pourraient potentiellement dépasser 1 milliard de dollars.

Le fort séisme a provoqué de graves secousses dans la ville de Nanao, qui compte 45 000 habitants. Pendant ce temps, les secousses à Tokyo semblaient plus légères.

Le tremblement de terre de lundi a provoqué un tsunami de près de 0,8 mètre au Japon.

Le tremblement de terre dévastateur a contraint plus de 31 800 personnes à rester dans des abris pour leur sécurité.

Jusqu’à présent, les personnes évacuées de leurs maisons se sont regroupées dans les auditoriums, les écoles et les centres communautaires.

Les trains à grande vitesse dans la région ont également été interrompus, mais le service a été en grande partie rétabli. Des tronçons d’autoroutes ont également été fermés.

Des efforts de secours sont actuellement déployés par les autorités locales, la police, les pompiers et d’autres unités opérationnelles. D’autre part, le nombre de personnel et de chiens de sauvetage est augmenté pour aider aux opérations.

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a déclaré que le gouvernement central essayait d’apporter de l’aide par bateau aux régions les plus touchées de la péninsule de Noto, car les routes étaient devenues presque impraticables.

Pendant ce temps, les Forces d’autodéfense japonaises utilisaient également des hélicoptères pour atteindre ces villages isolés afin de fournir une aide à ceux qui en avaient besoin.

Lire aussi : Un avion de ligne japonais est entré en collision avec un avion de secours ; 5 personnes signalées mortes

Séismes passés au Japon

Le récent tremblement de terre et le tsunami ont rappelé le séisme de Tōhoku de mars 2011, d’une puissante magnitude de 9,1 qui a produit des secousses 250 fois plus fortes que le séisme de magnitude 7,5 de lundi.

Bien que le tremblement de terre le plus récent ait établi des comparaisons avec celui de 2011, il avait en fait davantage de points communs avec le séisme de Kumomoto de magnitude 7,0 en 2016 et le tremblement de terre de Kobe de magnitude 6,9 ​​en 1995.

Ces tremblements de terre se sont tous deux produits dans le sud du Japon. Comme le tremblement de terre de lundi, ces événements étaient des tremblements de terre superficiels de la croûte terrestre qui se sont produits à proximité et parmi les zones peuplées.

Pendant ce temps, le tremblement de terre et le tsunami de Tōhoku en 2011 ont conduit à l’accident nucléaire de Fukujima.

Bien qu’il y ait deux centrales nucléaires à proximité du séisme de lundi, l’une était inactive et l’autre, la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, près de Niigata, est inactive depuis sa fermeture en 2011.

Les autorités japonaises ont indiqué que ces centrales, comme toutes les autres centrales au Japon, n’ont pas été affectées par le récent tremblement de terre ni par le tsunami qui en a résulté.

Les autorités ont également indiqué que si les tremblements de terre sont fréquents au Japon, ils sont plus fréquents le long de la côte est de Honshu, la plus grande île du Japon, là où les plaques de la mer du Pacifique et de la mer des Philippines s’enfoncent sous le Japon.

</iframe</p>

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat