Les plantes ressentent-elles de la douleur ? Ce que nous savons du « signal de détresse » des plantes

Les plantes sont souvent considérées comme des organismes silencieux et passifs qui réagissent simplement à leur environnement.

Cependant, des recherches récentes ont révélé que les plantes sont capables de systèmes complexes de signalisation et de communication qui leur permettent de détecter et de répondre à divers stimuli, y compris des menaces potentielles.

Dans cet article, nous explorerons la question fascinante de savoir si les plantes ressentent de la douleur et comment elles utilisent les signaux chimiques et acoustiques pour exprimer leur détresse et se défendre.

Comment les plantes détectent et réagissent au stress

La perception de la douleur est généralement associée aux organismes vivants possédant un système nerveux, qui comprend des récepteurs sensoriels spécialisés, des neurones et des régions du cerveau responsables du traitement des informations sensorielles.

Les plantes n’ont ni cerveau ni système nerveux, mais elles présentent des voies biochimiques complexes et des molécules de signalisation végétales comme les hormones qui leur permettent de s’adapter à leur environnement.

Les plantes utilisent divers signaux chimiques et électriques pour détecter les changements de lumière, de gravité, de température et de toucher.

Ils peuvent également répondre à des stimuli externes en se rapprochant ou en s’éloignant d’eux, en ajustant la croissance de leurs racines et de leurs pousses et en produisant des composés de défense contre les prédateurs.

Ces réponses sont gérées par un réseau biologique complexe qui coordonne les activités des différentes cellules et tissus.

L’un des exemples les plus remarquables de signalisation végétale est la libération de composés organiques volatils (COV) qui peuvent remplir de multiples fonctions.

Les COV sont des molécules en suspension dans l’air qui peuvent voyager sur de longues distances et affecter le comportement d’autres organismes.

Par exemple, les plantes peuvent utiliser les COV pour attirer les pollinisateurs, repousser les herbivores, empoisonner leurs ennemis, recruter des alliés, avertir les plantes voisines ou même communiquer avec elles-mêmes.

L’odeur que nous associons à l’herbe fraîchement coupée est en fait un appel de détresse chimique, utilisé par les plantes pour implorer les créatures à proximité de les sauver de l’attaque (il s’agit généralement d’un affront de la part des insectes, mais dans ce cas, ce sont des lames de tondeuse à gazon). Cette réponse de défense soulève la question suivante : les plantes ressentent-elles la douleur ?

Comment les plantes émettent des sons ultrasoniques lorsqu’elles sont en détresse

La réponse à la question de savoir si les plantes ressentent de la douleur n’est pas simple, car elles ne ressentent pas la douleur comme nous, les humains, mais certains phytologues postulent qu’elles peuvent ressentir la douleur à leur manière.

L’une des preuves les plus intrigantes de cette hypothèse est la découverte que certaines plantes peuvent émettre des ultrasons lorsqu’elles subissent un stress environnemental.

Une équipe de scientifiques de l’Université de Tel Aviv a découvert que les plants de tabac et de tomates peuvent produire des sons de détresse à haute fréquence compris entre 20 et 100 kilohertz, qui, selon eux, pourraient transmettre leur détresse à d’autres organismes et plantes à proximité.

Les chercheurs ont testé les plantes en ne les arrosant pas et en coupant leurs tiges. Ils ont ensuite enregistré leur réponse avec un microphone placé à 10 centimètres.

Dans les deux cas, les scientifiques ont constaté que les plantes commençaient à émettre des sons ultrasoniques dont l’intensité et la fréquence variaient en fonction du type et de la gravité du stress.

Lorsque la tige d’un plant de tomate a été coupée, les recherches ont révélé qu’elle émettait 25 sons de détresse ultrasoniques en une heure. Les plants de tabac dont la tige a été coupée ont émis 15 sons de détresse.

Lorsque l’équipe de scientifiques a privé d’eau chaque plante, les plants de tomates ont émis encore plus de sons de détresse, passant à 35 en une heure, tandis que les plants de tabac en ont émis 11.

L’équipe de scientifiques a écrit dans son article que ces découvertes peuvent modifier notre façon de penser le règne végétal, qui a été considéré comme presque silencieux et peu réfléchi.

Les chercheurs ont utilisé les données recueillies dans un modèle d’apprentissage automatique pour pouvoir prédire les différentes fréquences sonores que les plantes peuvent émettre dans d’autres conditions, comme de fortes pluies ou du vent.

Les scientifiques de l’équipe pensent qu’écouter les différents types de sons émis par les plantes pourrait contribuer à l’agriculture de précision et permettre aux agriculteurs d’identifier tout problème potentiel avec leurs cultures.

Article associé: Les plantes pourraient être capables de voir, découvrent les scientifiques

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat