Les épaves comme récifs artificiels : une aubaine pour la conservation marine

L’océan abrite des millions d’espèces marines, du plus petit plancton aux plus grandes baleines. Mais l’océan est aussi un lieu où les activités humaines ont laissé des traces, sous forme d’épaves.

Les épaves sont des navires coulés que l’on peut trouver aux quatre coins du monde, des eaux peu profondes des côtes aux abysses profonds de la mer. Certaines épaves sont intentionnelles, comme celles qui sont délibérément coulées pour créer des récifs artificiels ou des attractions touristiques.

D’autres sont accidentels, comme ceux provoqués par des tempêtes, des guerres ou des erreurs humaines. Mais quel est l’impact des naufrages sur le milieu marin et la vie qui l’habite ?

Sont-ils bénéfiques ou nuisibles ? Comment pouvons-nous les gérer pour assurer la durabilité de l’océan et de ses ressources ? Dans cet article, nous explorerons ces questions et bien d’autres, sur la base des dernières recherches et preuves scientifiques.

Les épaves comme récifs artificiels pour les poissons et les coraux

Une nouvelle étude révèle à quel point les épaves constituent un refuge pour la vie marine dans des zones encore ouvertes aux pratiques de pêche destructrices.

L’étude, menée par l’Université de Plymouth et la Blue Marine Foundation, a révélé qu’environ 50 000 épaves autour des côtes du Royaume-Uni ont servi de sanctuaires cachés pour les poissons, les coraux et d’autres espèces.

Les chercheurs ont utilisé des caméras sous-marines et des relevés acoustiques pour comparer la biodiversité et la biomasse des poissons et des invertébrés présents sur les épaves et les récifs rocheux naturels.

Ils ont découvert que les épaves présentaient une diversité et une biomasse de poissons et d’invertébrés plus élevées que les récifs naturels, en particulier dans les eaux plus profondes.

L’étude a également révélé que les épaves abritaient plus d’espèces de poissons tropicaux et subtropicaux que les récifs naturels, ce qui suggère que les épaves pourraient faciliter le mouvement de ces espèces vers les pôles à mesure que la température des océans augmente en raison du changement climatique.

Les chercheurs ont conclu que les épaves constituent des habitats précieux qui doivent être protégés de la pêche et des autres activités humaines susceptibles de les endommager.

Ils ont également recommandé que davantage d’épaves soient délibérément placées dans l’océan pour créer des récifs artificiels susceptibles d’améliorer l’écosystème marin et de soutenir la pêche.

Risques et défis environnementaux

Si certaines épaves peuvent être bénéfiques pour le milieu marin, d’autres peuvent constituer de graves menaces et défis.

Les épaves accidentelles sont souvent chargées de matières toxiques qui peuvent s’infiltrer dans les eaux environnantes et contaminer les fonds marins.

Par exemple, le MS Sea Diamond, un navire de croisière qui a coulé dans la mer Égée en 2007, transportait environ 1,7 tonne de batteries, 150 téléviseurs à tube cathodique et d’autres métaux lourds pouvant nuire à la vie marine. Le navire reste aujourd’hui sous l’eau, malgré les efforts déployés pour le retirer.

Un autre exemple est le MV Rena, un porte-conteneurs qui s’est échoué sur un récif de corail au large des côtes néo-zélandaises en 2011.

Le navire a déversé du pétrole et de la cargaison dans l’eau, causant de graves dommages au récif et à la faune. Le navire a finalement été sauvé, mais le récif se remet encore de l’impact.

Des naufrages accidentels se produisent également fréquemment lorsque des navires entrent en collision avec des récifs coralliens cachés, détruisant les habitats naturels déjà menacés par le changement climatique, la pollution et la surpêche.

Selon une étude de l’Université de Californie à Santa Barbara, plus de 100 000 naufrages se sont produits sur les récifs coralliens dans le monde depuis 1970, affectant plus de 20 % de la superficie récifale mondiale5.

Il est donc important de prévenir et d’atténuer les effets négatifs des naufrages sur le milieu marin.

Cela peut être réalisé en améliorant la navigation et la sécurité des navires, en appliquant les réglementations et les sanctions en cas de navigation illégale ou irresponsable, en surveillant et en nettoyant les épaves qui présentent des risques environnementaux et en restaurant les récifs et les habitats endommagés.

Article associé: Curcumine : un composé naturel pour protéger les récifs coralliens du changement climatique

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat