Le volcan islandais entre en éruption après des semaines d’activité sismique et des milliers de personnes sont évacuées

Après des semaines d’incertitude, un volcan du sud-ouest de l’Islande est finalement entré en éruption, projetant des panaches de lave loin dans le ciel nocturne. Environ 4 000 personnes ont été évacuées de Grindavik au début du mois et le spa géothermique adjacent Blue Lagoon a été fermé.

L’éruption a commencé au nord de la ville lundi à 22h17, heure locale, selon le Met Office islandais. Les autorités ont réagi rapidement, en émettant des avertissements à la population et des conseils de sécurité, tandis que des zones d’évacuation restent en place et que certains avions ont été déroutés.

Activités sismiques

Depuis fin octobre, la région autour de la capitale islandaise, Reykjavik, a connu une augmentation de l’activité sismique.

L’éruption s’est produite à environ 4 km au nord-est de Grindavik, selon le Met Office, et l’activité sismique progressait vers la ville.

Des images et des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montraient de la lave sortant du volcan moins d’une heure après l’identification d’un essaim de tremblements de terre ou d’une série d’événements sismiques.

Selon un témoin oculaire, la moitié du ciel en direction de la ville était « éclairée en rouge » à la suite de l’éruption, et de la fumée pouvait être vue se déverser dans l’air.

La police a demandé aux gens d’éviter la zone.

Selon le Met Office, la longueur de la fissure dans le volcan est d’environ 3,5 km, et la lave s’écoule à un débit de 100 à 200 mètres cubes par seconde.

C’est bien plus que les éruptions précédentes sur la péninsule de Reykjanes ces dernières années, selon le communiqué.

Lire aussi : Le volcan islandais est sur le point d’entrer en éruption avec d’immenses fontaines de lave, préviennent les géologues

Dommages causés par l’éruption

Le ministre islandais des Affaires étrangères, BJarni Benediktssona déclaré sur X, anciennement Twitter, que les vols à destination et en provenance de l’Islande ne sont pas affectés et que les routes aériennes internationales restent disponibles.

« Les jets (de lave) sont assez hauts, donc cela semble être une puissante éruption au début », a-t-il déclaré.

L’aéroport international de Keflavik, situé à proximité de Reykjavik, est resté ouvert, même s’il a enregistré de nombreux retards, tant au niveau des arrivées que des départs.

Selon les statistiques de Flight Radar, seuls 13 vols ont été annulés au cours des dernières 24 heures, soit 5 % des départs et 4 % des arrivées.

Depuis plusieurs semaines, l’Islande est en état d’alerte face à une éventuelle explosion volcanique et les autorités ont ordonné le mois dernier à la population de fuir Grindavik par mesure de précaution.

Aucune blessure n’a été signalé.

En avril 2010, un nuage de cendres provenant de l’éruption volcanique Eyjafjallajokull a déclenché la plus grande fermeture de l’espace aérien européen depuis la Seconde Guerre mondiale, avec des coûts estimés entre 1,5 et 2,5 milliards d’euros (1,3 à 2,2 milliards de livres sterling ; 1,6 à 2,7 milliards de dollars).

La volcanologue Evgenia Ilyinskaya a déclaré que l’ampleur des perturbations serait inférieure à celle de l’incident de 2010, car ces volcans du sud-ouest de l’Islande sont « physiquement incapables de générer les mêmes nuages ​​de cendres ».

Le volcan Eyjafjallajokul, dans le sud de l’Islande, se trouve à environ 140 kilomètres (87 miles) du volcan de la péninsule de Reykjanes.

La Première ministre islandaise, Katrin Jakobsdottir, a déclaré que les défenses récemment construites seraient bénéfiques.

Malgré « cet événement important », elle a déclaré que ses pensées allaient à la communauté locale et qu’elle espérait que tout se passerait bien.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat