Le pompage excessif des eaux souterraines provoque un affaissement des terres dans la vallée de San Joaquin Ville de Corcoran

Dans les terres fertiles de la vallée de San Joaquin, une crise silencieuse couve sous la surface. Malgré les appels urgents des autorités locales et des environnementalistes, les magnats de l’agriculture poursuivent leur extraction incessante des eaux souterraines.

La ville de Corcoran, une communauté d’environ 20 000 habitants abritant une prison à sécurité maximale, est en train de sombrer.

Le pompage excessif et persistant des eaux souterraines par les principaux propriétaires fonciers du bassin du lac Tulare a déclenché un lent effondrement du fond de la vallée.

L’extraction inflexible des eaux souterraines

La vallée de San Joaquin est l’une des régions agricoles les plus productives au monde, produisant plus de la moitié des fruits, noix et légumes du pays.

Cependant, cette générosité a un prix élevé : l’épuisement des aquifères du bassin, qui sont non seulement essentiels à l’agriculture mais aussi essentiels à la survie de la communauté.

Selon une étude récente de l’US Geological Survey, la vallée a perdu environ 41 kilomètres cubes d’eau souterraine depuis 1980, suffisamment pour remplir le lac Tahoe. Cela a provoqué un affaissement ou un affaissement du sol pouvant atteindre 8,5 mètres dans certaines zones.

L’affaissement a endommagé des routes, des ponts, des canaux et d’autres infrastructures, ce qui constitue une menace pour la sécurité publique et l’environnement.

L’une des zones les plus touchées est Corcoran, où le terrain s’est affaissé de plus de 3,5 mètres depuis les années 1920.

La ville est entourée d’une digue qui la protège des eaux de crue de la rivière Kings, située à proximité. Cependant, à mesure que le terrain s’affaisse, la digue devient moins efficace, exposant la ville à des risques d’inondation.

Le pompage des eaux souterraines dans le bassin du lac Tulare est principalement motivé par la demande en eau d’irrigation pour des cultures telles que les amandes, les pistaches, les raisins et le coton.

Ces cultures sont très rentables, mais nécessitent également de grandes quantités d’eau, surtout pendant les mois secs de l’été.

L’approvisionnement en eau de surface du bassin, provenant de la fonte des neiges de la Sierra Nevada, est souvent insuffisant pour répondre aux besoins d’irrigation, en particulier pendant les années de sécheresse. Les agriculteurs ont donc recours au pompage des eaux souterraines à partir de puits, dont certains ont des centaines de mètres de profondeur.

Le problème est que le pompage des eaux souterraines dépasse le taux de recharge naturel de l’aquifère, qui correspond à la quantité d’eau qui s’infiltre dans le sol à partir des précipitations, du ruissellement et des flux de retour d’irrigation.

Cela crée un déséquilibre entre les entrées et les sorties du système d’eau souterraine, entraînant une perte nette de stockage d’eau. L’US Geological Survey estime que le découvert annuel moyen des eaux souterraines dans le bassin du lac Tulare est d’environ 1,8 kilomètres cubes.

Le plaidoyer d’une communauté pour la survie

Les secouristes et les responsables locaux désespérés s’étaient un jour rassemblés pour tenter de relever les digues de la ville grâce à un effort de plusieurs millions de dollars financé par des hausses d’impôts fonciers locaux et des contributions du système pénitentiaire.

Cependant, à mesure que la nature prouve sa force indomptable, ces efforts ne suffisent plus. 17 millions de dollars supplémentaires ont été investis dans une nouvelle série d’améliorations des digues pour tenter de sauver la ville.

Mais la digue n’est pas le seul problème. L’affaissement des terres affecte également la qualité et la quantité des eaux souterraines, qui constituent la principale source d’eau potable de la ville.

À mesure que l’aquifère s’épuise, il devient plus vulnérable à la contamination par les pesticides, les engrais et l’intrusion d’eau salée.

De plus, la baisse du niveau des eaux souterraines rend plus difficile et plus coûteuse pour les agriculteurs le pompage de l’eau pour leurs cultures, menaçant ainsi leurs moyens de subsistance et l’économie locale.

La situation est si grave que certains habitants ont décidé de quitter la ville, tandis que d’autres espèrent un miracle. La maire de Corcoran, Joséphine Ramirez, a déclaré qu’ils avaient besoin de l’aide de l’État et du gouvernement fédéral.

Elle a dit qu’ils en avaient besoin pour réguler le pompage des eaux souterraines et leur fournir des sources d’eau alternatives. Elle a dit qu’ils ne pouvaient pas continuer à sombrer ainsi. Elle a dit qu’ils se battaient pour leur vie.

L’État et le gouvernement fédéral ont pris certaines mesures pour remédier à la crise des eaux souterraines dans la vallée de San Joaquin.

En 2014, la Californie a adopté la Sustainable Groundwater Management Act, qui oblige les agences locales à élaborer et à mettre en œuvre des plans pour parvenir à une gestion durable des eaux souterraines d’ici 2040. La loi donne également à l’État le pouvoir d’intervenir si les agences locales ne s’y conforment pas.

En 2016, le ministère américain de l’Agriculture a annoncé un investissement de 10 millions de dollars pour soutenir des projets de conservation de l’eau et de recharge des eaux souterraines dans la vallée.

Cependant, ces mesures pourraient ne pas suffire à inverser des décennies d’épuisement des eaux souterraines et d’affaissement des sols.

Certains experts suggèrent que des mesures plus drastiques sont nécessaires, telles que la réduction de la quantité de cultures gourmandes en eau, l’augmentation de l’utilisation de l’eau recyclée et du captage des eaux pluviales et la mise en œuvre de technologies d’irrigation plus efficaces.

Ces actions nécessiteraient des changements importants dans les pratiques et politiques agricoles de la vallée, ainsi que la coopération et la coordination des différentes parties prenantes.

Le sort de Corcoran et d’autres villes en perdition dans la vallée de San Joaquin dépend de la manière dont la crise des eaux souterraines sera résolue. Si les tendances actuelles se poursuivent, la vallée pourrait être confrontée à un avenir de pénurie d’eau, de dégradation de l’environnement et de troubles sociaux. Si le pompage des eaux souterraines est réduit et l’aquifère reconstitué, la vallée pourrait être en mesure de rétablir son équilibre naturel et de maintenir sa productivité agricole. C’est à nous de choisir.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat