Le mercure dans les plumes des oiseaux tropicaux est lié aux activités minières aurifères

Une nouvelle étude a révélé les niveaux alarmants de mercure trouvés dans les oiseaux tropicaux, principalement causés par les opérations d’extraction d’or artisanales et à petite échelle.

Les résultats de cette étude mettent non seulement en évidence l’impact néfaste sur les espèces aviaires, mais soulèvent également des inquiétudes quant aux implications généralisées de telles activités sur l’environnement et la santé humaine.

Mercure : un tueur silencieux

Le mercure est un métal hautement toxique qui peut provoquer des troubles neurologiques, immunitaires et reproductifs chez les humains et les animaux.

Il est utilisé par les chercheurs d’or pour séparer le métal précieux des sédiments, une pratique répandue sous les tropiques, notamment en Amérique centrale et du Sud.

Cependant, ce processus libère du mercure dans l’environnement, où il peut s’accumuler dans l’eau, le sol, les plantes et les animaux.

Les oiseaux sont particulièrement vulnérables à l’exposition au mercure, car ils peuvent l’absorber ou l’ingérer par le biais de leur nourriture, de leur eau ou de leurs plumes.

Le mercure peut affecter leur comportement, leur physiologie et leur reproduction, et même provoquer la mort dans certains cas.

Les oiseaux sont également considérés comme des indicateurs de la santé des écosystèmes, car leur état reflète l’état de l’environnement dans lequel ils habitent.

L’étude, publiée dans la revue Ecotoxicology, est le résultat d’un effort collaboratif de 17 ans mené par des dizaines de scientifiques de l’initiative Tropical Research for Avian Conservation and Ecotoxicology (TRACE), un réseau qui promeut le partage de données inclusif, équitable et international.

Les chercheurs ont collecté des milliers d’échantillons de plumes, de sang et de tissus provenant de 322 espèces d’oiseaux dans neuf pays d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud et des Antilles, créant ainsi la plus grande base de données au monde à ce jour sur les concentrations de mercure chez les oiseaux.

Points chauds et implications

L’étude a révélé que les oiseaux vivant à moins de 7 km d’une activité d’exploitation artisanale de l’or avaient des concentrations de mercure plus de quatre fois supérieures à celles vivant sur d’autres sites sous les tropiques.

Certains des niveaux de mercure les plus élevés jamais enregistrés chez les oiseaux chanteurs ont été trouvés dans ces zones, dépassant les seuils d’effets nocifs.

Les points chauds de contamination au mercure comprennent Madre de Dios, au Pérou, et Ayapel, en Colombie, où se concentre l’exploitation aurifère.

Les oiseaux du centre du Belize présentaient également des niveaux élevés de mercure, probablement dus aux émissions gazeuses provenant de l’incinération des décharges locales ou de la combustion du charbon dans la région environnante.

L’étude a également révélé que les concentrations de mercure variaient selon les différents groupes d’oiseaux, en fonction de leur régime alimentaire, de leur habitat et de leurs schémas de migration.

Par exemple, les oiseaux carnivores et aquatiques présentaient des niveaux de mercure plus élevés que les oiseaux herbivores et terrestres, car ils sont plus susceptibles de consommer des proies ou de l’eau contaminées.

Les oiseaux migrateurs présentaient également des niveaux de mercure plus élevés que les oiseaux résidents, car ils peuvent rencontrer différentes sources de mercure le long de leur parcours.

Les chercheurs ont averti que la contamination des oiseaux par le mercure pourrait avoir de graves conséquences sur la biodiversité, le fonctionnement des écosystèmes et la santé publique sous les tropiques.

Ils ont appelé à davantage de surveillance, de réglementation et d’application pour prévenir et atténuer l’impact de l’exploitation aurifère sur l’environnement et la faune.

Ils ont également appelé à une plus grande sensibilisation et éducation des communautés locales et des parties prenantes sur les risques et les alternatives liées à l’utilisation du mercure dans l’extraction de l’or.

L’étude est un signal d’alarme pour la conservation des oiseaux à l’échelle internationale sous les tropiques, a déclaré l’auteur principal Chris Sayers, biologiste de la conservation à l’Université de Californie à Los Angeles.

Il a ajouté que, sur la base des niveaux trouvés dans l’étude, il est raisonnable de suggérer que le mercure pourrait jouer un rôle dans le déclin de la biodiversité des oiseaux tropicaux au cours des dernières décennies.

Article associé: Les oiseaux peuvent compter : comment nous le savons

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat