Le Kazakhstan, la star de la COP28 ?

On attendait les émirats arabes unis, les Etats-Unis ou la Chine. Les grandes annonces environnementales de la Cop28 sont pour l’instant… Kazakhe ! Le plus grand pays d’Asie centrale a multiplié les annonces durant le sommet climatique en faveur de la protection de l’environnement et des énergies renouvelables. 

Lors de la COP28, la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, tenue à Dubaï, un pays s’est distingué : en signant des accords d’une valeur de 4,85 milliards de dollars dans les domaines de l’énergie verte, de l’infrastructure et de la numérisation, le Kazakhstan a fait parler de lui. Des accords qui ont marqué un tournant notable dans l’engagement du pays pour relever les défis climatiques mondiaux.

Et parmi les accords les plus notables, on compte plusieurs grands projets éoliens et notamment un gigantesque contrat pour une ferme éolienne a ainsi été conclu entre le gouvernement kazakh et TotalEnergies. La centrale éolienne, qui sera construite dans la région de Zhambyl, vise à établir une ferme éolienne terrestre de 1 GW avec jusqu’à 160 éoliennes combinées à un système de stockage d’énergie par batterie de 600 MWh pour garantir un approvisionnement énergétique fiable. 

Autre projet annoncé et signé durant cette Cop28, la construction d’une centrale éolienne d’une capacité de 1 GW par la société émiratie d’énergie propre Masdar. Ce projet éolien, mené par Masdar, impliquera également W Solar basée à Abu Dhabi, la société renouvelable Qazaq Green Power et le Fonds d’investissement pour le développement du Kazakhstan (KIDF). Par ailleurs, le ministère de l’Énergie du Kazakhstan, le Fonds souverain Samruk-Kazyna et le ministère des Investissements des Émirats arabes unis ont signé un mémorandum d’entente pour la mise en œuvre de projets d’énergie à faible émission de carbone d’une capacité totale de 10 GW.

Toutes ces annonces s’alignent sur l’objectif du Kazakhstan de passer des combustibles fossiles à l’énergie propre, le pays s’étant engagé à atteindre des émissions nettes nulles de carbone d’ici 2060.

Transition énergétique et sommet du l’eau entre la France et le Kazakhstan

Toujours dans le cadre de l’ambitieuse transition énergétique kazakhstanaise, plus de 100 millions de dollars d’investissements seront réalisés par Al Amana Power Solutions FZCO (APS) et Kazakh Invest dans des initiatives d’énergie renouvelable. Le Fonds souverain Samruk-Kazyna et ACWA Power d’Arabie saoudite ont convenu de développer un projet de construction de centrales éoliennes d’une capacité totale de 1 GW et d’un système de stockage d’énergie dans la région de Zhetysu.

En plus de ces projets énergétiques, le Kazakhstan a également mis l’accent sur la numérisation et les technologies de l’information. Le Fonds souverain Samruk-Kazyna et Presight.AI, qui fournit des services logiciels d’IA, prévoient de créer une coentreprise pour utiliser des solutions d’analyse de données volumineuses, en particulier dans les domaines de l’énergie, des services publics et des transports, ainsi que dans la transformation numérique. Enfin, un sommet diplomatique commun entre la France et le Kazakhstan a été annoncé au sujet de la préservation des eaux et des océans.

Cette myriade d’annonces démontrent non seulement l’engagement du Kazakhstan envers des objectifs environnementaux ambitieux, mais positionnent également le pays comme un acteur clé dans le domaine de l’énergie renouvelable et de la numérisation.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat