La Norvège devient le premier pays à approuver une exploitation minière controversée en haute mer, ce qui inquiète les scientifiques

La Norvège pourrait devenir le premier pays au monde à se lancer dans l’exploitation minière en haute mer après que son parlement ait voté en faveur de l’ouverture de ses eaux à l’exploration, alarmant les experts et les groupes environnementaux.

Exploration des fonds marins

La proposition, qui a été approuvée par le Parlement norvégien par 80 voix contre 20 après avoir reçu le soutien de tous les partis, devrait accélérer l’exploration des minéraux, en particulier des métaux précieux, qui sont très demandés pour les technologies vertes.

Même si la décision s’appliquera initialement aux mers norvégiennes, elle ouvrirait une zone plus grande que la Grande-Bretagne – 280 000 kilomètres carrés (108 000 milles carrés) – à l’exploitation minière future par des entreprises cherchant des licences pour extraire des minéraux tels que le lithium, le scandium et le cobalt.

Il est prévu qu’un accord sur l’exploitation minière en haute mer dans les eaux internationales soit conclu plus tard cette année.

Les profondeurs de l’océan, l’un des rares habitats intacts au monde, sont depuis longtemps recherchées pour leurs immenses ressources, notamment le cuivre, le cobalt, le zinc et l’or, nécessaires à l’économie verte et utilisées dans de nombreux domaines, des éoliennes à l’électricité. batteries de véhicules.

L’année dernière, des recherches norvégiennes ont découvert un nombre « important » de métaux et de minéraux sur les fonds marins du vaste plateau continental du pays.

Les partisans de l’exploitation minière en haute mer affirment que la collecte de ces matières premières sous l’océan permettra une transition plus rapide vers une économie à faibles émissions de carbone et pourrait être moins dommageable pour l’environnement que l’exploitation minière terrestre.

Le gouvernement norvégien ne permettra pas aux entreprises de commencer à forer immédiatement. Ils devront soumettre des projets d’autorisation, comprenant des études environnementales, qui seront ensuite approuvés par le Parlement au cas par cas.

La présidente du Comité permanent de l’énergie et de l’environnement, Marianne Sivertsen Naess, a déclaré que le gouvernement adoptait une « approche de précaution à l’égard des activités minières ».

Walter Sognnes, co-fondateur de l’entreprise minière norvégienne Loke Minerals, qui vise à obtenir une licence, a reconnu que des recherches plus approfondies sur les profondeurs océaniques étaient nécessaires avant que l’exploitation minière puisse commencer.

« Nous disposerons d’une période relativement longue d’activités d’exploration et de cartographie pour combler le manque de connaissances sur l’impact environnemental », a-t-il déclaré.

Lire aussi : L’exploitation minière en haute mer constitue une menace sérieuse pour les écosystèmes marins, prévient le Canada

Impact sur l’écosystème

Les scientifiques affirment que l’on sait très peu de choses sur les profondeurs des océans du monde, dont seule une petite partie a été étudiée par l’homme, et nombreux sont ceux qui s’inquiètent des effets sur ces écosystèmes, qui ont déjà été touchés par la pollution, le chalutage et le crise climatique.

« Nous ne savons pas ce que nous risquons de perdre, pour la même raison que nous ne savons pas ce que nous réservent les profondeurs marines », a déclaré Frode Pleym, directeur de Greenpeace Norvège.

D’autres pays ont recommandé la prudence, notamment le Royaume-Uni, qui a exprimé l’année dernière son soutien à un moratoire sur l’exploitation minière en haute mer.

Plus de 100 responsables politiques européens ont signé une lettre ouverte au parlement norvégien en novembre, les exhortant à voter contre l’exploitation minière en haute mer.

La lettre mentionnait les dangers pour la vie marine ainsi que la possibilité d’accélérer le changement climatique en perturbant le carbone emprisonné dans les fonds marins.

Une autre lettre ouverte, signée par plus de 800 scientifiques du monde entier, appelle à l’arrêt de l’exploitation minière en haute mer, affirmant qu’elle risque de subir des pertes « qui seraient irréversibles sur des échelles de temps multigénérationnelles ».

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat