La France s’engage à financer la recherche sur les calottes glaciaires

La France engage un milliard d’euros dans la recherche polaire d’ici 2030, alors que l’inquiétude scientifique face à la fonte des calottes glaciaires et des glaciers de la planète augmente.

Un nouveau navire scientifique polaire sera le fer de lance de cet effort, et la France a demandé un moratoire sur l’exploitation des fonds marins dans les zones polaires, ce que le Royaume-Uni, le Canada, le Brésil et 19 autres pays ont déjà accepté.

Les menaces s’accélèrent

Le président français Emmanuel Macron a fait cette annonce lors du Forum de Paris sur la paix, un rassemblement annuel de gouvernements, d’ONG, d’organisations et d’autres pour discuter de problèmes mondiaux tels que le changement climatique, l’exposition des enfants à la violence sur Internet et les défis posés aux droits de l’homme.

Le dirigeant français souligne l’urgence de s’attaquer à ce problème.

« Nous parlons d’une transformation de la cryosphère (la glace de la Terre) qui menace déjà des millions de personnes et menacera des milliards d’habitants de la planète avec de multiples conséquences directes et indirectes », a-t-il ajouté.

De nombreux scientifiques s’inquiètent de l’état des régions polaires et des glaciers de la Terre, car les vagues de chaleur aux deux pôles, observées pour la première fois l’année dernière, semblent devenir de plus en plus fréquentes.

L’« effet albédo » se produit lorsque les calottes glaciaires de la Terre réfléchissent une grande partie de la lumière du soleil vers l’espace et que la fonte des glaces laisse une mer sombre qui absorbe plus de chaleur, faisant du recul des glaces un point de basculement potentiel pour le climat qui déclencherait une augmentation significative. en température.

Selon des recherches, les glaciers fondent à un rythme alarmant dans les montagnes allant des Alpes à l’Himalaya, et nombre d’entre eux devraient disparaître totalement d’ici la fin du siècle.

Alors que le changement climatique d’origine humaine signifie que la perte de masse glaciaire est irréversible à court terme, les experts affirment qu’une réduction drastique de l’utilisation du charbon, du pétrole et du gaz, qui contribuent au réchauffement de la planète, pourrait réduire la fonte future.

La France, qui possède des glaciers dans ses régions alpines ainsi que des terres et une station scientifique en Antarctique, a pris l’initiative de parvenir à un accord lors du sommet climatique COP28 de l’ONU de cette année, qui débute à la fin de ce mois à Dubaï.

Macron a également assisté à un forum sur le financement climatique en juin, où il a rejoint la Première ministre de la Barbade, Mia Mottley, pour appeler à des milliards de dollars d’investissement dans les pays en développement.

Lire aussi : Les courants océaniques ne seraient pas perturbés par la fonte des calottes glaciaires

Tensions et conflits

Le sommet tenu à Paris a réuni des chefs d’État, de gouvernement et des diplomates d’une quarantaine de pays, dont la Chine.

La Russie n’a pas été invitée, bien que son territoire contienne une partie de l’Arctique.

Les États ont lancé un appel à l’action pour lutter contre le changement climatique causé par l’homme et la perte de biodiversité causée par la fonte des écosystèmes.

Les participants au sommet ont également créé un panel de haut niveau pour étudier l’impact de la fonte des eaux sur les communautés côtières confrontées à l’augmentation du niveau de la mer et à la diminution des ressources en eau dans les zones vallonnées.

« Les conflits sont à nouveau à l’ordre du jour, au Moyen-Orient et ailleurs, ce qui fragilise nos relations, mais nous devons faire de notre mieux pour travailler en étroite collaboration, de manière pacifique », a déclaré Macron.

Ruth Mottram, climatologue à l’Institut météorologique danois, a applaudi l’appel à une collaboration scientifique polaire, mais a déclaré que l’attaque russe contre l’Ukraine avait entravé cette collaboration.

« Il est difficile d’imaginer qu’une normalisation des relations se produira (ou même sera souhaitable) tant que la guerre ne sera pas terminée », a déclaré Mottram.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat