Des scientifiques cultivent du varech en laboratoire pour sauver les forêts de varech de Californie de l’invasion des oursins

Les forêts de varech de Californie, qui fournissent un habitat à des centaines d’espèces marines et contribuent à lutter contre le changement climatique, ont été décimées par une série de chocs environnementaux au cours de la dernière décennie.

Cependant, une nouvelle vague d’efforts innovants de recherche et de restauration s’avère prometteuse pour ramener ces écosystèmes vitaux.

Le problème : une tempête parfaite de tueurs de varech

Les forêts de varech sont des forêts sous-marines de grosses algues brunes qui poussent le long des côtes de nombreuses régions tempérées.

Ils comptent parmi les habitats les plus productifs et les plus diversifiés de la planète, soutenant la pêche, le tourisme et les communautés côtières.

Ils jouent également un rôle clé dans l’atténuation du changement climatique en absorbant le dioxyde de carbone de l’atmosphère et en le stockant dans leur biomasse.

Cependant, les forêts de varech de Californie ont été durement touchées par une combinaison de facteurs qui les ont réduites à une fraction de leur étendue antérieure.

Selon les images satellite, la côte nord de l’État a perdu environ 95 % de sa forêt de varech depuis 2014, tandis que la côte centrale a également connu un déclin important.

Les principaux responsables de cette perte de varech sont :

  • Une vague de chaleur marine qui a débuté en 2013 et a duré plusieurs années, créant des conditions chaudes et pauvres en nutriments qui ont stressé le varech et réduit sa croissance et sa survie.
  • Une épidémie qui a anéanti les étoiles de mer tournesol, un prédateur majeur des oursins violets, qui sont de voraces brouteurs de varech.
  • Une explosion des populations d’oursins violets, qui ont brouté les forêts de varech jusqu’à la roche nue et créé des « landes à oursins » qui empêchent la récupération du varech.

Ces changements ont eu des impacts dévastateurs sur la vie marine et les communautés humaines qui dépendent des forêts de varech pour leur alimentation, leurs revenus et leurs loisirs.

De nombreuses espèces, comme l’ormeau, le sébaste et la loutre de mer, ont perdu leur habitat et leur source de nourriture, tandis que les pêcheurs, les plongeurs et les touristes ont vu leurs moyens de subsistance et leur plaisir diminuer.

La solution : une approche collaborative et adaptative de la restauration du varech

Restaurer la forêt de varech

En réponse à cette crise, une coalition de chercheurs, d’organisations à but non lucratif, d’agences gouvernementales et d’acteurs locaux ont travaillé ensemble pour protéger et restaurer les forêts de varech en utilisant diverses méthodes et stratégies. Certaines des initiatives clés comprennent :

Élimination des oursins

Cela implique de retirer ou d’écraser manuellement les oursins en excès sur des sites sélectionnés afin de réduire leur densité et la pression de pâturage et de permettre au varech de repousser.

Cela a été fait par des plongeurs commerciaux d’oursins, qui ont été soutenus par des financements et des incitations de l’État, ainsi que par des bénévoles et des scientifiques, qui ont effectué le suivi et l’évaluation des résultats.

Jusqu’à présent, cette méthode a donné des résultats prometteurs, avec des augmentations significatives de la densité et de la diversité des varechs sur certains sites de restauration.

Varech cultivé en laboratoire

Cela implique de cultiver des spores de varech en laboratoire, puis de les transplanter sur des substrats artificiels ou sur des supports de varech existants (les structures qui ancrent le varech au fond marin) sur les sites de restauration.

L’objectif est d’améliorer le recrutement naturel et la survie du varech en fournissant une source d’individus sains et génétiquement diversifiés, capables de résister aux facteurs de stress environnementaux.

Cette méthode est encore au stade expérimental, mais a montré son potentiel pour augmenter la couverture de varech et la biomasse sur certains sites de restauration.

Engagement communautaire

Cela implique de sensibiliser et d’impliquer le public et les parties prenantes dans les efforts de restauration du varech, ainsi que d’intégrer leurs connaissances, leurs valeurs et leurs préférences dans le processus décisionnel.

Cela vise à favoriser un sentiment d’intendance et de propriété des forêts de varech, ainsi qu’à garantir que les objectifs et les résultats de la restauration sont alignés sur les besoins et aspirations sociaux et économiques des communautés côtières.

Cette méthode est essentielle pour instaurer la confiance et la collaboration entre les divers acteurs impliqués dans la restauration du varech, ainsi que pour garantir la durabilité et la résilience à long terme des forêts de varech38.

Ces méthodes ne s’excluent pas mutuellement, mais plutôt complémentaires et synergiques, car elles abordent différents aspects et échelles du défi de la restauration du varech.

De plus, ils sont adaptatifs et flexibles, car ils permettent un apprentissage et un ajustement basés sur les retours et les résultats des actions de restauration.

Ceci est crucial, car les forêts de varech sont des systèmes dynamiques et complexes influencés par de multiples facteurs environnementaux et humains changeants.

L’avenir : une vision pour un système socio-écologique du varech prospère

Les efforts de restauration du varech en Californie visent non seulement à restaurer les forêts de varech à leur état antérieur, mais également à les transformer en un système plus résilient et diversifié, capable de faire face au changement climatique futur et à d’autres perturbations.

Cela nécessite une approche holistique et intégrée qui prend en compte les dimensions écologiques, sociales et économiques du système socio-écologique du varech et qui équilibre les compromis et les synergies entre les différents objectifs et intérêts.

Pour réaliser cette vision, le Département de la pêche et de la faune de Californie, en partenariat avec le Conseil de protection des océans de Californie, élabore un plan adaptatif de restauration et de gestion du varech (KRMP) à l’échelle de l’État, basé sur l’écosystème, pour le varech géant et le varech mâle.

Le KRMP fournira un cadre et des orientations pour la restauration et la gestion du varech dans tout l’État, sur la base des meilleures données scientifiques disponibles et des contributions des parties prenantes.

Le plan identifiera également les besoins en matière de recherche et de surveillance, les opportunités de financement et de politiques, ainsi que les stratégies de communication et de sensibilisation pour soutenir la mise en œuvre et l’évaluation des actions de restauration et de gestion du varech.

La Californie ouvre la voie en matière de restauration du varech, non seulement en appliquant des méthodes innovantes et efficaces, mais également en favorisant une culture collaborative et adaptative entre les praticiens et les participants à la restauration du varech.

Ce faisant, l’État sauve non seulement ses forêts de varech, mais améliore également la santé et la résilience des océans et soutient ses communautés côtières prospères.

Article associé: Conséquences du changement climatique : du varech ! La forêt sous-marine d’Australie détruite par la canicule marine

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat