Des militants appellent à une « refonte » du processus après qu’un vétéran de l’industrie pétrolière ait confirmé qu’il dirigerait la COP29

L’Azerbaïdjan a nommé un ancien responsable du secteur pétrolier à la présidence du sommet, marquant la deuxième année consécutive qu’un initié des combustibles fossiles dirigera les négociations de l’ONU sur le climat. Les défenseurs du climat parlent d’un « énorme conflit d’intérêts ».

L’Azerbaïdjan a choisi son ministre de l’Écologie – et un ancien cadre de la compagnie pétrolière publique du pays – pour diriger la conférence phare des Nations Unies sur le climat plus tard cette année. Cette décision a relancé un débat acharné sur le rôle que l’industrie des combustibles fossiles devrait jouer dans les négociations mondiales sur le climat.

Des responsables de l’ONU ont confirmé vendredi la nomination de Mukhtar Babayev à la présidence de la COP29. Babayev a dirigé la compagnie pétrolière azerbaïdjanaise SOCAR pendant près de 25 ans avant de devenir ministre de l’écologie et des ressources naturelles du pays en 2018.

C’est la deuxième année consécutive qu’un vétéran de l’industrie pétrolière supervisera les négociations, qui visent à réduire les émissions de carbone responsables du réchauffement climatique et à abandonner les combustibles fossiles. C’est également la deuxième année consécutive que les négociations seront organisées par un pétro-État, un pays dont l’économie dépend fortement de la production de pétrole et de gaz. La COP28 s’est tenue l’année dernière aux Émirats arabes unis. Le Brésil, qui devrait accueillir la COP30 en 2025, en sera à sa troisième édition.

Les défenseurs du climat affirment que cette tendance est la preuve que le processus du sommet de l’ONU est défectueux, et beaucoup appellent désormais à « une refonte substantielle » du système de la COP, qui a permis à des pays comme l’Arabie saoudite, la Russie et les États-Unis de bloquer à eux seuls les décisions. cela autrement serait passé.

Certains militants ont également critiqué le choix de l’Azerbaïdjan comme pays hôte de cette année. Une analyse du groupe de défense basé au Royaume-Uni Global Witness a révélé que le géant pétrolier BP et ses partenaires de projet ont investi 35 milliards de dollars dans la production de pétrole et de gaz par le gouvernement azerbaïdjanais depuis 2020.

« L’ONU a largement perdu la confiance des jeunes défenseurs du climat qui se sentent trahis par ce qu’ils considèrent comme un jeu lourdement mis du côté des pollueurs », a déclaré Michael Mann, éminent climatologue et professeur au Département de la Terre et de l’Environnement de l’Université de Pennsylvanie. Science, a écrit le mois dernier dans un éditorial pour le Los Angeles Times. « Compte tenu de l’énorme conflit d’intérêts, les dirigeants de l’industrie pétrolière ne devraient pas être autorisés à influencer fortement, et encore moins à présider, le sommet. »

Certains partisans, dont Mann, estiment que l’ONU devrait adopter de nouvelles règles, telles que des sanctions financières telles que des droits de douane qui seraient imposées aux pays qui tentent de contrecarrer l’effort mondial visant à abandonner les combustibles fossiles, l’un des principaux accords ratifiés lors des négociations de l’année dernière. . De nombreux partisans souhaitent également que les décisions lors des négociations soient prises à la majorité qualifiée plutôt que par le système de consensus total actuellement en place, qui permet à un seul des 195 pays qui ont signé l’Accord de Paris de bloquer un accord.

En fait, c’est ainsi que l’Azerbaïdjan – un ancien État de l’Union soviétique – a été élu pour accueillir les négociations sur le climat de cette année. La COP de l’année prochaine devait se tenir en Europe de l’Est. Mais les délégués russes s’étaient engagés à empêcher tout pays de l’Union européenne d’accueillir l’événement en représailles au soutien du bloc à l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie. L’Azerbaïdjan est la seule candidature à avoir obtenu l’approbation de la Russie.

La résistance lors de la COP de l’année dernière, en particulier de la part de l’Arabie Saoudite et de la Russie, a incité l’éminent activiste climatique et ancien vice-président américain Al Gore à critiquer la conférence des Nations Unies, affirmant qu’elle « permet à une seule nation d’opposer son veto à ce que le reste du monde veut faire ». .»

D’autres militants, comme Tara Houska, fondatrice du groupe autochtone de défense du climat Giniw Collective, ont suggéré de s’éloigner complètement des sommets de la COP. « Y a-t-il un moment à partir duquel les défenseurs légitimes du climat cesseront de légitimer la COP ? Houska publié sur les réseaux sociaux Vendredi, suite à l’annonce de la nomination de Babayev. « Il est plus que clair que ce rassemblement a été entièrement récupéré par les combustibles fossiles. Est-ce que cela vaut la peine de consacrer notre énergie à lutter pour une conférence ?

On ne sait pas exactement comment Babayev gérera les négociations de cette année et s’il sera en mesure d’éviter les scandales qui ont tourmenté l’année dernière le président Sultan Ahmed al-Jaber, directeur de la compagnie pétrolière publique des Émirats arabes unis. Al-Jaber a suscité la colère des défenseurs après la diffusion d’une vidéo le montrant affirmant qu’aucune science ne soutenait la nécessité de s’éloigner des combustibles fossiles.

Le Guardian a rapporté que Babayev a fait savoir aux responsables de l’ONU que sa mission en tant que ministre de l’écologie de son pays était de « changer la mentalité » des Azerbaïdjanais quant à leurs responsabilités envers l’environnement.

Plus d’actualités climatiques

2023 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée au monde, de loin : Les scientifiques du service Copernicus sur le changement climatique de l’UE affirment que 2023 a « battu » de loin le record de l’année la plus chaude, fournissant un « témoignage dramatique » de combien le climat est aujourd’hui plus chaud par rapport au passé, rapporte Damian Carrington pour le Guardian. L’année dernière, la planète était 1,48 degrés Celsius plus chaude que l’époque préindustrielle, et les chercheurs affirment que le seuil de 1,5 degrés sera probablement dépassé pour la première fois au cours des 12 prochains mois, mais seulement temporairement.

La Cour suprême n’entendra pas le procès climatique du Minnesota contre les géants pétroliers : La Cour suprême a refusé lundi d’entendre un appel des grandes sociétés pétrolières visant à déplacer une action en justice liée au climat intentée par le Minnesota hors du tribunal de l’État et devant le tribunal fédéral, où l’industrie des combustibles fossiles estime qu’elle aura de meilleures chances de gagner, rapporte Clark Mindock. pour Reuters. L’année dernière, une cour d’appel fédérale s’est prononcée en faveur du Minnesota, qui accuse ExxonMobil, Koch Industries et l’American Petroleum Institute d’avoir induit en erreur le rôle que jouent leurs produits pétroliers dans le changement climatique.

Le premier parc éolien offshore à l’échelle commerciale des États-Unis est enfin en ligne : Le premier parc éolien offshore à grande échelle du pays a envoyé de l’électricité au réseau électrique du Massachusetts la semaine dernière, marquant une étape importante pour une industrie entachée par des décennies de retards réglementaires, financiers et politiques, rapporte Jennifer McDermott pour l’Associated Press. Avangrid et Copenhagen Infrastructure Partners, copropriétaires du projet Vineyard Wind, ont annoncé avoir fourni environ 5 mégawatts d’électricité au réseau du Massachusetts. Le parc éolien de 800 mégawatts pourra à terme alimenter plus de 400 000 foyers.

L’indicateur du jour

1,58°C

C’est à quel point les scientifiques du Met Office du Royaume-Uni s’attendent à ce que la température moyenne mondiale s’élève cette année au-dessus des niveaux préindustriels, dépassant le record de chaleur de l’année dernière, stimulé par un fort El Niño.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat