Comment les conséquences désastreuses du changement climatique sur la santé se manifestent à l’échelle mondiale

« La crise climatique est une crise sanitaire. »

Le mois dernier, la COP28 à Dubaï est devenue le premier sommet sur le climat à célébrer la Journée de la Santé. Cent vingt-quatre pays ont approuvé la Déclaration sur le climat et la santé, tirant la sonnette d’alarme sur les graves implications de la crise climatique sur la santé publique et le bien-être.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que d’ici la fin de cette décennie, le coût de l’impact climatique sur la santé se situera entre 2 et 4 milliards de dollars par an. Mais ce chiffre est peut-être sous-estimé, car il n’inclut pas les énormes conséquences climatiques sur l’agriculture, l’eau et l’assainissement, qui façonnent tous la santé publique.

Le secteur de la santé ne reçoit qu’un demi pour cent du financement mondial pour le climat, selon l’OMS. Compte tenu de ce manque à gagner, la COP28 a annoncé l’octroi d’un milliard de dollars en faveur du climat et de la santé, même si une partie de ce financement avait déjà été engagée avant le début des négociations.

Le Dr Vanessa Kerry est l’envoyée spéciale de l’OMS pour le changement climatique et la santé et a contribué à l’organisation de la Journée de la Santé. Elle dirige également l’organisation à but non lucratif Seed Global Health, qui travaille principalement à renforcer les systèmes médicaux en Afrique subsaharienne.

AINSLEY O’NEILL : Selon l’Organisation mondiale de la santé, entre 2030 et 2050, le changement climatique devrait causer environ 250 000 décès supplémentaires par an, dus uniquement à la dénutrition, au paludisme, au choléra, à la diarrhée et au stress thermique. Pouvez-vous nous expliquer le lien entre la crise climatique et ces maladies particulières ?

VANESSA KERRY : Absolument. La crise climatique est une crise sanitaire. Les 250 000 décès par an sont probablement une sous-estimation. Les données ont évolué rapidement. Nous apprenons chaque jour, nous rattrapeons notre retard sur la manière exacte dont nous sommes affectés par le changement climatique en termes de notre survie, de notre santé humaine et de notre bien-être. Le changement climatique a des impacts très directs sur la santé humaine en termes d’événements météorologiques extrêmes, qu’il s’agisse de décès par noyade, d’incendies de forêt, de pollution atmosphérique ; changements et augmentations des maladies infectieuses et des maladies non transmissibles.

Pour donner un exemple très concret, les inondations au Pakistan en 2022 ont entraîné des taux de paludisme quatre fois supérieurs à ceux des inondations, y compris dans les provinces où le paludisme avait été presque complètement éradiqué. Nous le constatons également dans le cas des maladies non transmissibles. Des données publiées juste avant la COP nous indiquent que plus de 5 millions de décès par an sont directement imputables à l’utilisation de combustibles fossiles et à la pollution de l’air causée par ces combustibles. Nous voyons cela pendant la grossesse.

Mais nous constatons également des impacts indirects du changement climatique sur la santé humaine. Par exemple, nous constatons des changements dans les saisons sèches et les sécheresses, comme dans la Corne de l’Afrique, et dans l’insécurité alimentaire ; nous constatons des changements dans l’accès à l’eau. Nous le constatons en termes de moyens de subsistance des gens et de leur capacité à aller travailler en raison de la chaleur extrême.

Nous le constatons également en termes de violence basée sur le genre. Nous avons entendu parler de jeunes filles qui doivent désormais marcher de plus en plus loin pour aller chercher de l’eau au Kenya, qui courent alors un risque accru de violence sexiste et d’agression sexuelle en raison de la distance ou des déplacements. Ce à quoi nous sommes confrontés est littéralement, de toutes les manières possibles, que le changement climatique a un impact sur notre expérience quotidienne, ici et maintenant, et sur notre capacité à vivre une vie saine et à avoir les opportunités que nous souhaitons pour nous-mêmes et nos familles.

Dr Vanessa Kerry au Sommet du Nouveau Pacte Financier Mondial à Paris le 22 juin 2023. Crédit : Joël Saget/AFP via Getty Images
Dr Vanessa Kerry au Sommet du Nouveau Pacte Financier Mondial à Paris le 22 juin 2023. Crédit : Joël Saget/AFP via Getty Images

O’NEILL : Il y a toutes ces questions primordiales qui relient le climat et la santé. Mais je veux réfléchir à certains des impacts immédiats que nous pourrions constater. Si nous réduisons les combustibles fossiles, si nous réduisons les émissions de combustibles fossiles, comment pouvons-nous immédiatement commencer à en constater les bénéfices pour la santé ?

KERRY : Il est urgent que nous nous engageions absolument à éliminer progressivement les combustibles fossiles. Et c’est urgent si on veut rester sur Paris [Agreement goal of limiting warming to 1.5 degrees Celsius].

Chaque année, plus de 5 millions de décès sont directement liés à l’utilisation des combustibles fossiles. Mais ce que nous savons, c’est qu’il existe des études scientifiques, par exemple dans les centres-villes, dans les communautés et ailleurs, qui montrent que lorsqu’on se débarrasse des bus à essence ou à carburant et des polluants, on peut réduire les crises d’asthme et les visites à l’hôpital et aux urgences. . Vous commencez à constater des avantages directs pour la santé dès le moment où vous réduisez les combustibles fossiles.

Mais tant que nous brûlerons des combustibles fossiles et que nous continuerons à constater une augmentation des émissions de gaz à effet de serre, nous continuerons à provoquer des conditions météorologiques extrêmes qui entraînent tous les effets néfastes sur la santé.

Certaines d’entre elles sont donc absolument immédiates, mais d’autres entraîneront un changement qui pourrait prendre un peu plus de temps à voir. Mais ce qu’il faut retenir, c’est qu’il est urgent de réduire aujourd’hui l’utilisation des combustibles fossiles. Nous ne verrons peut-être pas tous les résultats directs avant un an ou deux, jusqu’à ce que nous commencions à réellement voir le pic en termes de gaz à effet de serre. Mais nous irons dans la mauvaise direction et accélérerons le nombre de décès et les dégâts si nous ne nous engageons pas dès aujourd’hui à éliminer progressivement les combustibles fossiles.

O’NEILL : Votre organisation, Seed Global Health, travaille avec des infirmières, des sages-femmes et des médecins au Malawi, en Sierra Leone, en Ouganda et en Zambie. Comment avez-vous vu les conséquences de la crise climatique dans le travail que vous effectuez dans ce domaine ?

KERRY : Seed Global Health s’est impliqué dans les discussions sur le changement climatique parce que nous avons ressenti très directement les impacts du changement climatique dans les communautés où nous travaillons et cela a rendu notre travail plus difficile. Nous avons formé plus de 34 000 agents de santé au cours de la dernière décennie, au service de zones de desserte d’environ 73 millions de personnes.

Au Malawi, les tempêtes extrêmes sont plus violentes, se produisent plus fréquemment, durent plus longtemps et rendent plus difficile la formation des agents de santé pour faire leur travail. Il y a davantage de paludisme au plus fort de la saison du paludisme. Il y a davantage de paludisme en dehors de la saison du paludisme. Nous voyons des ponts détruits. Une de nos collègues, Chauncey Banda, sage-femme dans le district de Sonjay au Malawi, a dû plaider auprès du gouvernement pour qu’il mette en place de nouveaux centres de naissance que Seed a aidé à créer, car les ponts menant aux centres de naissance existants ont été détruits. Et il s’avère que lorsque vous êtes confronté à une crise climatique ou à des tempêtes, les femmes accouchent plus fréquemment avant terme. Il y a un impact très réel si vous ne parvenez pas à assurer la continuité des services. Ensemble, nous avons ouvert ces établissements afin que les césariennes puissent être pratiquées et que les femmes puissent bénéficier de cette continuité de soins. Et pas une femme ni un enfant n’est mort à la suite de certaines de ces tempêtes après avoir perdu leur installation d’origine.

Mais cela rend notre travail plus difficile, alors que nous pourrions fournir des services de soins primaires ou assurer des services ailleurs. Nous constatons des problèmes de santé de plus en plus graves à cause du changement climatique.

C’est la même chose en Ouganda, c’est la même chose en Sierra Leone, c’est la même chose en Zambie, c’est la même chose sur tout le continent et dans le monde entier. C’est ici aux États-Unis. Nous aurons besoin de plus de main-d’œuvre pour relever les défis du changement climatique, nous aurons besoin de systèmes de santé capables de résister aux changements climatiques pour continuer à fournir des services. Et nous devons nous adapter à ces changements ici et maintenant, sinon nous allons perdre encore plus de vies.

O’NEILL : Qu’est-ce qui vous a inspiré à vous lancer dans ce monde de renforcement des soins de santé mondiaux ?

KERRY : J’ai grandi dans une maison avec mes deux parents très, très déterminés à être des citoyens du monde et à défendre ceux qui ne pouvaient peut-être pas se défendre eux-mêmes. J’ai toujours été intéressé par la médecine et j’ai beaucoup apporté certaines de ces expériences dans ma carrière médicale.

Quand j’avais 14 ans, j’ai eu l’occasion de voyager au Vietnam avant que nous normalisions nos relations avec le pays et que nous constations un niveau de pauvreté qui était tout simplement choquant par son ampleur, son ampleur et son degré. Et je ne savais pas quoi en faire à 14 ans.

Mais j’ai tenu bon et lorsque je suis entré à la faculté de médecine, il est devenu très clair pour moi que ma carrière médicale devait intégrer une partie de cette expérience que j’avais vécue au Vietnam. Cela m’a amené à réaliser qu’il est inacceptable qu’il existe deux normes de soins médicaux aussi différentes dans le monde.

Nous avons la technologie, nous avons les moyens, nous avons les ressources ; nous ne faisons tout simplement pas le choix de fournir les services aux gens. Et c’est tout simplement fondamentalement inacceptable. Mes collègues et moi sommes tous engagés dans cette même mission, celle de vraiment combler cet écart avec toutes les capacités possibles pour garantir qu’il existe un personnel de santé solide et robuste pour fournir des services. Pour nous assurer que nous diagnostiquons les patients de manière appropriée, les prenons en charge de manière appropriée et que les médicaments sont disponibles pour les traiter.

Pour nous, le changement climatique ne fait qu’exacerber cet écart, et c’est ce qui m’a amené à m’engager dans la lutte pour le climat. Le travail que nous avons consacré une décennie à faire est entièrement menacé si nous n’agissons pas jusqu’à ce moment avec un engagement nouveau et accéléré et si nous n’amenons pas d’autres à nous rejoindre pour faire face à ce moment.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat