Un météotsunami frappe la côte du lac Michigan au milieu de conditions météorologiques extrêmes

Un météotsunami a touché le rivage du lac Michigan près de Holland lors d'un événement météorologique atypique, provoquant une forte augmentation du niveau de l'eau.

L'événement s'est produit mardi en raison des conditions météorologiques extrêmes que connaît l'État.

La vague semblable au tsunami

La région des Pays-Bas a été frappée par un météotsunami, une vague qui ressemble à un tsunami mais qui est provoquée par des perturbations atmosphériques.

Les météotsunamis sont normalement associés à des orages violents et à d'autres systèmes météorologiques à évolution rapide.

Les plages de Ludington et Holland ont connu une montée d'eau de deux pieds à la suite de cet événement. Dans les Grands Lacs, les météorotsunamis se produisent fréquemment, environ 100 fois par an.

Néanmoins, les habitants et les météorologues ont exprimé leur inquiétude et leur attention en raison de l'ampleur et de la gravité de ce tsunami spécifique.

Comprendre les météotsunamis

Les météotsunamis, contrairement à leurs cousins ​​sismiques, sont provoqués par des variations de pression atmosphérique qui coïncident avec des systèmes météorologiques violents.

Même si ces vagues sont généralement plus petites que les tsunamis classiques, elles peuvent néanmoins être tout aussi dangereuses.

La force et la vitesse de ces vagues sont visibles dans les séquences vidéo du récent métatsunami qui a frappé la Hollande.

Les météotsunamis se produisent fréquemment, mais en raison de leur taille modeste, ils sont parfois négligés. Pourtant, ils peuvent causer de graves dommages, comme l'a démontré en avril 2018, lorsqu'un tsunami a provoqué une variation de 2,4 mètres du niveau d'eau dans le lac Michigan.

Cet incident nous rappelle la puissance des forces de la nature et l’importance d’être conscient des conditions météorologiques et de s’y préparer.

Bien qu'aucun dommage important n'ait été signalé cette fois-ci, la région des Grands Lacs a déjà subi des impacts considérables de météotsunamis dans le passé, ce qui souligne l'importance de poursuivre les recherches et la surveillance de ces phénomènes naturels étonnants mais dangereux.

Quelles sont les causes des météotsunamis ?

Les météotsunamis sont créés par des perturbations météorologiques qui provoquent des variations rapides de la pression barométrique, poussant l'eau hors de son chemin.

Les fronts de tempête, les rafales et les orages violents sont des exemples de ces perturbations qui ont le pouvoir de modifier rapidement la pression atmosphérique et de produire des vagues semblables à des tsunamis sismiques.

Habituellement, le processus implique une perturbation d’air migrateur interagissant pendant plusieurs minutes à plusieurs heures avec l’eau.

Le développement des météotsunamis est souvent associé à des conditions météorologiques extrêmes venant vers la côte à la même vitesse et dans la même direction que le mouvement local des vagues.

Les baies, les criques et les plateaux continentaux peu profonds sont des exemples de caractéristiques côtières susceptibles d’accroître l’ampleur de la vague.

Les météotsunamis sont moins puissants que les tsunamis sismiques majeurs, leurs impacts sont donc limités à la zone immédiate, mais ils peuvent néanmoins être dangereux, en particulier lorsque la résonance les amplifie.

Les météotsunamis peuvent produire des vagues de plus de six pieds de haut et ressembler à des inondations causées par des ondes de tempête, affectant des bassins confinés et de vastes étendues de rivage.

Il est essentiel de comprendre le comportement de ces vagues dans divers environnements marins et côtiers afin de créer des systèmes d'alerte précis et d'améliorer la conception des infrastructures et la planification côtière.

Comment prédire les météotsunamis ?

La prévision des météotsunami est un processus complexe qui fusionne des variables météorologiques et océaniques.
Les océanographes et les météorologues utilisent divers instruments pour surveiller les conditions qui pourraient conduire à ces événements.

Cela implique l’utilisation de modèles de prévision hydrodynamique pour représenter la réaction de l’océan aux changements de pression atmosphérique, de nombreux modèles de prévision météorologique pour prédire les changements de pression atmosphérique et une surveillance atmosphérique pour suivre les systèmes météorologiques violents.

De plus, des techniques de réduction d’échelle sont utilisées pour affiner les prévisions à une échelle plus localisée, et des indices synoptiques aident à l’identification d’éventuels incidents de météotsunami.

Il est également essentiel de comprendre les situations de résonance particulières qui ont la capacité d’intensifier les météotsunamis.

Grâce à l'intégration de ces techniques, les chercheurs souhaitent améliorer la précision des prévisions des météotsunamis, qui pourraient être intégrées aux systèmes d'alerte précoce actuels afin de protéger plus efficacement les communautés côtières contre leurs effets.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat