Qu’y a-t-il dans cette bouteille ?

Une interview avec la journaliste d’Pacte Climat, Victoria St. Martin, sur les lacunes d’une nouvelle loi réglementant les produits chimiques toxiques dans les cosmétiques et si elle offre une véritable transparence aux consommateurs.

Ce que contiennent les produits cosmétiques que des millions d’Américains utilisent chaque jour sur notre peau, nos cheveux et nos ongles est souvent un grand point d’interrogation. Ce que nous savons, c’est que certains produits chimiques présents dans des produits comme les shampoings, les déodorants et les rouges à lèvres ont été associés à de graves problèmes de santé, mais il existe un énorme vide réglementaire. En 2019, le sous-comité sur la santé de la Chambre des représentants pour l’énergie et le commerce, présidé par la députée démocrate Anna Eshoo de Californie, a tenu une audition sur cette lacune.

« La seule chose qui sépare les Américains d’un produit cosmétique dangereux est une loi fédérale vieille de 80 ans, les 30 employés du bureau des cosmétiques et des couleurs de la FDA et des lettres très fermes de la FDA », a déclaré Eshoo lors de l’audience. « Pour parler franchement, nous ne savons pas ce que contiennent nos cosmétiques, et ce que nous ne savons pas pourrait nous nuire. »

Une nouvelle loi, la Modernization of Cosmetics Regulatory Act, est entrée en vigueur fin décembre, donnant à la Food and Drug Administration plus de pouvoir pour réglementer l’industrie. La journaliste d’Pacte Climat, Victoria St. Martin, a fait un reportage à ce sujet et a expliqué à Living on Earth certains des risques pour la santé liés aux produits contenant des toxines telles que le formaldéhyde.

RUE VICTORIA. MARTIN : C’est lié aux cancers – les cancers de la reproduction comme le cancer de l’utérus, le cancer du sein, le cancer de l’endomètre. Le formaldéhyde n’est pas seulement utilisé dans les lisseurs et les lisseurs chimiques, mais il est également utilisé comme conservateur dans les soins personnels et les cosmétiques.

O’NEILL : Il existe également des parabènes, qui perturbent les hormones et nuisent au système reproducteur, et même des métaux lourds, dont le mercure.

ST. MARTIN : On en trouve dans de nombreux éclaircissants pour la peau et cela peut endommager les reins et le système nerveux.

CURWOOD : Ouais. Et nous avons discuté avec des chercheurs qui étudient les impacts sur la santé des phtalates perturbateurs endocriniens présents dans les cosmétiques. Ceux-ci sont liés à l’obésité, au diabète et aux naissances prématurées, entre autres problèmes de santé.

O’NEILL : Et les États-Unis sont vraiment en retard sur d’autres pays industrialisés lorsqu’il s’agit de protéger les consommateurs contre les produits chimiques nocifs contenus dans ces produits.

MARTIN : Dans l’Union européenne, ils interdisent plus de 2 000 produits chimiques dans les cosmétiques. Aux États-Unis, 11 produits chimiques sont actuellement soumis à des restrictions ou interdits.

Deux membres du public se tiennent lors d
Deux membres du public se tiennent lors d’une projection au Philadelphia Museum of Art du film « A Letter to my Sisters », un documentaire sur les jeunes femmes et le cancer du sein produit par Nia Imani Bailey, le 7 octobre 2023 à Philadelphie, Pennsylvanie. Crédit : Caroline Gutman

O’NEILL : C’est une disparité qui se reflète dans la manière dont nous réglementons les produits chimiques ici aux États-Unis en général. Au lieu d’appliquer un principe de précaution, nous attendons de constater les effets nocifs des produits chimiques déjà présents sur le marché, puis nous envisageons de les interdire. Malheureusement, même si ces nouvelles règles constituent un bon début, elles ne modifient pas ce système de base. Ils se concentrent davantage sur la divulgation.

CURWOOD : Le mot « parfum » est souvent utilisé par l’industrie cosmétique pour cacher certains de ces produits chimiques des listes d’ingrédients en prétendant qu’ils sont exclusifs. Des choses comme les phtalates. Alors, comment ces nouvelles règles pourraient-elles contribuer à freiner cela ?

O’NEILL : Même si les entreprises devront désormais déclarer à la FDA les produits chimiques contenus dans ce « parfum », elles n’auront qu’à lister ces produits chimiques sur l’étiquette des consommateurs pour voir si les ingrédients peuvent provoquer des réactions allergiques. Cela ne change donc pas grand-chose en termes d’informations facilement accessibles au public sur ce que contient réellement un produit. Mais la nouvelle loi donne à la FDA plus de pouvoir pour rappeler des produits lorsque les consommateurs signalent des effets indésirables. Une autre nouvelle exigence est que les entreprises devront effectuer des tests de sécurité. Mais il y a un énorme piège.

ST. MARTIN : Les entreprises devront effectuer ces tests de sécurité, mais la FDA ne sera pas en mesure de s’assurer que cela se produit. Donc c’est comme si je disais que j’ai fait mes devoirs, mais ma mère ne peut pas regarder mes devoirs et s’assurer que je les ai réellement fait.

CURWOOD : Waouh. Alors, comment les gens peuvent-ils être sûrs que ces produits sont sûrs ?

O’NEILL : Eh bien, avec d’importantes lacunes réglementaires qui subsistent, c’est toujours à nous, consommateurs, de faire nos devoirs pour savoir si les produits que nous utilisons sont sûrs. Il existe des ressources comme la base de données sur les cosmétiques « Skin Deep » de l’Environmental Working Group, qui vous permet de saisir le nom d’un produit et d’en savoir plus sur ses ingrédients si l’entreprise a rendu ces informations disponibles. Et Victoria a expliqué que la pression du public en faveur de cosmétiques plus sûrs semble vraiment être à l’origine de changements réglementaires.

ST. MARTIN : Je ne pense pas qu’il y aura encore 85 ans sans réglementation. Ces jours sont révolus. Plus nous insistons pour avoir des produits plus sûrs et plus propres, non seulement nos législateurs répondront, mais aussi l’industrie, car si nous n’achetons pas les produits qui nous préoccupent, alors ils ne les fabriqueront plus.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat