Questions et réponses : Les pays riches et pauvres ont une chance supplémentaire de s’entendre sur un fonds pour les « pertes et dommages » liés au changement climatique

À l’approche de la COP28 à Dubaï, les États-Unis et d’autres pays développés veulent que le fonds soit géré par la Banque mondiale. Les pays en développement considèrent la banque comme une force d’exploitation et souhaitent que le fonds jouisse d’une plus grande indépendance.

Les nations riches ont convenu lors de la conférence annuelle des Nations Unies sur le climat l’année dernière, la COP27, de payer les pays à faible revenu pour une partie des « pertes et dommages » causés par la crise climatique. C’est un bilan énorme et qui ne cesse de croître.

Selon un rapport de mai 2023 de l’Organisation météorologique mondiale, les événements météorologiques et climatiques extrêmes au cours des 50 dernières années ont causé 4 300 milliards de dollars de pertes économiques dans le monde.

Même une seule catastrophe peut anéantir les réserves financières d’un petit pays. C’est ce qui s’est produit dans la petite nation insulaire du Pacifique, Vanuatu, qui a subi en 2020 un cyclone qui a causé 600 millions de dollars de dégâts, soit environ 60 % de son PIB. Et à mesure que les températures et le niveau de la mer augmenteront dans les décennies à venir, ces types de pertes devraient également continuer à augmenter.

Mais parvenir à un accord sur la manière exacte dont devrait fonctionner le nouveau fonds pour les pertes et dommages est une pomme de discorde entre les pays riches et les pays pauvres, alors même que les prochaines grandes négociations sur le climat en décembre à Dubaï, la COP28, approchent à grands pas.

Bob Berwyn, journaliste à Pacte Climat, est là pour nous donner un aperçu.

JENNI DOERING : Bienvenue dans Vivre sur Terre, Bob !

BOB BERWYN : C’est formidable d’être à nouveau ici. Merci de m’avoir.

DOERING : Quels sont donc les défis auxquels l’ONU est confrontée lorsqu’il s’agit de donner suite aux engagements en matière de pertes et de dommages pris l’année dernière ?

BERWYN : Les défis sont nombreux. Il existe de sérieuses divergences entre les pays développés et les pays en développement quant à l’endroit où le fonds pour pertes et dommages devrait être hébergé. Ils manquent de temps à l’approche de la COP28. Ils avaient fixé un calendrier pour finaliser un ensemble de recommandations pour ce fonds pour pertes et dommages à temps pour approbation à la COP28.

Ils ont donc tenu une série de réunions au cours des huit derniers mois environ. Et ils n’ont pas été en mesure de finaliser ces recommandations. Ils ont donc ajouté une cinquième réunion de ce comité de transition, comme on l’appelle, début novembre, pour faire un effort supplémentaire pour finaliser l’ensemble des recommandations. Les recommandations incluront des éléments tels que les pays qui devraient cotiser au fonds, les pays qui seront éligibles pour recevoir des indemnités pour pertes et dommages, la manière dont le conseil d’administration sera mis en place et, encore une fois, et surtout, où ce fonds sera hébergé. Sera-t-il hébergé par la Banque mondiale, comme le suggèrent les pays développés ? Ou s’agira-t-il d’une sorte d’institution financière plus indépendante associée aux Nations Unies ?

DOERING : Alors dites-m’en plus à ce sujet. Pourquoi y a-t-il une telle divergence quant à l’endroit où accueillir cela, que ce soit à la Banque mondiale ou ailleurs ?

BERWYN : C’est vrai, à certains égards, cela semble être un détail technique. Mais cela touche également au cœur de certaines questions reflétant les négociations mondiales sur le climat dans leur ensemble. Et c’est la question de l’équité financière et économique et de la justice environnementale à l’échelle mondiale. D’un côté, vous avez un vaste bloc de pays connu sous le nom de G77, qui compte 135 pays. Cela représente environ 80 pour cent de la population mondiale.

Beaucoup de ces pays ne font pas nécessairement confiance à la Banque mondiale. Ils y voient quelque chose qui représente une exploitation de la part du monde développé. Et ils préfèrent considérer le fonds des pertes et dommages comme un instrument indépendant ; ils préféreraient que cette nouvelle institution financière soit plus indépendante.

Une poignée de pays développés représentés dans ces négociations de transition, les États-Unis, la France et l’Australie, semblent vraiment insister pour que cela soit une opération de la Banque mondiale, sous prétexte que la Banque mondiale sait déjà comment procéder. Il dispose de mécanismes pour recevoir de l’argent, pour en verser, etc. Ce serait en quelque sorte rationalisé.

DOERING : Donc, avec ces 135 pays, soit 80 pour cent de la population mondiale, comme vous le dites, représentés en termes de pays qui souhaitent accueillir cela en tant que fonds indépendant. C’est une majorité assez importante. Mais je suppose que ce n’est pas ainsi que fonctionne l’ONU, si je comprends bien.

BERWYN : Ce n’est pas ainsi que fonctionne l’ONU, en particulier le processus climatique de l’ONU, la CCNUCC, qui repose véritablement sur le consensus et sur des actions et des accords volontaires. Vous savez, il n’y a rien dans l’Accord de Paris sur le climat, rien dans le cadre des Nations Unies sur le climat qui soit contraignant ou obligatoire ou associé à une quelconque sorte de sanctions pour ne pas faire ce que vous avez dit que vous alliez faire. Et on pourrait voir cela comme une faiblesse. On pourrait également y voir une force qui permet aux pays de faire ce qu’ils peuvent à tout moment, en reconnaissant que les vents politiques changent et changent. Les alliances changent. Et c’est un processus suffisamment flexible pour résister à certaines de ces choses.

DOERING : Maintenant, combien d’argent ce fonds pour pertes et dommages pourrait-il inclure à terme ?

BERWYN : Cela n’a pas été discuté en détail lors de cette dernière réunion que j’ai suivie de près, mais il existe un document écrit soumis par le bloc des pays en développement qui mentionne, pour commencer, 100 milliards de dollars d’ici 2030. Et puis il y a des recherches indépendantes menées par des économistes et des experts du climat qui estiment les coûts des pertes et des dommages pouvant atteindre 500 milliards de dollars d’ici 2050.

DOERING : Jusqu’où remonte cette idée de perte et de dommage dans le processus climatique de l’ONU ?

BERWYN : Je pense que cela remonte au tout début du processus climatique des Nations Unies, lorsque la Convention-cadre sur les changements climatiques a été adoptée en 1992. Et il y a un libellé dans la charte originale qui aborde le fait que certains pays ressentent les impacts de émissions de gaz à effet de serre, mais n’émettent pas eux-mêmes beaucoup de gaz à effet de serre. Et il existe un autre groupe de pays qui ont émis une très grande majorité des émissions de gaz à effet de serre au cours de l’ère industrielle. Et cette disparité doit être corrigée par un processus. Vous n’aurez pas de solution climatique durable tant que ces problèmes ne seront pas résolus. Ils vont vraiment de pair.

DOERING : Et certains diraient que les sociétés de combustibles fossiles elles-mêmes, qui extraient ces substances et les vendent depuis des décennies maintenant, en seraient également responsables. Dans quelle mesure cela joue-t-il un rôle dans ces discussions sur les pertes et dommages ?

BERWYN : Cela joue un rôle, car il y a eu des discussions sur la provenance de cet argent. Mais je pense qu’il est important de noter que, dans certains cas, les pays qui influencent les négociations sur le climat et les entreprises de combustibles fossiles sont presque une seule et même chose. Je veux dire, si vous regardez l’Arabie Saoudite, vous savez, et Aramco, la compagnie pétrolière publique. Ou la Norvège est un autre exemple, vous savez, où l’État est fortement impliqué dans l’extraction de combustibles fossiles.. On ne peut donc pas toujours faire la distinction entre les États et l’industrie fossile. Et je pense que cela fait partie du problème que certains États individuels représentent essentiellement les intérêts des sociétés de combustibles fossiles lors de ces négociations.

DOERING : Hmm, c’est un très bon point. Et d’ailleurs, je veux dire les Émirats arabes unis eux-mêmes, qui accueillent cette COP en décembre…

BERWYN : C’est vrai.

DOERING : … cela a été un sujet de grande préoccupation pour certaines personnes qui suivent ce processus.

BERWYN : Cela a été un sujet de grande préoccupation. Il sera difficile pour certains pays de faire confiance et de croire quoi que ce soit à l’égard de l’engagement d’une entreprise à réduire l’utilisation des combustibles fossiles dans un pays dont l’économie dépend de cette production de combustibles fossiles.

DOERING : Quelle est la prochaine étape en matière de pertes et de dommages ?

BERWYN : Ainsi, ce comité de transition qui a été créé lors de la COP27, ou après la COP27, va se réunir une fois de plus du 3 au 5 novembre. Et ils tenteront de finaliser une série de recommandations pour ce fonds pour les pertes et dommages. Selon la forme qu’il prendra, il sera ensuite présenté à la COP28 en plénière, l’assemblée plénière des 196 pays présents, pour être débattu et voté.

Même si le comité transitoire sur les pertes et dommages n’est pas en mesure de finaliser une série de recommandations début novembre, je pense que la COP28 devra aborder cette question d’une manière ou d’une autre. Il s’agit d’un test : le processus de la COP peut-il tenir certaines des grandes promesses qu’il semble faire de temps en temps ? Vous savez, il y a deux ans, il y a eu un engagement à mettre fin à la déforestation mondiale. Bien devinez quoi? La déforestation mondiale continue d’augmenter. Ensuite, il y a eu un engagement à réduire les émissions de méthane de 30 % d’ici 2030. Devinez quoi ? Le méthane a enregistré un nouveau record cette année. L’année dernière, il a été promis de créer un fonds pour les pertes et dommages. Et donc je pense que, d’une certaine manière, c’est un test pour savoir si les pays peuvent donner suite à ce qui semble être de bonnes intentions.

DOERING : Nous devrons voir ce qui se passe. Bob Berwyn est un journaliste d’Pacte Climat basé en Autriche. Merci beaucoup, Bob.

BERWYN : Merci de m’avoir invité. Et nous reviendrons et verrons comment ça se passe.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat