Les plaques de neige offrent un refuge vital aux chèvres de montagne contre les insectes piqueurs, selon une nouvelle étude

La neige est généralement associée à l’hiver, mais pour certains animaux, la neige est une ressource précieuse dont ils ont besoin même en été.

L’un de ces animaux est la chèvre de montagne, une créature remarquable qui peut escalader des falaises abruptes et survivre à des conditions difficiles. Mais qu’est-ce que la neige a à voir avec les chèvres de montagne en été ?

Une nouvelle étude a révélé que les chèvres de montagne recherchent les plaques de neige non seulement pour se rafraîchir, mais aussi pour se débarrasser des insectes piqueurs qui peuvent leur nuire.

Le problème des insectes piqueurs

Les chèvres de montagne sont des animaux étonnants qui peuvent vivre dans certains des habitats les plus accidentés et les plus isolés du monde.

Ils sont bien adaptés au froid et à la neige, mais ils font face à un défi en été : les insectes piqueurs.

Les insectes piqueurs, comme les mouches, les moustiques et les tiques, peuvent constituer une nuisance et une menace pour de nombreux animaux. Ils peuvent provoquer des irritations, des inflammations, des infections, des pertes de sang et la transmission de maladies.

Pour les chèvres de montagne, les insectes piqueurs peuvent également affecter leur comportement, leur physiologie et leur survie.

Les chèvres de montagne ont une fourrure épaisse qui les protège du froid, mais les rend également vulnérables à la surchauffe et aux attaques d’insectes.

Pour faire face à la chaleur et aux insectes, les chèvres de montagne doivent trouver des moyens de se rafraîchir et d’éviter de se faire piquer. L’une des façons d’y parvenir est de rechercher des plaques de neige.

Les avantages des plaques de neige

Les plaques de neige sont des zones de neige qui persistent tout au long de l’été, généralement à haute altitude ou dans des endroits ombragés.

Les plaques de neige offrent de nombreux avantages pour les chèvres de montagne et d’autres espèces adaptées au froid, tels que :

Couloirs pour voyager

Les plaques de neige peuvent fournir aux chèvres de montagne des itinéraires plus faciles et plus sûrs pour se déplacer à travers le paysage, en évitant les terrains escarpés et rocheux.

Sources d’eau potable : les plaques de neige peuvent fournir de l’eau fraîche et propre aux chèvres de montagne, en particulier dans les régions sèches et arides.

Zones de rafraîchissement

Les plaques de neige peuvent aider les chèvres de montagne à réguler leur température corporelle, en leur permettant de s’allonger sur la neige ou de la lécher pour réduire leur stress thermique.

Des endroits pour jouer

Les plaques de neige peuvent également offrir aux chèvres de montagne la possibilité de s’amuser en glissant, en roulant ou en sautant sur la neige.

Soulagement des insectes piqueurs

Mais l’avantage le plus important des plaques de neige pour les chèvres de montagne est peut-être qu’elles soulagent les insectes piqueurs.

Une étude récente de Forest Hayes et Joel Berger, publiée dans PNAS Nexus1, a révélé que les chèvres de montagne recherchent les plaques de neige non seulement pour se rafraîchir, mais aussi pour échapper au tourment des insectes piqueurs.

Les chercheurs ont étudié deux populations de chèvres de montagne, une dans le parc national des Glaciers, au Montana, et une autre à 1 000 km au sud, dans le Colorado.

Ils ont observé les chèvres à l’aide de téléobjectifs et ont enregistré leur fréquence respiratoire et la fréquence de leurs battements d’oreilles, respectivement indicateurs du stress thermique et des perturbations causées par les insectes.

Ils ont constaté que les battements d’oreilles étaient fortement corrélés à la présence de plaques de neige, ce qui signifie que les chèvres de montagne étaient moins gênées par les insectes lorsqu’elles se trouvaient sur ou à proximité de la neige.

En revanche, la fréquence respiratoire n’était pas affectée par les plaques de neige, ce qui suggère que le stress thermique n’était pas un facteur majeur pour les chèvres de montagne.

Les chercheurs ont conclu que les plaques de neige constituent un refuge précieux pour les chèvres de montagne contre les insectes piqueurs, qui peuvent avoir des effets négatifs sur leur santé et leur forme physique.

Ils ont également averti que la perte de plaques de neige due au changement climatique pourrait constituer une menace sérieuse pour les chèvres de montagne et d’autres espèces qui en dépendent.

L’avenir des plaques de neige et des chèvres de montagne

Les plaques de neige disparaissent rapidement dans de nombreuses régions du monde, en raison du réchauffement climatique et des activités humaines.

Par exemple, le parc national des Glaciers, où l’étude a été menée, a perdu 85 % de ses glaciers depuis 1850 et devrait tous les perdre d’ici 2030.

Cela signifie qu’à l’avenir, les chèvres de montagne et d’autres animaux auront moins accès aux plaques de neige et devront faire face à plus de chaleur et à plus d’insectes.

Cela pourrait avoir de graves conséquences sur leur survie et leur reproduction, ainsi que sur leur répartition et leur comportement.

Les chercheurs ont suggéré que les efforts de conservation devraient prendre en compte l’importance des plaques de neige pour les chèvres de montagne et d’autres espèces, et tenter de les protéger et de les restaurer lorsque cela est possible.

Ils ont également recommandé de poursuivre les recherches sur les effets des insectes piqueurs sur les chèvres de montagne et d’autres animaux, ainsi que sur les moyens potentiels de les atténuer.

Les plaques de neige sont bien plus que de l’eau gelée. Ce sont des ressources vitales pour les chèvres de montagne et d’autres animaux sauvages, qui les aident à survivre l’été.

En comprenant et en préservant les plaques de neige, nous pouvons aider les chèvres de montagne et d’autres espèces à prospérer dans un monde en évolution.

Article associé: Les chèvres de montagne américaines sont désormais menacées par la fonte des glaces et de la neige

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat