COP28 de l’ONU : 200 pays ont convenu de s’éloigner des combustibles fossiles

Lors du sommet climatique COP28, près de 200 pays sont parvenus à un accord qui, pour la première fois, exige que tous les pays s’éloignent des combustibles fossiles afin de prévenir les pires effets du changement climatique.

Après deux semaines de négociations controversées aux Émirats arabes unis, le président de la COP28, Sultan Al Jaber, a rapidement signé l’accord mercredi matin.

Les délégués lui ont fait une standing ovation et Simon Stiell, le chef du climat de l’ONU, l’a serré dans ses bras.

Accord fort

L’accord est plus fort qu’un plan introduit plus tôt dans la semaine et qui a rendu furieux plusieurs pays.

Il a été accepté sans la confrontation au sol que beaucoup craignaient. Cependant, il a donné aux pays une grande marge de manœuvre dans leur « transition » vers l’abandon des combustibles fossiles et n’a pas exigé une élimination absolue du charbon, du gaz ou du pétrole.

Al Jaber a affirmé que l’accord – qui a été conclu au cours de l’année la plus chaude jamais enregistrée – était une réponse globale à une évaluation internationale révélant que les pays n’étaient pas en mesure d’atteindre les objectifs historiques de l’Accord de Paris sur le climat, notamment l’engagement de tenter de maintenir le réchauffement climatique à 1,5. C (2,7F) par rapport aux niveaux préindustriels.

« Il s’agit d’un ensemble de mesures amélioré, équilibré, mais ne vous y trompez pas, historique pour accélérer l’action climatique. C’est le consensus des Émirats arabes unis. Nous avons pour la toute première fois une mention sur les combustibles fossiles dans notre accord final », a-t-il ajouté.

Le chef de l’ONU, António Guterres, a déclaré dans sa déclaration que limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, l’un des objectifs fondamentaux fixés dans l’accord historique de Paris de 2015, est « impossible sans l’élimination progressive de tous les combustibles fossiles », ce qui est reconnu par un nombre croissant et croissant de personnes. coalition variée de pays.

Il a souligné que le monde ne peut se permettre « des retards, de l’indécision ou des demi-mesures » et que « le multilatéralisme reste le meilleur espoir de l’humanité ».

« Il est essentiel de se rassembler autour de solutions climatiques réelles, pratiques et significatives, à la hauteur de l’ampleur de la crise climatique », a déclaré António Guterres.

Lire aussi : COP28 de l’ONU : les Émirats arabes unis envisagent d’utiliser les réunions sur le climat pour promouvoir des accords pétroliers et gaziers, selon des documents

Le document est tombé à court

Les pays du Sud et les groupes de justice climatique ont déclaré que le document n’était pas à la hauteur de ce qui était requis en termes de réductions d’émissions et de financement pour aider les plus vulnérables à faire face à l’augmentation des conditions météorologiques et de la chaleur extrêmes, et incluait un langage qui cherchait à apaiser les intérêts des combustibles fossiles.

Une certaine incertitude régnait dans la salle plénière peu après l’adoption de l’accord, car plusieurs partis s’attendaient à un débat sur la langue.

L’Alliance des petits États insulaires, qui représente 39 pays, a déclaré qu’elle n’était pas présente lorsque l’accord a été conclu car elle coordonnait encore sa réaction.

« Non, l’accord de la Cop28 ne permettra pas au monde de respecter la limite de 1,5°C, mais oui, le résultat constitue une étape cruciale. Cet accord permet de faire comprendre à toutes les institutions financières, entreprises et sociétés que nous sommes désormais enfin – huit ». ans de retard par rapport au calendrier de Paris – au véritable « début de la fin » d’une économie mondiale axée sur les combustibles fossiles », a déclaré le professeur Johan Rockström, de l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique en Allemagne.

Les pays se réuniront à nouveau lors de la COP29, qui aura lieu à Bakou, en Azerbaïdjan, en novembre.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat