L’Iran lance une capsule biospatiale transportant des animaux en orbite pour préparer les vols habités d’ici 2030

L’Iran a fait progresser son programme spatial très controversé dans les cercles occidentaux en prévision des missions humaines en lançant une capsule transportant des animaux dans l’espace.

Lancement de la capsule Bio-Space

Une vidéo du lancement réussi d’une fusée de construction iranienne transportant la capsule – qui aurait été lancée à 130 kilomètres (80 miles) en orbite – a été rendue publique mercredi par les médias d’État.

La capsule « entièrement indigène » de 500 kg (1 100 lb) transportée par la fusée Salman serait la plus grande capsule biologique lancée avec succès dans l’histoire du programme spatial iranien.

Le premier lanceur de cette classe, le lanceur Salman, a été conçu pour lancer des capsules scientifiques d’une demi-tonne.

Selon certaines informations, l’agence spatiale civile iranienne aurait construit la capsule, tandis que le ministère de la Défense du pays fabriquerait et lancerait la fusée Salman.

Les médias n’ont pas précisé où le lancement a eu lieu. L’Iran lance généralement des fusées depuis la région nord du centre spatial Imam Khomenei de Semnan.

Elle affirme que son programme de satellites est destiné à un usage civil et à la recherche scientifique.

Le programme a longtemps été considéré avec suspicion par les États-Unis et d’autres pays occidentaux en raison de la possibilité de développer des missiles à longue portée utilisant la même technologie.

Les Gardiens de la révolution iraniens ont affirmé avoir lancé le premier satellite militaire du pays en orbite en 2020, révélant ce que les experts percevaient comme un programme spatial secret.

Téhéran a insisté sur le fait qu’il disposait d’un programme nucléaire pacifique.

La Russie a aidé l’Iran en août 2022 à lancer un satellite d’imagerie depuis une installation spatiale au Kazakhstan, une évolution qui a également alarmé l’Occident.

Lire aussi : La croissance des embryons de souris dans l’espace montre qu’il est possible de se reproduire, selon un rapport

Animaux dans l’espace

Le type d’animaux dans la capsule n’a pas été divulgué par les médias d’État ni par le ministre des Télécommunications Isa Zarepour, qui a vérifié les informations.

Il a ajouté que l’Iran avait l’intention de lancer des astronautes dans l’espace d’ici 2029 après des tests supplémentaires sur les animaux, comme l’a rapporté la télévision d’État.

L’Iran a commencé à développer des programmes spatiaux au milieu des années 2000 et, en 2010, il a réussi à envoyer son premier animal en orbite.

En 2013, elle a déclaré avoir lancé et renvoyé avec succès deux singes dans l’espace.

Le singe spatial iranien, connu sous le nom de Fargam, a décollé du sommet d’une fusée à carburant liquide à 120 kilomètres au-dessus de la Terre.

Tout au long du vol de la fusée, les scientifiques au sol ont pu suivre l’état du singe ainsi que plusieurs points de données de la fusée.

L’Iran a lancé avec succès son premier singe dans l’espace suborbital en janvier 2013 et l’a ramené chez lui à bord d’un vaisseau spatial nommé Pishgam, qui signifie « pionnier » en farsi. L’agence spatiale iranienne a lancé le premier vol singe à l’aide de la fusée nationale Kavoshgar 5.

Une précédente tentative en 2011 avait échoué.

De nombreuses espèces animales, notamment des chiens, des souris et des singes, ont été lancées dans l’espace par les programmes spatiaux américain et soviétique dans les années 1940 et 1950. Mais comme il s’agissait de missions suborbitales, le vaisseau spatial n’a pas formé d’orbite ; au lieu de cela, il a voyagé à travers l’espace avant de revenir sur Terre.

Le 3 novembre 1957, le chien Laïka, voyageant à bord du vaisseau spatial soviétique Spoutnik 2, est devenu le premier animal à orbiter autour de la Terre.

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

★★★★★

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat