Le séisme au Maroc devient le plus meurtrier avec plus de 2 000 morts ; Jours de deuil national déclarés

Le bilan des victimes du puissant tremblement de terre au Maroc s’élève déjà à plus de 2 000 personnes.

Ainsi, les autorités de recherche et de sauvetage poursuivent leurs opérations dans le but de sauver davantage de vies des maisons effondrées après qu’un séisme de magnitude 6,8 a secoué le pays.

Les autorités ont noté que plus de 2 012 personnes avaient été tuées et 2 059 autres blessées.

Dévastation

De nombreuses personnes se retrouvent sans abri à cause du tremblement de terre, considéré comme le tremblement de terre le plus meurtrier que le pays ait connu depuis plus de 60 ans.

En raison des dégâts considérables causés par le séisme, le roi Mohammed VI a déjà ordonné à l’armée du pays de mobiliser les équipes spécialisées de recherche et de sauvetage et de créer un hôpital chirurgical de campagne pour les victimes.

Le séisme a provoqué d’importantes destructions dans les bâtiments historiques situés à Marrakech, la ville la plus proche de l’épicentre.

La plupart des décès enregistrés ont eu lieu dans les zones montagneuses du sud, notamment dans les provinces d’Al-Haouz et de Taroudant.

Les autorités gouvernementales ont dirigé les efforts d’intervention, notamment les opérations de recherche, de sauvetage et de soutien médical.

Les informations de l’Organisation mondiale de la santé indiquent que plus de 300 000 civils à Marrakech et dans sa périphérie ont été touchés par le séisme.

De nombreuses victimes sont coincées dans les décombres de leurs maisons tandis que les hôpitaux de la ville reçoivent un afflux de blessés.

La Banque mondiale a déjà exprimé sa sympathie aux victimes du tremblement de terre au Maroc, qui a causé de tragiques pertes en vies humaines, des blessés et des dégâts dans les zones au sud de Marrakech.

« Nous avons transmis nos plus sincères condoléances au Royaume aux plus hauts niveaux et avons offert tout notre soutien au pays à la suite de cette catastrophe. Notre seule attention à ce stade est tournée vers le peuple marocain et les autorités qui font face à cette tragédie », « , a déclaré la Banque mondiale.

De nombreux pays se sont également engagés à contribuer au redressement du Maroc.

En raison des dégâts massifs, le gouvernement du Maroc a déjà déclaré trois jours de deuil. Le Palais a déclaré que les drapeaux nationaux seraient mis en berne.

Lire aussi : Vague de chaleur torride au Maroc : le pays a enregistré sa température la plus élevée jamais enregistrée, soit 50,4 degrés Celsius

Détection de tremblement de terre

L’US Geological Survey a repéré l’épicentre du séisme dans la chaîne de montagnes du Haut Atlas marocain, à environ 46 miles au sud-est de Marrakech.

Le 8 septembre à 23 h 11, heure locale, le Centre national d’information sur les tremblements de terre de l’US Geological Survey a détecté un séisme relativement peu profond, d’une profondeur d’environ 26 km, ou 16 miles, près de la ville d’Oukaïmedene.

Cette zone rurale, située à environ 75 km au sud-ouest de Marrakech, abrite de nombreuses résidences vulnérables aux secousses.

En raison de la faible profondeur de l’événement et de sa proximité avec des centres à forte population, de nombreux bâtiments de la zone ont subi de graves secousses qui ont ensuite entraîné une défaillance catastrophique.

Les autorités ont déjà signalé une réplique majeure de magnitude 4,9, survenue 20 minutes après la secousse principale.

Les responsables ont également déclaré que de faibles secousses avaient été signalées dans les pays voisins comme le Portugal, l’Espagne et l’Algérie.

Les experts ont averti qu’il est probable que des répliques plus petites dans la région, en dessous du niveau de détection de l’USGS NEIC, se produiront et que les seuils de déclaration continueront d’être ressentis par le public au cours des prochaines semaines.

Pour rappel, c’était en 1960, lorsque le séisme d’Agadir, d’une magnitude de 5,8, avait tué entre 12 000 et 15 000 personnes sur la côte ouest du Maroc.

L’USGS a déclaré que les tremblements de terre de magnitude 6 sont plus fréquents dans la partie nord du Maroc, près de la mer Méditerranée.

C’est là qu’un séisme de magnitude 6,4 a frappé en février 2004 et de magnitude 6,3 en janvier 2016.

Les experts ont déclaré que le tremblement de terre était le résultat d’une faille inversée oblique sur une faille orientée à peu près est-ouest ou nord-ouest-sud-est, peut-être la faille de l’Atlas Nord qui est une faille inversée à front de plage qui correspond à peu près au mécanisme de faille du tremblement de terre.

Vidéo connexe :

Photo of author

L'équipe Pacte Climat

Pacte pour le Climat
Newsletter Pacte pour le Climat