Ce mercredi 25 novembre, la médiatrice de l’UE, Emily O’Reilly, rend un avis critique sur le choix de la Commission européenne de désigner BlackRock comme conseiller spécial au Green Deal.

En avril dernier, à la suite d’un appel d’offre qui s’est déroulé dans des circonstances interpellantes, la Commission européenne a attribué un contrat de conseil en matière de taxonomie verte à l’entreprise américaine, titan de la finance mondiale, pourtant gestionnaire de milliards d’actifs carbonés. Le loup se voit confier les clés de la bergerie.

Nombre de parlementaires et d’associations avaient vivement réagi à cette annonce. Ce fut le cas de Agir pour le climat qui a alerté l’opinion publique par le biais d’une pétition qui a recueilli plus de 14 000 signatures et a saisi ensuite l’Office européen de la Lutte Anti Fraude sur le sujet.

Après enquête, Emily O’Reilly alerte donc la Commission européenne sur les risques de conflits d’intérêts résultant d’un tel partenariat : « L’offre exceptionnellement basse (formulée par BlackRock) pourrait être perçue comme une tentative d’exercer une influence sur un domaine d’investissement pertinent pour ses clients ».

Agir pour le climat salue les conclusions de Madame Emily O’Reilly et encourage vivement la Commission européenne à prendre en compte l’avis rendu par la médiatrice de l’UE et à annuler ce contrat douteux au plus vite.

 

Nous ne laisserons pas les intérêts privés de BlackRock et de ses clients compromettre la transition du continent européen !